Risques sanitaires

La lutte contre le moustique tigre menacée par le manque d’insecticides

Par • Club : Club Techni.Cités

Wiki commons - James Gathany/CDC

Désormais, toutes les conditions sont réunies pour que les cas de dengue et de chikungunya se multiplient en métropole, prévient l’Institut de veille sanitaire dans son dernier bulletin épidémiologique hebdomadaire. Le moustique tigre, qui en est le vecteur, ne cesse de gagner du territoire, aidé par le réchauffement climatique, et pourrait bientôt avoir gagné la France entière. Des élus locaux tirent la sonnette d'alarme.

Ma Gazette

Sélectionnez vos thèmes et créez votre newsletter personnalisée

Tous les voyants sont au rouge ! « Désormais, en France métropolitaine, toutes les conditions sont réunies pour que les virus du chikungunya et de la dengue circulent », prévient Yvon Perrin, chercheur au Centre national d’expertise sur les vecteurs à Montpellier. Il a contribué au dernier bulletin épidémiologique hebdomadaire (BEH) publié par l’Institut de veille sanitaire (InVS), mardi 28 avril 2015, et consacré à la surveillance de ces deux maladies.

12 personnes ont contracté le virus chikungunya à Montpellier, quatre autres en Paca, celui de la dengue, entre août et octobre 2014. Ces personnes ne rentraient pas de voyage. Elles ont été infectées après avoir été piquées par des moustiques tigres autochtones, porteurs des virus. « Ce type d’événement se répètera sans aucun doute à l’avenir, ajoute le chercheur. Pour plusieurs raisons. D’abord la population n’est pas immunisée contre ces maladies. Ensuite, ceux-ci sont régulièrement introduits sur notre territoire par des voyageurs de retour de régions où sévissent des épidémies de chikungunya ou de dengue. Ces épidémies se sont multipliées ces dernières années ».

Une colonisation inarrêtable

Enfin, le vecteur de ces virus, le moustique aedes Albopictus, continue à coloniser de nouveaux territoires. Depuis sa première identification par l’Entente interdépartementale pour la démoustication (EID) Méditerranée, en 2004, à Menton (06), le « moustique tigre » s’est étendu géographiquement, par le biais des « transports passifs » : voiture, bus, train…

Aujourd’hui, 10 ans après, il est installé dans 20 départements (Corse comprise), en PACA, Languedoc- Roussillon, Rhône-Alpes. Il a été ...

[60% reste à lire]

Article réservé aux abonnés

Club Techni.Cités

Mot de passe oublié

VOUS N'êTES PAS ABONNé ?

Testez notre Offre Découverte Club Techni.Cités pendant 30 jours

J’en profite
Références

Dengue et chikungunya en France métropolitaine, une surveillance nécessaire [PDF] , Bulletin épidémiologique hebdomadaire de l'InVS, 28 avril 2015.

Commentaires

0  |  réagir

Ajouter un commentaire

Ce champ est obligatoire

Ce champ est obligatoire

Ce champ est obligatoire

Conformément à la loi "Informatique et libertés" du 6 janvier 1978, vous pouvez accéder aux informations vous concernant, les rectifier ou vous opposer à leur traitement et à leur transmission éventuelle à des tiers en écrivant à : Groupe Moniteur - Antony Parc 2, 10 place du Général de Gaulle, La Croix de Berny – BP 20156, 92 186 Antony Cedex ou en cliquant ici.

L'actu Technique

  • Comment lisez-vous la Gazette ?

    La Gazette des communes lance une enquête auprès de ses lecteurs pour adapter et améliorer son dispositif d'informations. Participez en répondant à notre questionnaire ! ...

  • Comprendre la polémique sur la consigne des bouteilles plastiques

    Alors que le projet de loi « Antigaspillage pour une économie circulaire » est en cours de discussion au Parlement, les débats sont vifs autour du « projet de consigne » qui devrait concerner les bouteilles en plastique transparent (PET), évoqué à l’article ...

  • Les déchèteries à plat bombent le torse

    Avec l’évolution de la réglementation anti-chute, l’augmentation du nombre de flux à trier et la nécessité de réduire les dépenses, les déchèteries totalement à plat se développent. Mais il faut être vigilant sur l’organisation, la maintenance, le ...

  • Adour-Garonne : le déficit en eau pourrait atteindre 1 milliard de m3 en 2050

    Le changement climatique fait peser une lourde pression sur la ressource en eau. Le bassin Adour-Garonne est particulièrement touché par cette menace. A Toulouse, le 2 décembre, le comité de bassin a examiné les conclusions d’une étude prospective à 30 ans ...

Offre découverte 30 jours gratuits !

dernières offres d’emploi

Formations

Evènements

services

Thèmes abordés

menu menu

Club Techni.Cités : l'information pour les techniciens de la FP