Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement
Club Santé Social

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

icon Club Santé Social

Précarité

6 000 idées pour lutter contre la pauvreté

Publié le 19/01/2017 • Par Christelle Destombes • dans : A la Une santé social, Dossier Santé Social

Inclusion-UNE
magele-picture - Fotolia
La Fnars – renommée ''Fédération des acteurs de la solidarité'' à l’occasion de ses soixante ans – s’invite dans la campagne présidentielle en présentant une plateforme de propositions pour promouvoir une société inclusive. Elles sont issues d’une large consultation de son réseau. Près de 300 groupes de travail ont ainsi répondu à une consultation en ligne et fourni près de 6 000 idées. Parmi celles-ci un droit à l’éducation-formation tout au long de la vie sur la base du compte personnel d’activité ou une couverture logement universelle qui protégerait locateurs et bailleurs. Pour son délégué, ''le pays a investi 40 milliards d'euros pour le Cice, on peut mettre 40 milliards d'euros sur la lutte contre la pauvreté''.

Ma Gazette

Sélectionnez vos thèmes et créez votre newsletter personnalisée

Les 12 et 13 janvier, lors de son congrès à Dijon, sept candidats ou leurs représentants ont découvert les propositions de l’ex-Fnars qu’il faudra s’habituer à appeler désormais Fédération des acteurs de la solidarité. Elles sont réparties en quatre axes : investir dans la jeunesse, prévenir les ruptures dans l’emploi ou la perte de logement, développer le pouvoir d’agir et la citoyenneté, investir dans le dynamisme local avec des territoires plus solidaires.

Investir dans la jeunesse

Selon l’Unicef, trois millions d’enfants vivent dans une famille dont les revenus sont inférieurs au seuil de pauvreté, et depuis la crise de 2008, 400 000 jeunes ont basculé dans la pauvreté. Les familles monoparentales souffrent le plus de cette dégradation. L’école échoue à réduire les inégalités, les décrocheurs proviennent plus fréquemment d’un milieu défavorisé.

Pour y remédier, la Fédération recommande de créer de nouvelles places d’accueil des enfants de moins de 3 ans, de garantir l’accès gratuit à la cantine et aux activités périscolaires aux familles sous le seuil de pauvreté, d’organiser des États généraux de l’inégalité scolaire, de renforcer les moyens des PMI et la médecine scolaire ou encore de créer un droit à l’éducation-formation tout au long de la vie sur la base du compte personnel d’activité.

Prévenir les ruptures dans l’emploi ou la perte de logement

La Fédération propose de fusionner les minima sociaux et de créer un revenu décent et garanti de 850 euros ouvert dès l’âge de 18 ans. Une mesure défendue par Manuel Valls, présent au congrès, sous condition de ressources. Si ce sujet bénéficie d’une certaine couverture médiatique, ce n’est pas le cas de toutes les questions.

Florent Gueguen, délégué général de la Fédération, affirme vouloir « aller plus loin sur les questions de logement et d’hébergement, absentes des débats mais centrales si l’on veut améliorer les conditions de vie des plus fragiles. » La fédération imagine ainsi une couverture logement universelle, qui protégerait locateurs et bailleurs ; propose de produire un logement sur trois en très social, dans les zones « tendues », ou de créer 40 000 places de Cada sur le quinquennat.

Des mesures structurelles ou en faveur de l’accès effectif aux droits

D’autres mesures complètent ces propositions, certaines structurelles (doubler le nombre de postes dans l’IAE dans les territoires les plus touchés par le chômage, former 750 000 chômeurs par an), d’autres pour garantir l’accès aux soins pour tous (fusion de l’AME et de la PUMa), l’accès effectif aux droits (contre le non-recours) ou réduire la fracture numérique.

« Cette plateforme sera notre feuille de route pour les cinq ans à venir, précise Florent Gueguen. Nous mettons ces propositions sur la table pour que les candidats à l’élection s’emparent plus globalement de la question de la lutte contre la pauvreté.

Le pays a investi 40 milliards d’euros pour le Cice, on peut mettre 40 milliards d’euros sur la lutte contre la pauvreté ».

Réagir à cet article
Prochain Webinaire

Comment développer de nouveaux services urbains grâce à l'internet des objets ?

de Orange Business Services

--
jours
--
heures
--
minutes

Nos offres d'emploi

Plus de 1000 offres d'emploi !

TOUTES LES OFFRES D'EMPLOI
marche online

Nos services

Prépa concours

CAP

Évènements

Gazette

Formations

Gazette

Commentaires

6 000 idées pour lutter contre la pauvreté

Votre e-mail ne sera pas publié

Club Santé Social

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement