Fermer

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Menu

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Syndicats

La FAFPT de Prades attaque le maire pour entrave à l’exercice du droit syndical

Publié le 18/03/2010 • Par Sylvie Brouillet • dans : Régions

Le syndicat conteste en justice les restrictions d’ouverture du local syndical fourni par la commune de Prades, obtenu après deux ans de demandes répétées.

Ma Gazette

Sélectionnez vos thèmes et créez votre newsletter personnalisée

Le syndicat FAFPT de la ville de Prades, dans les Pyrénées-Orientales, et la section départementale FAFPT 66 ont assigné en citation directe le maire UMP de Prades Jean Castex devant le tribunal correctionnel de Perpignan pour délit d’entrave à l’exercice du droit syndical, réprimé par l’article L.2142-8 du Code du Travail. Ils demandent 3.000 euros en réparation des préjudices matériel et moral. L’audience de consignation du 11 mars a calé l’affaire au 2 septembre 2010.

Déraisonnable à cause des armes de la police municipale

La FAFPT, qui représente 60 des 150 agents de Prades, reproche au maire l’accès limité du local syndical, autorisé de 8 à 12 heures et de 14 à 18 heures. Or, l’activité syndicale se déroule surtout pendant la pause déjeuner et en fin de journée, soutient Bernard Martinez, secrétaire FAFPT 66 et responsable juridique national.

Il cite l’article L.2142-8 Code du travail relatif à l’exercice du droit syndical dans la fonction publique territoriale selon lequel les réunions syndicales sont possibles «en dehors des horaires de service». Pour le maire de Prades, laisser l’accès libre en dehors des heures ouvrables à la mairie où sont entreposés les armes de la police municipale et les titres sécurisés serait déraisonnable Le local est inadapté, réplique Bernard Martinez. Il n’a pas d’entrée indépendante et les agents doivent traverser deux bureaux de la police municipale pour y accéder.

Conflit depuis la naissance du syndicat

Le conflit sur le local syndical remonte en réalité au moment de la naissance du syndicat de Prades, il y a deux ans. La mise à disposition d’un local syndical est obligatoire dans toute collectivité d’au moins 50 agents. Mais le local n’a été obtenu, indique Bernard Martinez, qu’en janvier 2010, après 24 mois de patience et six lettres recommandées

Le local a été mis à disposition lorsqu’il a été disponible, après transfert des services administratifs qui l’occupaient, répond le maire. Dans l’attente, le syndicat a toujours eu sur simple demande accès à une salle de la ville, soit pour organiser des réunions, soit pour recevoir des agents de la collectivité.

Droit syndical pour entreprises et établissements de plus de 200 salariés

Le maire et son avocat Me Bonnet font enfin remarquer que le syndicat invoque le droit du travail alors que le local syndical n’est prévu que dans les entreprises et établissements de plus de 200 salariés, ce qui n’est pas le cas de Prades. Ils relèvent aussi que le droit administratif, qui prévoit l’obligation d’un local syndical dans les collectivités de plus de 50 salariés, ne prévoit aucune sanction pénale.

Références

Décret n°85-397 du 3 avril 1985 relatif à l'exercice du droit syndical dans la fonction publique territoriale

2 Réagir à cet article

Nos offres d'emploi

Plus de 1000 offres d'emploi !

TOUTES LES OFFRES D'EMPLOI
marche online

Aujourd'hui sur les clubs experts gazette

Nos services

Prépa concours

CAP

Évènements

Gazette

Formations

Gazette

Commentaires

La FAFPT de Prades attaque le maire pour entrave à l’exercice du droit syndical

Votre e-mail ne sera pas publié

loulou

19/03/2010 07h56

J’ai lu attentivement cet article. Toute l’équipe de salariés de la mairie est victime de harcèlement depuis les élections. Tous les conseillers municipaux et adjoints ont pu le constater et cela les amuse. Actuellement, cela a conduit à l’arrêt maladie d’une personne employée à l’entretien pour 5 mois. Nous sommes dans une toute petite commune et notre isolement est grand. Aussi quand je constate que des agents s’entendent pour dénoncer des abus de pouvoir et le non respect de la règlementation je ne peux que les encourager et les féliciter.

loulou

19/03/2010 08h10

Le simple fait d’avoir demandé de la modération dans la réaction spontanée que j’ai eu en lisant l’article me prouve combien il est difficile de croire en la maltraitance morale et me renforce l’idée que les victimes sont eternellement des victimes.

Commenter

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement