Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement
Club RH

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

icon Club RH

Club RH – Toulouse Métropole – 9 avril 2015

« Redonner du sens et développer de nouvelles manières de travailler » – Sébastien Bonnefoy (Toulouse)

Publié le 30/04/2015 • Par Maud Parnaudeau • dans : compte rendu des dernières rencontres du club RH

Lors du Club RH de Toulouse Métropole du 9 avril, Sébastien Bonnefoy, directeur des ressources humaines de Toulouse et Toulouse Métropole, a démontré que, malgré les incertitudes et les inquiétudes des agents, il était possible d’agir dès aujourd’hui pour accompagner le changement et en tirer profit.

Ma Gazette

Sélectionnez vos thèmes et créez votre newsletter personnalisée

Comment la réforme territoriale est-elle perçue par les agents ?

On entend à peu près tout sur ses conséquences. Dans les revendications de grève, il y a des termes forts utilisés contre cette réforme comme « désorganisation des collectifs de travail », « mobilités forcées », « absence de consultation des fonctionnaires ». Donc, même si ses contours bougent tous les jours, ou presque, il faut en parler dès maintenant avec les partenaires sociaux. On ne peut pas faire comme s’il n’y avait pas d’inquiétudes. A Toulouse, les agents peuvent suivre une formation dans le cadre du droit individuel à la formation (DIF) pour les aider à démystifier la réforme.

Le problème aussi, avec cette réforme, est qu’elle est née sous le sceau du soupçon puisqu’elle vise à réduire la dépense publique. Il est difficile de réformer dans ce contexte. Pour autant, nous entendions aussi beaucoup de choses se dire au moment du transfert des techniciens, ouvriers et de service (TOS). Aujourd’hui, tout le monde s’accorde à dire que ces agents y ont gagné, en matière de droits, de conditions de travail, de reconnaissance.

On ne peut pas faire comme s’il n’y avait pas d’inquiétudes.

Les garanties prévues par les textes en cas de transfert ou de mutualisation sont-elles de nature à rassurer les agents sur leur sort ?

La loi n’entrera pas dans les détails d’organisation, qui relèvent de chaque collectivité. Or c’est cela qui suscite des inquiétudes. Et puis, il existe encore des zones d’ombres. Quid du temps de travail, des avantages sociaux, des trajets domicile-travail ? Quid également des commissions administratives paritaires (CAP) communes en cas de services communs ? Pourront-elles dresser des tableaux d’avancement communs ? Les choses pourraient encore bouger.
Dans le cadre de l’Association des communautés urbaines de France, nous avons déposé plusieurs propositions et amendements. Nous souhaiterions que l’on parle de résidence administrative et non de lieu de travail dans le décret « mobilité ». Pour la conservation de leurs avantages par les agents, nous proposons le maintien de la rémunération et non seulement du régime indemnitaire. Pour ceux qui exercent une partie seulement de leurs missions dans les services transférés, nous proposons qu’ils soient transférés de plein droit à la communauté avec une (re)mise à disposition des communes.

Le problème aussi, avec cette réforme, est qu’elle est née sous le sceau du soupçon puisqu’elle vise à réduire la dépense publique.

Peut-on néanmoins se préparer aujourd’hui aux changements ? Et comment ?

Il faut aborder le sujet sous l’angle du dialogue social et de la communication interne. A Toulouse par exemple, nous avons mis en place des commissions permanentes spécialisées au sein du CHSCT pour fidéliser et professionnaliser les représentants du personnel sur différentes thématiques. Nous avons notamment une commission sur la qualité de vie au travail qui est chargée de mesurer les impacts des réorganisations. Certaines collectivités réfléchissent à mettre en place des cellules dédiées pour répondre aux questions des agents. Au-delà, il existe un enjeu de formation absolument décisif pour accompagner les parcours professionnels et les changements de métier. C’est pourquoi, à Toulouse, nous avons décidé de sanctuariser le budget formation pendant deux ou trois ans.

Aborder le sujet sous l’angle du dialogue social et de la communication interne.

Vous travaillez actuellement à votre schéma de mutualisation. Sous quel angle envisagez-vous ce chantier ?

Nous envisageons cette mutualisation avec l’idée d’optimiser nos ressources, mais aussi de redonner du sens et développer de nouvelles manières de travailler, grâce à la simplification et à l’innovation. Il nous faut réfléchir à la manière de « faire autrement », face à de nouvelles réalités, et donc abandonner certaines tâches au profit d’autres plus utiles. Dans chaque direction, nous souhaitons opérer un examen des tâches en réunion d’équipe avec des propositions de changement. Un comité de la modernisation et de l’innovation examinera les propositions. Nous allons également confier des missions d’évaluation à des agents volontaires extérieurs au service évalué. Pendant une semaine à quinze jours, ils devront jauger des dispositifs un peu bloqués ou qu’il faut revoir.

Il existe un enjeu de formation absolument décisif pour accompagner les parcours professionnels et les changements de métier.

Presentation Sebastien Bonnefoy Club RH Toulouse

Réagir à cet article
marche online

Aujourd'hui sur le Club RH

Nos services

Prépa concours

CAP

Évènements

Gazette

Formations

Gazette

Commentaires

« Redonner du sens et développer de nouvelles manières de travailler » – Sébastien Bonnefoy (Toulouse)

Votre e-mail ne sera pas publié

Club RH

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement