Fermer

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Menu

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Bibliothèques

Qu’est-ce que le métier de bibliothécaire aujourd’hui ?

Publié le 19/03/2010 • Par Hélène Girard • dans : France

L’Association des bibliothécaires de France (ABF) vient de publier la douzième édition de son ouvrage emblématique « Le métier de bibliothécaire ». Lors d’un entretien avec la Gazette, Yves Alix, coordinateur de l’ouvrage, nous a expliqué les enjeux de cette clarification. Ce qui le conduit à analyser les mutations que vivent les professionnels.

Ma Gazette

Sélectionnez vos thèmes et créez votre newsletter personnalisée

La publication de ce livre (1) intervient alors que la profession connaît des mutations sans précédent : diversification des supports documentaires, montée en puissance galopante du numérique, évolution des publics, des demandes, des comportements, des usages des bibliothèques… D’où une complexification croissante du métier.

La profession vit ces bouleversements dans un état d’esprit ambivalent : l’enthousiasme suscité par l’ouverture de nouvelles perspectives se teinte souvent d’inquiétudes sur le rythme des mutations et les nouvelles compétences requises, avec, ici et là, des interrogations sur la survie des bibliothèques, à moyen terme, dans un univers documentaire de plus en plus dématérialisé.

Pour l’ABF, l’élaboration d’un ouvrage différent des précédents, en phase avec les besoins des professionnels et leurs interrogations, a donc pris l’allure d’une gageure.
Vingt-sept auteurs, professionnels des bibliothèques, ont contribué à ce travail, qui a été dirigé par Yves Alix, actuellement directeur du département de l’information bibliographique et numérique de la Bibliothèque nationale de France (BnF).

1- La nouvelle édition du manuel paraît alors que certains n’hésitent pas à prédire la disparition des bibliothèques sous la vague numérique. Le livre est-il un démenti ?

 

Patrick Bazin, cité par Yves Alix, est directeur de la Bibliothèque municipale de Lyon.

2- A quoi sert ce livre ?

 

3- A qui est-il destiné ?

 

Patrick Bazin, cité par Yves Alix, est directeur de la Bibliothèque municipale de Lyon.

4- Douze éditions en 44 ans, c’est beaucoup. Pourquoi un tel rythme ?

 

5- D’édition en édition, le livre grossit. Pourquoi ?

 

6- Comment fait-on pour écrire un manuel sur un métier qui ne cesse d’évoluer de mois en mois ?

7- Qu’est-ce qui distingue l’édition 2010 de celle de 2007 ?

8- Quelles sont les autres nouveautés dans l’édition 2010 ?

9- Cette relation avec le public est-elle aujourd’hui une évidence pour tous les professionnels ?

10- La complexité croissante du métier appelle-t-elle une spécialisation des profils ?

11- Pour conclure, quelle est votre définition du bibliothécaire, notamment quand vous vous adressez à quelqu’un qui ne les fréquente pas ?

Cet article est en relation avec le dossier

Notes

Note 01 Les Editions du Cercle de la librairie Retour au texte

5 Réagir à cet article

Nos offres d'emploi

Plus de 1000 offres d'emploi !

TOUTES LES OFFRES D'EMPLOI
marche online

Aujourd'hui sur les clubs experts gazette

Nos services

Prépa concours

CAP

Évènements

Gazette

Formations

Gazette

Commentaires

Qu’est-ce que le métier de bibliothécaire aujourd’hui ?

Votre e-mail ne sera pas publié

Un bibliothécaire

21/03/2010 10h31

Ce n’est pas par ce qu’il est indispensable de se tourner vers le public qu’il faut considérer celui-ci comme de la clientèle ! Pour une personne qui dirige la rédaction d’un ouvrage de référence sur les bibliothécaires, il est assez regrettable d’avoir une position aussi tranchée sur le sujet. Cela démontre, si besoin était, l’orientation idéologique libérale de l’élite de la profession. Je sais bien que la bibliothèque de M. Bazin à Lyon est une annexe du centre commercial de la Part-Dieu et que le bip-bip des scannettes le samedi dans les BM fait penser aux caisses des supermarchés. Mais les bibliothécaires ne sont pas des chefs de rayon produits.

Les bibliothèques sont des services publics. Nous rendons un service aux publics. Il n’y a pas besoin de filer une métaphore consumériste puisque la notion même de public est incluse dans ce qui définit les établissements de lecture publique ou de documentation.

La comparaison avec le libraire est intéressante mais on peut se demander si en France la librairie « indépendante » – c’est-à-dire là où s’exerce réellement le métier de libraire en tant que prescripteur ou conseiller – n’est pas elle-même, en partie, un service public indirect. Nombreuses sont les librairies notamment spécialisées qui vivent partiellement des subventions publiques et de la politique réglementée du prix du livre.

Le service public est une coproduction entre les professionnels et les usagers. Le public d’une bibliothèque est composé de lectrices et de lecteurs – qu’il vienne pour n’importe quel type de supports voire même simplement pour flâner dans le lieu. Le public possède un savoir lui-même. Il doit être considéré comme un membre actif du service et non comme un simple spectateur ou un client passif en demande qu’il faut sans cesse séduire à coup de marketing. De même, les bibliothécaires ne sont pas des accompagnateurs. Nous ne faisons pas de l’assistance à la manière des travailleurs sociaux. Au contraire, nous aidons le public à devenir autonome et notre but devrait être l’émancipation par le savoir et la culture à la manière de ce que furent, par exemple, les idéaux de l’éducation populaire. L’éducation contre le marché. L’autodidaxie comme exemple.

Le plus sûr moyen de désertifier les bibliothèques est donc de les considérer comme des supermarchés avec leurs clients. Car à ce jeu là, les gens préféreront toujours l’original à la copie à savoir la FNAC ou Virgin plutôt que la bibliothèque municipale. Pour moi, dans l’idéal, une bibliothèque, en tant que service public, devrait pouvoir être gérée directement par son personnel et ses usagers sans le clientélisme (le mot est ici choisi volontairement), la tutelle politique et le népotisme des élus locaux.

Nolwenn.B

18/01/2011 09h28

Bonjour j’ai une recherche sur le métier que je voudrais exercer et j’aimerais devenir Bilbliothécaire.
J’aimerais en savoir + sur ce fableux métier.
Merci, cordialement
PS: faites pas attentions aux (nombreuses) fautes que j’ai pu commettre, je n’ai que 13 ans =)

cathy/tinkerbell

09/03/2011 10h27

bonjour,

je voudrais savoir les conditions exacte pour pouvoir passer le concours de bibliothécaire. Sachant que cela va faire deux ans que je travaille à la médiathèque du Tampon, je suis titulaire d’un BAC.

MERCI .

anicet

15/09/2012 11h01

je suis bibliothécaire dans un lycée a affery (cote d’ivoire).
je voudrais avoir quelques informations sur l’animation d’une bibliothèque.
aussi voudrais je avoir des renseignements sur la procédure d’obtention de bourses d’études.
salutation

Alex Leclerq

14/11/2012 12h16

Moi je suis libraire mais j’ai toujours voulu etre bibliothecaire parce que ce boulout me parait beaucoup plus calme

Commenter

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement