Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement
Club Santé Social

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

icon Club Santé Social

Exclusion

Hébergement des sans domicile : la Cour des comptes fixe une feuille de route en sept axes

Publié le 17/02/2017 • Par Nathalie Levray • dans : A la Une santé social, Dossier Santé Social

Cour des Comptes-UNE
Arap - Fotolia
La politique d’hébergement des personnes sans domicile relève de la responsabilité directe de l’État. Un chapitre du rapport public annuel 2017 de la Cour des comptes lui est consacré. La Cour note l’importance des progrès accomplis depuis cinq ans et la poursuite des efforts malgré un contexte économique, social et international difficile. Afin de rendre plus efficace et plus efficiente une politique soumise à des contraintes très fortes et de l’adapter à des besoins sans cesse croissants, elle fixe une feuille de route autour de sept axes. Elle recommande de poursuivre les actions appliquant le principe du logement d’abord et préconise la clarification des objectifs et de la stratégie de l’État, afin de mieux maîtriser les évolutions budgétaires. Une meilleure coordination de l’action de ses services et des gestionnaires des différents dispositifs et une meilleure articulation avec les autres politiques qui influent sur la demande d’hébergement d’urgence sont également indispensables, selon le rapport.

Ma Gazette

Sélectionnez vos thèmes et créez votre newsletter personnalisée

Après le rapport associatif de la Fondation Abbé-Pierre (FAP), en voici un plus institutionnel, le rapport annuel 2017 de la Cour des comptes rendu public ce 8 février. Un sujet commun aux deux rapports : l’hébergement des personnes sans domicile, auquel la Cour consacre un chapitre entier.

Pas d’énormes écarts sur le plan des constats chiffrés : en 2012, le nombre des personnes sans domicile est estimé à 141 000 en France métropolitaine (142 800 pour la FAP), soit une progression de 44 % par rapport à 2001 (+ 50 % pour la FAP). Comme la fondation Abbé-Pierre, la Cour des comptes relève « davantage de femmes et de familles », avec une part des enfants en progression d’environ 40 % en dix ans, et celle des étrangers, passée de 38 % à 53 %.

Le rapport signale en outre « environ un quart des ...

[90% reste à lire]

Article réservé aux abonnés

Club Santé Social

Mot de passe oublié

VOUS N'êTES PAS ABONNé ?

Testez notre Offre Découverte Club Santé Social pendant 30 jours

J’en profite
1 Réagir à cet article

Nos offres d'emploi

Plus de 1000 offres d'emploi !

TOUTES LES OFFRES D'EMPLOI
marche online

Aujourd'hui sur le Club Santé Social

Nos services

Prépa concours

CAP

Évènements

Gazette

Formations

Gazette

Commentaires

Hébergement des sans domicile : la Cour des comptes fixe une feuille de route en sept axes

Votre e-mail ne sera pas publié

Farid Medjden

20/02/2017 10h19

Bonjour, je suis Monsieur Medjden Farid, je vie en Algérie j’ai un enfant de 2ans né malheureusement avec une extrophie vésical,on à tenté de le soigné en Algérie, mais c’était un échec des la premier intervention. (réouverture de la plaie )alors désespéré, j’ai cherché des professeurs spécialisé en Europe , et dieu merci j’ai trouvé un chirurgien au chu de Nantes Monsieur David leclair j’ai réussi à le transporté en france aprés avoir fait toutes les démarches nécésaires avec l’hôpital et avoir épuisés toutes mes économies pour pouvoir financé l’intervention qui ma coûté 17000€ sans compté le loyer du studio oû on à passé 2 mois, et dieu merci encore une fois tout c’est trés bien passé et avant mon retour en Algérie le profésseurs leclair m’annonce que mon enfant doit être suivé pendant plusieurs année en france et je peu pas faire un pat en arrière à cause de l’absence du traitement en Algérie S’il vous plais est que je peu avoir quelque conseille de votre part et es qu’il éxciste une possibilité d’évité l’aller et retour en france dû moment que mon fils enchaîne les infections urinaires j’éspére recevoir un mail de votre part dans les plus bref délais je vous remercie d’avance .

Commenter
Club Santé Social

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement