Fermer

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Menu

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Réforme territoriale

La revue Esprit se penche sur le millefeuille territorial

Publié le 27/02/2015 • Par Agnès Chareton • dans : France

A l’heure où la réforme territoriale rebat les cartes, la revue d’idées ouvre ses colonnes à des géographes dans son numéro de février. Emmenés par Daniel Béhar, ces spécialistes récusent tout big-bang pour mieux promouvoir la coordination entre collectivités.

Le millefeuille territorial est au menu du mensuel Esprit. Alors que le redécoupage des régions a été adopté en décembre 2014 et que le projet de loi NOTRe est en cours d’examen par l’Assemblée Nationale, la revue intellectuelle a convié cinq géographes pour prendre un peu de hauteur et démêler les problématiques de la réforme territoriale.

« Les tentatives répétées au cours des trente dernières années pour réformer le « mille-feuille » territorial français, cette superposition de communes, intercommunalités, départements, régions, ont souvent eu pour résultat de l’alourdir » constate Alice Béja, rédactrice en chef. Au-delà du passage de 22 à 13 régions, qui a cristallisé les débats, elle souligne les vrais enjeux de la recomposition territoriale, à savoir l’émergence des métropoles et la montée en puissance des intercommunalités.

Bizarrerie hexagonale

Les communes sont-elles vouées à disparaître ? Béatrice Giblin, professeur à l’Institut français de géopolitique, pointe un paradoxe français : « d’une part, vouloir continuer la décentralisation en renforçant l’autonomie locale » tout en voulant « préserver un exceptionnel maillage de 36 769 communes inadapté à la gestion actuelle des territoires. » Seule solution : « fusionner les communes les plus petites », en prenant exemple sur les réformes menées par nos voisins européens dans les années 1970.

Autre bizarrerie hexagonale, soulevée par Philippe Estèbe, géographe : la France n’a pas réussi à simplifier sa carte territoriale en privilégiant un échelon sur un autre. Ce serait, selon lui, le symptôme d’une « absence de désir de décentralisation », aujourd’hui réveillée par trois phénomènes : « les grandes villes s’autonomisent, l’Etat n’est plus cette puissance protectrice des petites patries locales et les corporatismes subissent le désamour de l’opinion publique. »

Inter-territorialité

Au lieu de chercher un impossible découpage idéal, pourquoi ne pas réfléchir à la manière dont les collectivités pourraient travailler ensemble ? Pour Daniel Béhar, géographe et consultant à la coopérative conseil Acadie, invité à en débattre avec le géographe Jacques Lévy, la quête d’un échelon territorial pertinent, en réponse à l’injonction de « rationalisation » et de « simplification », serait vouée à l’échec. « La pertinence territoriale qui ferait coïncider les circonscriptions politiques et administratives et la géographie des réalités socio-économiques était introuvable dans une société plutôt sédentaire ; elle l’est davantage à l’heure des mobilités et des réseaux. »

Un point de vue partagé par Martin Vanier, professeur de géographie à l’université de Grenoble, pour qui « trente ans de décentralisation ont montré que seule l’articulation et la coordination des niveaux d’action permettent de produire des politiques pertinentes ». A l’heure de l’avènement d’une société de réseaux qui dissocie l’espace de l’usager et le territoire d’expression du vote, il propose aussi des pistes pour moderniser la démocratie locale. Une question cruciale, jusqu’ici ignorée des débats sur la réforme territoriale.

Esprit, n°412, Février 2015 L’avenir du pouvoir local, 20€

Cet article est en relation avec le dossier

Réagir à cet article

Nos offres d'emploi

Plus de 1000 offres d'emploi !

TOUTES LES OFFRES D'EMPLOI

Aujourd'hui sur les clubs experts gazette

Nos services

Prépa concours

CAP

Évènements

Gazette

Formations

Gazette

Fournisseurs public expo Public Expo

Commentaires

La revue Esprit se penche sur le millefeuille territorial

Votre e-mail ne sera pas publié

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement