Fermer

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Menu

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Audiovisuel

La Bretagne en route vers une chaîne de télé régionale de plein exercice ?

Publié le 24/04/2015 • Par Stéphanie Stoll • dans : Régions

En partenariat avec les télévisions locales, France3 et la filière audiovisuelle, le conseil régional de Bretagne prépare un contrat d’objectifs et de moyens pour développer un projet audiovisuel breton qui pourrait créer une chaîne régionale sur l’ADSL.

Ma Gazette

Sélectionnez vos thèmes et créez votre newsletter personnalisée

Le conseil régional de Bretagne a approuvé à l’unanimité (gauche, droite et régionalistes), le 10 avril, un protocole d’accord sur le projet audiovisuel breton. Ce texte devrait se concrétiser par la signature, d’ici le 1er septembre d’un contrat d’objectifs et de moyens (COM) triennal entre :

  • le conseil régional,
  • France Télévision,
  • trois chaînes de télévisions locales de la TNT : TV Rennes, Tébéo et Télévision Bretagne Sud soutenues par les collectivités d’Ille-et-Vilaine, du Finistère et du Morbihan,
  • une webtélévision en langue bretonne : Brezhoweb,
  • une association de producteurs : Films en Bretagne,
  • et trois associations : Daoulagad Breizh, Dizale, Breizh Créative.

Un contrat d’objetifs et de moyens à 2 millions d’euros

Chaque année, la région Bretagne financera ce contrat à hauteur de  1 964 248 euros, soit :

  • 1 100 914 euros précédemment alloués au contrat d’objectifs et de moyens avec les trois chaînes locales,
  • 185 000 euros de subvention précédemment alloués pour les programmes en langue bretonne de France 3,
  • 85 000 euros précédemment alloués au contrat d’objectifs et de moyens avec la webtélévision,
  • 500 000 euros supplémentaires inscrits au budget primitif de la région,
  • 83 333 euros financés par l’Etat, inscrits au contrat de plan Etat région.

Singularité bretonne

« C’est une première étape et nous avons de l’ambition, annonce Jean-Michel Le Boulanger, vice-président du conseil régional chargé de la culture. Que sera la télévision de demain ? Personne ne le sait, alors soyons pragmatiques et concrets. Il existe en Bretagne une singularité et un fort sentiment d’appartenance. Nous avançons avec les entreprises de la TNT et du web, et avec la filière professionnelle qui a un projet. Nous créons une dynamique collective ; avec cet effort financier, nous la stabilisons et nous verrons dans trois ou quatre ans où nous en serons. »

« Nous vivons dans un monde d’images à profusion, mais nous pouvons nous poser la question de leur sens, complète Jean-Michel Le Guennec, directeur adjoint de France 3 Nord-Ouest. Il y a un déficit d’images produites localement et si nous voulons que les habitants continuent à développer un imaginaire lié au territoire, indispensable au lien social et au rayonnement des territoires, il faut produire des images en région. En Bretagne, il faut que les acteurs se structurent pour être plus efficaces, ensemble. »

Les signataires du protocole se sont engagés autour de quatre principes :

  1. le service public,
  2. le fait régional,
  3. la présence des langues de Bretagne
  4. une gouvernance partagée.

« Le conseil régional a une réflexion sur les genres mais ne flèche pas les contenus, précise Jean-François Bertrand, adjoint au directeur de la culture. Ce sont les télévisions qui définissent les contenus qu’elles financent et qu’elles diffusent. C’est une logique que nous expérimentons depuis 2009 avec les télévisions locales qui proposent chaque année une trentaine de documentaires, une dizaine de courts métrages, quelques films d’animation et des captations d’événements sportifs et de spectacles vivants. »

« Une décentralisation par les faits »

Alors qu’on ne parle que de raréfaction des ressources financières, alors qu’on connaît la fragilité des télévisions locales, alors que TV Breizh a définitivement quitté ses locaux lorientais, alors que le Conseil supérieur de l’audiovisuel vient de nommer une nouvelle présidente pour France Télévision, le projet breton pourrait paraître à rebours de l’air du temps.

Au contraire, Jean-Michel Le Guennec relève que « ce n’est pas nouveau que la région, le tissu de producteurs et de diffuseurs se démarquent par rapport au aux autres régions ». Pour Jean-Michel Le Boulanger, il s’agit d’une « décentralisation pragmatique, par les faits, qui est le premier pas d’un nouveau paysage audiovisuel breton ». « Ce n’est pas facile de monter un tel projet dans un Etat très centralisé, où la filière professionnelle est scandaleusement centralisée : 95% des emplois audiovisuels situés en Ile-de-France, c’est une anomalie européenne, » déclare-t-il.

Un prochain canal ADSL pour une chaîne de France3 Bretagne

La diffusion des programmes produits dans le COM interviendra dans les grilles des programmes habituels des chaînes concernées et aussi sur une plateforme numérique de vidéo à la demande, portée par Films en Bretagne et inscrite au contrat de plan Etat-région.

« Pour l’avenir, nous réfléchissons collectivement à créer un canal complémentaire sur l’ADSL, ajoute Jean-Michel Le Guennec pour France 3. La télévision est un média puissant mais dont l’audience vieillit, il faut renouveler l’offre. Cela peut notamment passer par un canal nouveau, avec de nouvelles propositions. »

Cette réflexion apparaissait parmi les recommandations d’Anne Brucy dans son rapport remis en juillet 2014 au ministère de la Culture et consacré à l’avenir de France 3.

Le protocole validé par le conseil régional mentionne en outre que « France Télévisions est porteuse d’un projet de chaîne régionale de plein exercice diffusée sur un canal dédié, susceptible d’être éditée avec d’autres partenaires, qui constituerait un nouvel espace de diffusion pour les contenus coproduits dans le cadre du contrat d’objectifs et de moyens. Cette chaîne serait, a minima pour une première phase, publiée au sein des bouquets ADSL proposés par les fournisseurs d’accès à internet et non par la télévision numérique terrestre. »

Cette diffusion par ADSL le distingue de Via Stella, la chaîne corse de TNT, cofinancée par France Télévision et la Collectivité territoriale de Corse pour un budget de 28 millions d’euros.

Les collectivités pour faire face aux désengagements du CNC ?

Le projet breton intervient alors que le Centre national du cinéma (CNC) a modifié, à l’automne 2014, les modalités de financements des documentaires (1) : il a relevé les seuils d’éligibilité avec l’idée de structurer le secteur, ce qui a pour effet d’affaiblir les acteurs plus fragiles qui sont principalement les producteurs en régions, qui travaillent avec France3 ou les chaînes locales.

Egalement inquiets de ces orientations et de l’application de la réglementation européenne de minimis (qui limite les financements publics des activités économiques qui n’entrent pas dans le champ d’un service d’intérêt économique général), les producteurs expliquaient en mars 2015, lors d’un débat à Paris au festival Cinéma du réel, qu’ils comptent pourtant sur les collectivités.

« Quand elles co-produisent des documentaires ou des fictions, les télévisions locales manquent d’argent pour permettre aux producteurs d’atteindre les seuils d’égibilité des aides du CNC et financer correctement les films, commente Jean-François Bertrand. L’aide du conseil régional permet un effet levier renforcé. Nous aidons donc davantage la production que la diffusion et nous sanctuarisons la liberté éditoriale des télévisions locales. »

Références

Régions

Notes

Note 01 le compte de soutien à l'industrie et aux programmes audiovisuels, COSIP Retour au texte

Réagir à cet article
Prochain Webinaire

Moby, un programme CEE pour l'écomobilité scolaire

de ECO CO2

--
jours
--
heures
--
minutes
marche online

Aujourd'hui sur les clubs experts gazette

Nos services

Prépa concours

CAP

Évènements

Gazette

Formations

Gazette

Commentaires

La Bretagne en route vers une chaîne de télé régionale de plein exercice ?

Votre e-mail ne sera pas publié

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement