Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement
Club prévention sécurité

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

icon Club prévention sécurité

Politique de la ville

A Evry, Manuel Valls signe un nouveau contrat de ville avec le soutien du département

Publié le 16/02/2015 • Par Hugo Soutra • dans : Actu prévention sécurité, Régions

Manuel Valls a apposé sa signature, samedi 14 février, sur le nouveau contrat de ville accompagnant les quartiers prioritaires d’Evry Centre Essonne jusqu’en 2020. La ville et l’ancienne intercommunalité du premier ministre pourront compter sur un large soutien d’acteurs à commencer par celui du Conseil général, présidé par le socialiste Jérôme Guedj.

A quelques semaines d’un comité interministériel à l’égalité et à la citoyenneté au cours duquel sera dévoilé des « mesures fortes sur les politiques de peuplement », le Premier ministre Manuel Valls a participé samedi 14 février à la signature d’un des premiers contrats de ville, au siège de la communauté d’agglomération d’Evry Centre Essonne (CAECE).
Plusieurs quartiers de Ris-Orangis, Courcouronnes et Evry sont concernés par la nouvelle géographie prioritaire dévoilée à l’été 2014.

Dans cette intercommunalité et cette ville qu’il a dirigé de 2001 à 2012, Manuel Valls s’était déjà attelé à renforcer la sécurité (vidéosurveillance, police municipale) dans l’objectif notamment de favoriser la mixité sociale et d’y attirer les classes moyennes. Aujourd’hui Premier ministre, il a profité de son déplacement pour vanter l’une des principales avancées de la loi Lamy, votée en février 2014 : l’élargissement de la contractualisation.

Un contrats valable jusqu’à 2020 – Comparés à leurs ancêtres des contrats urbains de cohésion sociale (CUCS), les nouveaux contrats de ville ambitionnent d’associer une panoplie d’acteurs divers et variés outillés pour réduire les inégalités. Sous l’impulsion du gouvernement et des collectivités locales, c’est l’ensemble des administrations nationales, des collectivités territoriales, du monde associatif, mais aussi des bailleurs sociaux, des transporteurs ainsi que des habitants des quartiers populaires qui sont invités à s’engager concrètement jusqu’à 2020.

Selon Manuel Valls qui a récemment dénoncé une situation d’apartheid dans notre pays, – un terme qu’il assume et qu’il a réutilisé « à dessein » samedi dernier pour « éveiller les consciences » –, les contrats de ville nouvelle génération doivent permettre de « casser la spirale infernale de la ghettoïsation » et de la ségrégation.

« Paupérisation » des quartiers populaires – « Depuis trente ans », malgré les plans qui se sont multipliés pour réhabiliter les quartiers sensibles, « nous ne parvenons toujours pas à enrayer la paupérisation » de ces territoires populaires, a regretté l’ancien maire d’Evry et président d’agglomération, toujours conseiller municipal.

Dans un département concerné « plus que tout autre par les problématiques liées aux fractures territoriales », le président (PS) du Conseil général, Jérôme Guedj, a pour sa part mis en lumière une des principales difficultés structurelles qui empêche la politique de la ville d’être unanimement saluée comme une politique publique efficace : le turn-over des populations précaires, qui ancre voire fige ces territoires comme des quartiers populaires.

Le CG, un soutien de la politique de la ville – « Les gouvernements successifs ont mis en place des dispositifs pour lutter contre ces inégalités. Il serait faux de dire que rien n’a marché. Mais ceux qui s’en sortent, qui quittent leur résidence ou leur quartier sont remplacés par d’autres, souvent en plus grande difficulté » analyse ainsi Jérôme Guedj.

Dans le cadre de son plan de cohésion sociale et urbain, le Conseil général était déjà un partenaire historique de la politique de la ville en Essonne. Donnant à certains égards l’impression d’avoir inspiré la loi de refonte de la politique de la ville écrite par l’ancien maire de Palaiseau (Essonne) François Lamy, plus de six millions ont ainsi été dépensés par le département entre 2010 et 2014 sur les trois principaux volets identifiés par les nouveaux contrats de ville : cohésion sociale, renouvellement urbain, développement économique.

Mobilisation de « tous les acteurs territoriaux » – « La politique de la ville est une politique interministérielle, qui mobilise tous les acteurs territoriaux. Nous sommes tous engagés, sur nos champs de compétences, en mobilisant nos services et tous les leviers que nous avons à notre disposition, pour faire changer les choses dans nos quartiers, et pour que l’espoir renaisse là où le sentiment d’abandon s’est enraciné » a justifié Jérôme Guedj.

En signant officiellement le contrat de ville d’Evry Centre Essonne, le Conseil général s’engage aujourd’hui à « ce que les dispositifs de droit commun (collèges, MDS, PMI) soient engagés » et orientés au service des publics des quartiers prioritaires. D’autres actions sont listées :

  • « renforcer les moyens dans les secteurs (emploi, éducation, sécurité, social) les plus sensibles », où l’action de l’Etat semble parfois en recul ;
  • sécuriser les financements liés à la gestion urbaine de proximité (GUP) et aux contrats locaux d’accompagnement à la scolarité (CLAS) ;
  • pérenniser les financements aux projets municipaux dans le cadre de programmations annuelles ;
  • simplifier les demandes de subvention.

« Citoyens de seconde zone » – Un investissement qui ne sera pas de trop, alors qu’« un grand nombre de citoyens ont le sentiment d’être des citoyens de seconde zone » selon les mots du premier ministre. Ces contrats de ville doivent « faire du beau » et « mettre de l’amour » dans ces zones où règnerait, toujours selon le premier ministre, « un profond sentiment d’absence d’amour. »

Si Manuel Valls n’a rien confirmé en matière de mobilisation des moyens de droit commun des administrations de l’Etat ou des conseils régionaux, il a avalisé l’ajout d’un quatrième volet « Citoyenneté et laïcité » aux contrats de ville. Le conseil général de l’Essonne s’est dit « prêt à relever collectivement le défi laïc et républicain qui nous est lancé. »

Formation des professionnels – Dans cette optique, deux axes de travail ont été identifiés par Jérôme Guedj : le soutien aux professionnels, afin de « l’aider à mieux s’approprier nos valeurs républicaines pour mieux les diffuser », ainsi que la modification de l’image des jeunes de banlieues.

« La jeunesse des quartiers doit être appréhendée comme une richesse et non pas un danger. C’est la raison pour laquelle le Conseil général, en appui du plan de cohésion sociale, fera converger vers les gens des quartiers sa politique jeunesse afin de leur donner toute leur place et favoriser leurs initiatives. »

 

Cet article est en relation avec les dossiers

Régions

Réagir à cet article Vous avez une question ? Posez-la à notre juriste

Nos offres d'emploi

Plus de 1000 offres d'emploi !

TOUTES LES OFFRES D'EMPLOI

Aujourd'hui sur le Club prévention-sécurité

Nos services

Prépa concours

CAP

Évènements

Gazette

Formations

Gazette

Commentaires

A Evry, Manuel Valls signe un nouveau contrat de ville avec le soutien du département

Votre e-mail ne sera pas publié

Club prévention sécurité

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement