Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement
Club finances

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

icon Club finances

Réforme de la DGF

Les maires fermement opposés à la DGF locale

Publié le 07/05/2015 • Par La Rédaction • dans : Actualité Club finances, France

La DGF locale, proposée dans le cadre de la réforme de la dotation globale de fonctionnement, ne séduit pas les maires. Bien au contraire. L'Association des maires de France (AMF) y voit un "point de blocage absolu". A l'inverse, l'Association des maires de grandes villes y est plutôt favorable et souhaite que cette piste fasse l'objet de simulations chiffrées.

Ma Gazette

Sélectionnez vos thèmes et créez votre newsletter personnalisée

Elle devait s’y attendre. Christine Pires Beaune, qui a présenté ses propositions de réforme de la DGF au Comité des finances locales, mardi 5 mai, n’a pas fait l’unanimité auprès des associations d’élus du bloc communal. Le principal sujet de débat est la création d’une « DGF locale », à savoir une DGF intégrant une part territorialisée qui serait calculée en fonction de critères agrégés à l’échelle de l’EPCI et susceptible d’être répartie par l’ensemble intercommunal à la majorité renforcée.

« Un point de blocage absolu »

Pas question d’en entendre parler pour l’Association des maires de France (AMF) qui s’y « oppose fermement ». André Laignel, premier vice-président délégué de l’AMF et président du Comité des finances locales, y voit ainsi une volonté de « dilution forcée de la commune dans l’intercommunalité » et prévient que la DGF locale constituerait « un point de blocage absolu » si elle devait être maintenue.

De même, Philippe Laurent, secrétaire général de l’association, dénonce « l’asphyxie financière progressive de l’échelon communal » et rappelle que « la DGF est la traduction financière du partage des responsabilités et donc du lien direct entre l’État et les communes ». Un lien qui serait partiellement conservé selon les différents scénarios proposés par Christien Pires Beaune puisqu’une part de DGF resterait calculée au niveau communal.
L’Association des maires de petites villes de France (APVF) rejoint l’AMF sur ce sujet estimant que la mise en place de la DGF locale « n’est pas envisageable » et serait même « dangereuse » dans le contexte financier actuel.

Une proposition qui doit être expertisée

A l’inverse, plusieurs associations – l’Assemblée des communautés de France (ADCF), l’Association des maires de grandes villes de France (AMGVF) et l’Association des communautés urbaines (ACUF) – regardent la DGF locale d’un œil favorable, jugeant le dispositif proposé « plus subtil et plus malin que la DGF territoriale actuelle », autorisée par la loi du 16 décembre 2010, tout en reconnaissant que sa mise en œuvre pourrait se révéler très complexe.

L’AMGVF souhaite notamment que l’hypothèse de travail qu’est la DGF locale puisse faire l’objet d’une analyse en profondeur et soit passée à la la moulinette des simulations chiffrées afin d’éclairer le débat et les arbitrages qui seront rendus en juin et juillet.

L’obstacle du trop plein de réformes

Quoi qu’il en soit, une revendication réunit toutes les associations du bloc communal : la crainte du trop plein de réformes simultanées. Les élus locaux réaffirment ainsi que la réforme de la DGF et de la péréquation ne pourra se faire sans une négociation préalable sur la baisse des dotations de l’Etat et une réflexion sur le cadre global des finances locales, y compris la fiscalité.

De même, ils s’interrogent sur l’opportunité et la faisabilité de mener de front la réforme de la DGF, la révision générale des valeurs locatives et le projet de loi NOTRe.

Cet article est en relation avec le dossier

1 Réagir à cet article
marche online

Aujourd'hui sur le Club finances

Nos services

Prépa concours

CAP

Évènements

Gazette

Formations

Gazette

Commentaires

Les maires fermement opposés à la DGF locale

Votre e-mail ne sera pas publié

pov citoyen

08/05/2015 09h25

Continuons à dépenser l’argent qu’on n’a pas, continuons à vouloir ponctionner l’Etat pour défendre son train de vie (de sénateur) et nous irons dans le mur. Mettez vos ambitions là où vous pouvez aller Mmes et Mrs les élus, mettez de l’ordre dans vos petites affaires, lisez les rapports de la cour des comptes, écoutez les gens dans la rue…

Commenter
Club finances

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement