Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement
Club Santé Social

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

icon Club Santé Social

Logement

Hébergement d’urgence : quelle répartition des compétences ?

Publié le 03/02/2017 • Par Auteur Associé • dans : A la Une santé social, Analyses santé social

La répartition des compétences en matière d’hébergement d’urgence entre l’État et le département est révélatrice des tensions qui existent actuellement dans le domaine de l’action sociale, oscillant entre prise en charge impérative des personnes en grande fragilité et restrictions des marges de manœuvre financières, imposant une dimension gestionnaire dans un secteur qui s’en accommode difficilement. Après une première décision rendue le 30 mars 2016 (n° 382437), le Conseil d’État est de nouveau intervenu pour clarifier une question juridique qui ne doit pas faire oublier sa profonde dimension humaine.

Ma Gazette

Sélectionnez vos thèmes et créez votre newsletter personnalisée

Par Samuel Dyens, avocat associé, Cabinet Goutal, Alibert & associés, maître de conférences associé à l’université

Par cinq décisions rendues le 13 juillet 2016 (nos 388317, 399829, 399834, 399836 et 400074), le Conseil d’État a traité l’épineuse question du partage des interventions entre État et département en matière d’hébergement d’urgence. Si la matière semble a priori clarifiée juridiquement, il n’est pas certain que sa mise en œuvre au quotidien soit aussi aisée.

Arsenal juridique complexe

Saisi de la légalité de la décision de refus d’un département de prolonger le versement d’une aide financière mensuelle, destinée à acquitter les frais d’hébergement hôtelier d’une famille, le juge ...

[90% reste à lire]

Article réservé aux abonnés

Club Santé Social

Mot de passe oublié

VOUS N'êTES PAS ABONNé ?

Testez notre Offre Découverte Club Santé Social pendant 30 jours

J’en profite
Réagir à cet article

Nos offres d'emploi

Plus de 1000 offres d'emploi !

TOUTES LES OFFRES D'EMPLOI
marche online

Aujourd'hui sur le Club Santé Social

Nos services

Prépa concours

CAP

Évènements

Gazette

Formations

Gazette

Commentaires

Hébergement d’urgence : quelle répartition des compétences ?

Votre e-mail ne sera pas publié

Club Santé Social

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement