Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement
Club prévention sécurité

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

icon Club prévention sécurité

Police municipale

La préfète de l’Aube refuse d’armer les agents de Nogent-sur-Seine

Publié le 19/05/2015 • Par Frédéric Marais • dans : Actu experts prévention sécurité, Régions

En réponse à une demande du maire, la représentante de l’Etat explique, dans un courrier daté du 10 avril 2015, que le niveau de délinquance dans la commune ne justifie pas la dotation des policiers municipaux en armes de catégorie B. Les réactions sont nombreuses dans ce département dont est originaire le président de l'Association des maires de France.

Ma Gazette

Sélectionnez vos thèmes et créez votre newsletter personnalisée

« C’est la déception qui prédomine », indique le maire de Nogent-sur-Seine, Hugues Fadin (DVD), après le refus de la préfète de l’Aube, Isabelle Dilhac, de lui accorder l’autorisation d’armer la police municipale de pistolets ou de revolvers. C’était une promesse de campagne du premier magistrat nogentais, élu en mars 2014, donc antérieure aux attentats de janvier 2015 qui ont notamment coûté la vie à une policière municipale.

Dans sa réponse écrite, la préfète explique que « le nombre et l’évolution des faits de délinquance d’appropriation et d’atteinte à l’intégrité physique ne permettent pas de justifier l’armement des policiers municipaux ». Si l’édile reconnaît lui-même que sa ville est plutôt calme, il met en avant « une recrudescence des cambriolages en début d’année », tout en disant appréhender le retour à la période estivale, propice en particulier aux débordements nocturnes.

Accompagnés de gendarmes ? – C’est d’ailleurs pour permettre à ses cinq policiers, équipés ...

[70% reste à lire]

Article réservé aux abonnés

Club Prévention-Sécurité

Mot de passe oublié

VOUS N'êTES PAS ABONNé ?

Testez notre Offre Découverte Club Prévention-Sécurité pendant 30 jours

J’en profite
2 Réagir à cet article Vous avez une question ? Posez-la à notre juriste
marche online

Aujourd'hui sur le Club prévention-sécurité

Nos services

Prépa concours

CAP

Évènements

Gazette

Formations

Gazette

Commentaires

La préfète de l’Aube refuse d’armer les agents de Nogent-sur-Seine

Votre e-mail ne sera pas publié

USPPM

19/05/2015 07h03

Chers(e) internautes
Nous étions habitués au manque de pragmatisme des élus employeurs, voici à présent que les préfets refusent les demandes motivées des maires concernant l’armement des policiers municipaux, ces mêmes préfets qui ont transmis aux maires des notes en provenance du Ministère de l’Intérieur afin que des mesures soient prises pour la protection des agents publics en uniforme devenus des cibles potentielles, en argumentant que les membres des forces de l’État pouvaient assurer la sécurité des policiers municipaux.

Les policiers municipaux doivent donc faire face aux délinquants, aux terroristes, aux maires opposés à les doter de moyens suffisants pour exercer leurs missions et aux préfets qui passent outre la libre administration des élus locaux.

Et les policiers nationaux ainsi que  les gendarmes ont une charge supplémentaire : assurer la sécurité des policiers municipaux au cours de leurs missions.
Alors que le gouvernement à mis à disposition 4000 armes de poing pour les communes désirant avoir des policiers municipaux armés et participe à l’achat de gilets pare balles qui protégeront les agents mais pas la population, si ceux-ci ne sont pas aussi dotés de moyens de défense.
Où se trouve la logique dans tout ça ?
Cordialement
La direction de la communication de l’USPPM

Moi-Même

19/05/2015 07h58

Bonsoir.

Je ne suis pas sûr de comprendre mais, quand je lis :  » C’était une promesse de campagne du premier magistrat nogentais, élu en mars 2014″, j’ai le sentiment que le premier magistrat nogentais faisait là, une promesse qu’il ne pouvait être certain de pouvoir tenir.

Me trompe-je ?

Si ça n’est pas le cas, pourquoi se plaindre de ne pas obtenir ce qu’on était bien incertain d’obtenir ? Et surtout, pourquoi faire des promesses qui ne dépendent pas de soi, ni de la mission pour laquelle on souhaite être élu ?

Et si je me suis trompé, je pense qu’il serait utile de reformuler, voire d’éclaircir cette ambiguïté.

Bonne soirée.

Commenter
Club prévention sécurité

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement