Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement
Club RH

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

icon Club RH

Management

Absentéisme dans la fonction publique : des chiffres et des êtres

Publié le 05/05/2015 • Par Laurence Denès • dans : Dossiers club RH, Toute l'actu RH

Absentéisme Matthew Henry (Stocksnap)
Matthew Henry Stocksnap
Prévention, répression, sanction… La lutte contre les absences se décline, ici centrée sur des chiffres qu’il s’agit de juguler, là dans la prise en compte du bien-être, voire de l’être, au travail.

Ma Gazette

Sélectionnez vos thèmes et créez votre newsletter personnalisée

Depuis 2007, l’absentéisme pour raisons de santé a bondi de 18 % dans les collectivités locales pour atteindre près de 8,7 % en 2013, « la maladie ordinaire concentrant 44 % des jours d’absence et 80 % du total des absences, toutes natures confondues », pose Pierre Souchon, du groupe Sofaxis.

A l’heure où prime l’efficience, la question préoccupe. D’abord, du fait du « manque à travailler » que Sofaxis évalue à près de 1 800 euros par agent en 2013. « A Lyon, cela représente 400 équivalents – temps plein [ETP], congés de maternité intégrés », avance le directeur général adjoint « ressources humaines » de la ville, Jean-Luc Ducrocq.

Ensuite, parce que, qualité oblige, le service local ne peut souffrir de tels dysfonctionnements. Enfin, car les collectivités locales ne sauraient ignorer ces taux qui, en creux, expriment aussi leurs propres manquements.

1 – L’approche par les chiffres

Avec 40 % des agents ayant connu au moins une absence en 2013 (Sofcap) et 15 % des agents portant 80 % du volume d’absence, « l’approche économique s’avère le premier réflexe du gestionnaire », reconnaît le sociologue Denis Monneuse. Avec, dans une main, parfois la carotte d’une prime au présentéisme, et / ou, dans l’autre, la sanction… Récemment incitée par la chambre régionale des comptes à « renforcer ses contrôles et à revoir les modalités du régime indemnitaire en cas d’absence », la commune de Jonage (80 agents, 5 800 hab., Rhône) a introduit une dégressivité des primes, de moins 50 % au troisième jour d’arrêt à la suppression totale au cinquième. « Sachant que certains agents, atteints de pathologies récidivistes, préféreront peut-être, dès lors, solliciter un congé de longue durée », modère la directrice générale des services, Delphine Touron.

Quand 70 % des communes consacrent moins d’un demi-ETP à la problématique de l’absentéisme (1), « l’intérêt du dispositif est aussi de pouvoir réinjecter les économies réalisées dans ces actions », ajoute Christophe Quintelier, DGS de la communauté de communes Pévèle-Carembault.

Aux armes dissuasives s’inscrit également le contrôle. Le décret du 3 octobre 2014 relatif à la procédure de contrôle des arrêts de maladie des fonctionnaires pose déjà les nouvelles règles du jeu en cas d’envoi tardif de l’avis d’interruption de travail, tandis que 40 % des communes recourent à la contre-visite médicale…

« Même si seulement 6 % des arrêts s’avèrent injustifiés, le respect des procédures participe d’un sentiment d’équité indispensable et prévient de la contagion », plaide Pierre Souchon. Enfin, jouer sur le coût des arrêts passe aussi par le non-remplacement. Ainsi Christophe Quintelier a-t-il « fait ce choix jusqu’à une semaine cumulée – hors postes normés -, autant pour économiser que pour responsabiliser ».

2 – L’approche par l’être

« L’absentéisme est un thermomètre qu’il ne sert à rien de casser ! » professe de son côté Serge Dufour. L’expert du cabinet Aliavox plaide « pour que l’absentéisme soit enfin pris comme un révélateur, dans une finalité de santé durable et de bien-être au travail ». De la vaccination contre la grippe à la lutte contre les addictions se déploie ainsi un premier volet d’actions « santé » possibles. Mais « l’essentiel est surtout de passer du comment au pourquoi », soutient Denis Monneuse.

Outil indispensable : « Un observatoire capable de dresser une cartographie de l’absentéisme au sein de la structure, ce qui implique aussi des logiciels performants », pose Delphine Leray, auteure d’un ouvrage sur la lutte contre l’absentéisme. « Chaque situation – et non type – d’absence doit être considérée, sans oublier que le congé de maladie peut être le dernier recours pour exprimer un désaccord », explique le directeur délégué « ressources » du conseil départemental de la Charente (2 000 agents), Florent Farge.

A ces analyses correspond une gestion des ressources humaines individualisée. « Un suivi dédié des agents techniques des collèges, avec intervention dès les premiers signes de fatigue, a fait chuter leurs absences de trois points entre 2010 et 2014 », évoque le cadre charentais.

Dans la même dynamique, Lyon a « scanné » ses directions : « Dans certaines d’entre elles, chaque agent revenant est reçu par son supérieur, tandis que dans d’autres a été engagée une étude des conditions de travail pour mieux prévenir l’usure professionnelle », rapporte Jean-Luc Ducrocq.

Les données impactent les recrutements. La régie d’eau de Tours (2 800 agents, 135 000 hab.) est à 40 % constituée d’agents de plus de 50 ans. « Entre 2009 et 2012, l’absentéisme y a flambé jusqu’à cinq points de plus que la moyenne de la ville », indique le DGS, Frédéric Baudin-Cullière, lancé depuis « dans un travail de gestion prévisionnelle des emplois et des compétences pour rajeunir la pyramide des âges et préparer les départs à la retraite ». Outre un accompagnement à la reprise d’activité, « l’action impose la possibilité de secondes parties de carrière ».

Développer une mobilité préventive est justement l’un des axes poursuivis par le conseil départemental de l’Essonne (4 600 agents), « véritable dispositif de repositionnement par anticipation appuyé sur des bilans de compétences, des parcours de découverte et des formations », décrit Carine Garnier, cheffe du service « management et conditions de travail ».
L’Essonne nourrit par ailleurs une réflexion sur les conditions de travail, en lien avec les managers de proximité : rotation des postes, ouverture méridienne… « La désorganisation d’un service peut être cause d’absentéisme au moins autant que son résultat, d’où l’importance cruciale d’une formation des cadres intermédiaires », assure la responsable.

« In fine, il faut acquérir une vision systémique, travailler sur la charge de travail restante et insuffler du sens à chaque rouage de l’organisation », approuve Jack Bernon, complété par Delphine Leray : « Une véritable politique de lutte contre l’absentéisme relève d’une stratégie de long terme conjuguant prévention et organisation aux doubles temps individuels et collectifs. » Et le président de la FA-FP, Bruno Collignon, de conclure : « L’absentéisme doit simplement être intégré comme faisant partie de la vie de l’agent. »

Témoignage

« Un système de contrôle rigoureux basé sur des règles claires, affichées et appliquées »

Nicolas Lebas, maire de Faches-Thumesnil (350 agents, 17 500 hab., Nord) –

Lutter contre l’absentéisme ne relève pas seulement d’une quête gestionnaire, c’est aussi participer à la rénovation de l’image du service local. Ce combat doit impérativement faire rimer prévention et sanction. A Faches-Thumesnil, nous travaillons en amont, depuis les campagnes de vaccination contre la grippe jusqu’à la titularisation des plus précaires en passant par des formations aux gestes et postures, le suivi psychologique et les aménagements de poste. En aval, a aussi été instauré un système de contrôle rigoureux basé sur des règles claires, affichées et appliquées. Aucune absence sans justificatif, des médecins pour inspecter et, le cas échéant, des sanctions pouvant aller jusqu’à la procédure disciplinaire. Une action de sensibilisation a même été engagée auprès des médecins généralistes du territoire pour leur expliciter les conséquences d’un arrêt sur la collectivité et les responsabiliser au même titre que les agents… Car, même si seulement 1 % de ces derniers abusent, en aucun cas ceux-là ne doivent masquer l’engagement des 99 % restants.

Un droit qui ne doit pas être banalisé

Strasbourg eurométropole (Bas-Rhin) – 8 300 agents – 28 communes – 476 200 hab.

En 2013, la chambre régionale des comptes d’Alsace pointe le « fort absentéisme » à la ville et à la communauté urbaine de Strasbourg. Si, avec un taux d’absence pour maladie ordinaire de 4,7 %, l’interco n’est pas parmi les plus mauvais élèves, « il n’en reste pas moins que ces arrêts itératifs de trois à cinq jours pèsent sur les équipes et les finances », explique le directeur général des services, Pierre Laplane. Un observatoire décline dans toutes les directions un état des lieux, assorti d’un audit dans les services les plus touchés. « L’absentéisme relève d’une conjugaison de causes individuelles et collectives qui interpelle l’organisation autant que la situation de chacun. Son traitement doit être transverse et mobiliser toute la chaîne hiérarchique », pose le DGS.

Des groupes de travail coproduisent des réponses : établir un contact avec l’agent durant l’absence, mieux gérer son retour… Contre un certain « laxisme » de la collectivité, une gestion de contrôle et de sanction est initiée. « L’arrêt ne doit pas être banalisé. C’est un droit dont l’usage abusif doit pouvoir être sanctionné. Mais, entre compréhension et répression, il s’agit surtout de montrer à chacun combien il compte pour et dans la collectivité. »

Cet article fait partie du Dossier

L'absentéisme des agents publics : un symptôme, des remèdes

Sommaire du dossier

  1. Idées vraies, idées fausses sur l’absentéisme dans les collectivités locales
  2. Absentéisme pour raisons médicales : quelles idées évacuer, quelles solutions mettre en place ?
  3. Absentéisme : les fonctionnaires territoriaux ne sont pas des fainéants
  4. L’absentéisme dans la fonction publique territoriale progresse de 26% en 8 ans
  5. Lutte contre l’absentéisme : miser d’abord sur la prévention
  6. Absentéisme : le recours aux médecins de contrôle, un bon remède?
  7. Un service pour vérifier l’aptitude à l’embauche et les arrêts de maladie des agents
  8. « L’absence est presque toujours une coproduction »
  9. Rogner les primes, la méthode choisie pour réduire l’absentéisme
  10. Absentéisme : 3 fois plus d’arrêts dans les grandes collectivités que dans les petites
  11. Hausse de l’absentéisme: un symptôme, pas une fatalité
  12. Absentéisme dans la fonction publique : des chiffres et des êtres
  13. Le coût élastique de l’absentéisme dans la fonction publique territoriale
  14. Fonction publique territoriale : le jour de carence a réduit l’absentéisme de courte durée
  15. Le lien entre absentéisme et jour de carence est-il établi ?
  16. Combattre l’absentéisme et ses conséquences
  17. Des leviers pour prévenir l’absentéisme
  18. Horaires atypiques : une pénibilité méconnue
  19. Vers une généralisation du contrôle par l’assurance maladie des arrêts de travail en 2016
  20. Prévenir le mal-être au travail : le rôle central des DRH
  21. Psychologues du travail : une présence à asseoir
  22. Roussillon : des agents d’entretien plus professionnels et moins souvent absents
  23. Clermond-Ferrand : un groupe de travail pluridisciplinaire sur les risques psychosociaux
  24. Identifier le stress de ses collaborateurs
  25. « La proximité donne du sens et de la reconnaissance » – Entretien avec Michèle Cros, médecin de prévention

Notes

Note 01 Selon une enquête réalisée par le Syndicat national des DG des collectivités territoriales avec le cabinet de conseil CTR. Retour au texte

Réagir à cet article

Aujourd'hui sur le Club RH

Nos services

Prépa concours

CAP

Évènements

Gazette

Formations

Gazette

Commentaires

Absentéisme dans la fonction publique : des chiffres et des êtres

Votre e-mail ne sera pas publié

Club RH

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement