Fermer

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Menu

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

[Edito] Réforme territoriale

Réforme territoriale : l’Etat doit suivre !

Publié le 05/05/2015 • Par Philippe Pottiée-Sperry • dans : France

Ma Gazette

Sélectionnez vos thèmes et créez votre newsletter personnalisée

Les sept « super-préfets » préfigurateurs, personnages clés nommés au conseil des ministres du 22 avril, sont chargés de réorganiser les services de l’Etat dans les sept nouvelles régions issues de fusions. D’ici à fin juillet, il leur faut concevoir la répartition des actuelles directions et de leurs agents, mais aussi arrêter le siège des futurs chefs-lieux provisoires.

Un sacré chantier qui aurait mérité d’être lancé plus tôt, le timing étant très serré. Les nouveaux services préfectoraux et directions régionales devront en effet être en place au 1er janvier 2016, même si le gouvernement, lucide, reconnaît que la réforme s’étalera jusqu’en 2018.

Lire aussi : Sept super-préfets pour réorganiser l’Etat dans les nouvelles régions

Carte régionale – Du côté des services de l’Etat comme des régions – avec le vaste travail d’harmonisation de leurs politiques publiques -, la nouvelle carte régionale mettra donc plusieurs années à prendre vraiment corps. Normal, car tout a été très vite – l’annonce surprise de François Hollande sur les fusions de régions ne date que de janvier 2014 – pour l’un des plus grands bouleversements administratifs de ces trente dernières années.

Le bouleversement est d’autant plus important que s’ajoute à cette réforme une redéfinition des missions prioritaires de l’Etat. Des décisions doivent être annoncées fin mai, à la suite des travaux de concertation menés depuis l’automne par le secrétaire d’Etat à la Réforme de l’Etat.
Destiné à clarifier les compétences, notamment entre l’Etat et les collectivités, ce chantier vise, selon Thierry Mandon, à « reconnecter la réforme de l’Etat et la réforme territoriale ». Il pourrait prendre la forme d’amendements au projet de loi « Notre », avec d’autres transferts aux collectivités.

Grand soir administratif – Aussi important soit-il, ce branle-bas de combat administratif ira-t-il assez loin ? Pas sûr, à lire le rapport de France Stratégie sur le rôle de l’Etat dans dix ans, paru mi-avril. Pour éviter d’être à moyen terme « impotent et dépassé », l’Etat est appelé à faire au plus vite le tri dans ses missions et à redéfinir ses priorités.

France Stratégie étant un organisme de réflexion placé auprès du Premier ministre, et non un think tank ultralibéral, son plaidoyer est d’autant plus fort quand il prône une réelle clarification des responsabilités en allant au bout de la logique de décentralisation. Et de proposer une administration territoriale de l’Etat recentrée sur les seules missions où elle conserverait une compétence exclusive. Un rapport pertinent, mais les résistances seront nombreuses et le grand soir administratif risque de se faire attendre !

Cet article est en relation avec les dossiers

1 Réagir à cet article
marche online

Aujourd'hui sur les clubs experts gazette

Nos services

Prépa concours

CAP

Évènements

Gazette

Formations

Gazette

Commentaires

Réforme territoriale : l’Etat doit suivre !

Votre e-mail ne sera pas publié

MIRAE

06/05/2015 12h52

Nous devons tous participer il est donc nécessaire de réduire les députés, les sénateurs et surtout réduire le nombre d’années de mandat …

Commenter

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement