logo
Adresse de l'article https://www.lagazettedescommunes.com/354891/letat-va-creer-un-centre-dencadrement-pour-les-jeunes-djihadistes/

LUTTE CONTRE LE TERRORISME
L’Etat va créer un centre d’encadrement pour les jeunes djihadistes
Hugo Soutra | Actu experts prévention sécurité | Publié le 29/04/2015 | Mis à jour le 30/04/2015

Manuel Valls a annoncé mercredi 29 avril la création, d’ici fin 2015, d’une structure chargée de prendre en charge certains jeunes djihadistes, revenant de zones de conflit et ne faisant pas l’objet de poursuites judiciaires. Cet encadrement complètera l'action menée par certaines collectivités locales depuis l'an dernier pour réinsérer les individus radicalisés attirés par le jihad,

Si le gouvernement alerte régulièrement sur le nombre croissant de jeunes Français en partance vers la Syrie, il se soucie aussi de leur retour. Parallèlement aux chantiers de réinsertion des candidats au jihad mis sur pied par certaines collectivités locales, Manuel Valls a annoncé la création, d’ici la fin de l’année, d’une structure chargée de prendre en charge les individus radicalisés revenant de zones de conflit, volontaires et ne faisant pas l’objet de poursuites judiciaires.

Cet encadrement spécifique a été pensé par le ministère de l’Intérieur, et accepté par le premier ministre qui souhaite le rendre efficient au plus vite. C’est pour « aller plus loin

Se réinsérer selon les valeurs françaises

Comme un avant-goût des annonces de Manuel Valls, Patrick Kanner avait déjà évoqué cette volonté de prise en charge lors d’un discours prononcé le 23 avril à l’Organisation des Nations Unies (ONU). Le ministre de la Jeunesse et de la Ville avait soutenu ne pas abandonner « ceux qui se sont fourvoyés. Chacun a en soi la capacité de prendre conscience de ses erreurs et de s’amender sincèrement. Aux jeunes adultes radicalisés qui reviennent de zones de combat, nous voulons montrer leur terrible erreur, et leur donner la possibilité de se réinsérer dans leur pays, selon les valeurs de ce pays. »

Patrick Kanner avait aussi évoqué « la responsabilité de donner des perspectives » aux jeunes dans un pays aussi fécond que la France, alors qu’ils « devraient être, sans doute, le ...