Climat

Des maires africains lancent à Paris un «appel pour une électrification durable»

Par • Club : Club Techni.Cités

Une trentaine de maires de capitales et villes africaines ont lancé un appel en faveur d’une « électrification durable » du continent, le 17 avril à l’Hôtel de ville de Paris.

Ma Gazette

Sélectionnez vos thèmes et créez votre newsletter personnalisée

Ce fut l’une des causes de l’échec du sommet sur le climat de Copenhague, en décembre 2009 : le financement par les pays industrialisés – et à l’origine du dérèglement du climat – d’un développement sobre en carbone du reste de la planète était resté un vœu pieu.

A huit mois de la Cop 21 de Paris-Le Bourget (30 novembre – 11 décembre), « un élément clé de réussite » réside dans le déminage de tout « affrontement entre pays industrialisés et pays en développement, qui n’ont pas à être culpabilisés ou limités dans leur croissance, alors qu’ils n’ont pas contribué à l’effet de serre », déclarait la maire de Paris Anne Hidalgo, le 17 avril 2015 à l’Hôtel de ville.

Deux Africains sur trois dans la pénombre à la nuit tombée

La maire de la capitale (et présidente de l’Association internationale des maires francophones) y a présidé à l’adoption, à main levée et à l’unanimité, de l’appel lancé par une trentaine de maires africains(1) en faveur d’une « électrification durable » du continent. Rappelant que les deux-tiers de la population africaine (soit 600 millions de personnes) n’a pas accès à l’électricité, le texte demande « à l’ensemble de nos partenaires publics et privé, aux Etats, aux banques de développement, aux institutions financières publiques mais aussi aux fonds privés, philanthropiques et alternatifs d’investir massivement dans l’électrification de nos territoires ».

Le Maroc fait figure de modèle : le taux de desserte y est passé de 15 à 90 % des foyers en dix ans (de 1995 à 2005). L’électrification « est à notre portée », affirme le maire de Casablanca, Mohammed Sajid, mettant en avant un financement associant l’Etat, les collectivités locales et les ménages. « L’exemple marocain sur la partie rurale et décentralisée donne de l’espoir aux Africains », commente Jean-Louis Borloo, qui vient de créer la fondation Energies pour l’Afrique.

Des ressources pour une Agence opérationnelle début 2017

Pierre angulaire du rattrapage attendu dans l’accès à l’électricité : une Agence intergouvernementale africaine, dont le besoin de financement est évalué à une cinquantaine de milliards d’euros sur dix ans par Jean-Louis Borloo. L’ancien ministre de l’Écologie affirme n’avoir « aucun doute » sur le fait qu’« avant la fin de l’année », des engagements à hauteur de « 4 à 5 milliards d’euros par an pendant dix ans » seront « au rendez-vous ».

Selon le représentant de la France à la conférence de Copenhague (2009), la future « Maison commune », qui « sera opérationnelle début 2017 », ne saurait « financer que les grands projets gouvernementaux » (tel le barrage d’Inga, en République démocratique du Congo). En outre, « les maires des capitales et des communes rurales devront y être représentés, à hauteur d’environ un quart du conseil d’administration ».

L’ancien ministre d’État assure enfin que le président de l’Union africaine, le Zimbabwéen Robert Mugabe, soutient le projet d’Agence dédiée à l’électrification et qu’il « entend bien convaincre ses frères ».

 

« Faire émerger le premier continent soutenable »

Jean-Louis Borloo, président de la fondation Energies pour l’Afrique

 

« Dans trente ans, la population africaine aura doublé, à deux milliards d’habitants. La bataille des kilowattheures doit suivre l’arrivée des bébés. Confrontée à un choc démographique, l’Afrique passe son temps à courir après la réponse en termes de santé, d’éducation, d’infrastructures. Chaque année, le nombre d’Africains qui n’ont pas accès à l’électricité augmente de 10 millions.

Or, la jeunesse africaine va vers la lumière, celles des grandes villes du continent – qui connaissent une urbanisation folle – puis d’Europe. En moins de dix ans et dans chaque pays et sous-région, il y a de quoi produire l’énergie la moins chère du monde à partir du solaire, de l’éolien, de la géothermie, de la biomasse, de la petite et de la grande hydrauliques. Il y a la capacité à faire émerger le premier continent soutenable.

Je me contrefiche des remarques sur le caractère plus ou moins démocratique de tel ou tel régime. Je distingue les enjeux et les bénéficiaires, d’une part, et les institutions, d’autre part. Quels que soient les défauts de leurs gouvernements, les mamans et les papas africains n’ont pas à payer une double peine et être privés d’accès à l’électricité – laquelle facilitera grandement leur quotidien. »

Commentaires

0  |  réagir

Ajouter un commentaire

Ce champ est obligatoire

Ce champ est obligatoire

Ce champ est obligatoire

Conformément à la loi "Informatique et libertés" du 6 janvier 1978, vous pouvez accéder aux informations vous concernant, les rectifier ou vous opposer à leur traitement et à leur transmission éventuelle à des tiers en écrivant à : Groupe Moniteur - Antony Parc 2, 10 place du Général de Gaulle, La Croix de Berny – BP 20156, 92 186 Antony Cedex ou en cliquant ici.

L'actu Technique

  • Une nouvelle route durable et connectée

    Un appel à projets baptisé RD993 Lab, lancé en mars 2019 par le département des Hauts-de-Seine, en partenariat avec Paris La Défense et le Cerema, a retenu quatre solutions innovantes pour fluidifier et sécuriser le trafic de la route du futur. ...

  • Votre actu juridique du 18 au 24 juin 2021

    Notre sélection de textes officiels, jurisprudence et réponses ministérielles intéressant les cadres de la filière technique, publiés par le Club Techni.Cités et sur Lagazette.fr entre le 18 et le 24 juin 2021. ...

  • Dix conseils pour réussir la rénovation énergétique d’un bâtiment

    Le parc immobilier français nécessite de profondes adaptations pour parvenir au niveau BBC Rénovation ou équivalent. Quelques points importants à ne pas omettre pour bien réussir ce type d’opération. ...

  • Toulouse internalise la ville intelligente

    Pour des questions de coût, de souveraineté et de contrôle de ses choix futurs, la métropole de Toulouse choisit de développer sa propre plateforme de stockage et de croisement de données. ...

Offre découverte 30 jours gratuits !

dernières offres d’emploi

Formations

Evènements

services

Thèmes abordés

Prochain Webinaire

Moby, un programme CEE pour l'écomobilité scolaire

de ECO CO2

--
jours
--
heures
--
minutes

menu menu

Club Techni.Cités : l'information pour les techniciens de la FP