Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement
Club Santé Social

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

icon Club Santé Social

Education

Carte scolaire : « il faut sortir du découpage communal » et « impliquer le privé » – Marco Oberti, sociologue

Publié le 03/02/2015 • Par Michèle Foin • dans : Actu expert Education et Vie scolaire, Actu expert santé social, Dossiers d'actualité, France

Marco Oberti, sociologue et directeur de l’Observatoire sociologique du changement (OCS), est un spécialiste des inégalités urbaines et scolaires, abordées sous l'angle de la ségrégation. Au moment où la ministre de l’Education nationale entend engager « une politique active de mixité pour agir sur la composition des collèges », il revient sur les conditions indispensables à la mixité scolaire.

Ma Gazette

Sélectionnez vos thèmes et créez votre newsletter personnalisée

De quels leviers Najat Vallaud Belkacem et les collectivités territoriales compétentes disposent-elles pour agir sur la mixité scolaire au collège ?

Il faut avant tout changer les découpages territoriaux de la sectorisation. Aujourd’hui, la sectorisation du collège s’organise essentiellement à l’échelle communale, et ne permet pas, dans le cadre de communes très homogènes, de changer de façon significative le profil social des établissements. Or dans certains cas d’homogénéité sociale voire ethnique, les contours de la carte scolaire doivent pouvoir sortir du cadre municipal et englober des quartiers ou des communes limitrophes.

Il faudrait ensuite définir la proportion de classes supérieure, moyenne ou défavorisée à l’échelle de ces nouveaux secteurs, afin de calculer un profil moyen d’établissement. Ainsi, tous les établissements d’un même secteur auraient sensiblement le même profil. Cela éviterait aux parents de classer les établissements selon leur profil social, ou les résultats ...

[80% reste à lire]

Article réservé aux abonnés

Club Santé Social, Club Éducation et vie scolaire

Mot de passe oublié

VOUS N'êTES PAS ABONNé ?

Testez notre Offre Découverte Club Santé Social pendant 30 jours

J’en profite

Cet article fait partie du Dossier

Quand les attentats bousculent les politiques de cohésion sociale

Sommaire du dossier

  1. Le logement aux premières loges du plan pour l’égalité et la citoyenneté
  2. Laïcité, éducation, ville : les acteurs locaux réagissent
  3. « Accélérons de toute urgence les réponses sociales » – Gilles Leproust, Ville et Banlieue
  4. Mixité sociale : la solution miracle qui cache les vrais enjeux
  5. « On érige entre « eux » et « nous » le mur qu’on cherche à abattre » – Thomas Kirszbaum
  6. Après les attentats, les élus locaux veulent infléchir la politique de la ville
  7. « Démunis », les professionnels souhaitent « redonner du sens » à la politique de la ville
  8. Comité interministériel à l’égalité et à la citoyenneté : que faut-il en attendre ?
  9. « Contre l’exclusion, mobilisons les politiques publiques et les énergies dans les quartiers ! » – Profession Banlieue
  10. Réussite éducative : les professionnels réagissent au plan gouvernemental
  11. «Les élus doivent avoir une approche nouvelle face à la radicalisation », Roger Vicot, président du FFSU
  12. Les éducateurs de rue promeuvent une «politique de prévention éducative et sociale de la radicalisation»
  13. France Médiation appelle à « une véritable politique de prévention sociale »
  14. « Le mouvement d’éducation par le sport est un vrai terrain d’insertion des jeunes »
  15. Après les hommages aux victimes du terrorisme, les quartiers populaires réclament un débat de fond
  16. Le territoire, « machine à trier les jeunes » ?
  17. Carte scolaire : « il faut sortir du découpage communal » et « impliquer le privé » – Marco Oberti, sociologue
2 Réagir à cet article
Prochain Webinaire

Acteurs publics, comment optimiser vos dépenses informatiques grâce au cloud ?

de Capgemini

--
jours
--
heures
--
minutes

Nos offres d'emploi

Plus de 1000 offres d'emploi !

TOUTES LES OFFRES D'EMPLOI
marche online

Aujourd'hui sur le Club Santé Social

Nos services

Prépa concours

CAP

Évènements

Gazette

Formations

Gazette

Commentaires

Carte scolaire : « il faut sortir du découpage communal » et « impliquer le privé » – Marco Oberti, sociologue

Votre e-mail ne sera pas publié

Stella

04/02/2015 11h11

Si la mixité est indéniablement un but (vivre ensemble) et un moyen (s’enrichir au contact de l’autre) et doit s’imposer dans les services au public dont particulièrement l’école, au centre de la question éducative; l’ouverture d’établissements privés dans les territoires populaires est-elle réellement LA réponse?
Certaines villes, même si elles sont pus rares, connaissent une même segmentation riches-moyens-pauvres au sein du public et au sein du privé ! Le seul rapport public-privé n’explique pas tout, la qualité de l’école dans certains territoires oubliés est une vraie question à se poser! Elle ne relève bien évidemment pas que du public mais aussi des moyens affectés, notamment de la formation et de l’expérience des enseignants. Développer et faciliter l’accès au privé ne risque-t-il pas de bénéficier encore une fois à quelques un-es au détriment de la grande masse?! (cf les différents programmes internat d’excellence etc…) laissant du monde sur le bas-coté, renforçant les écarts au sein même des populations les plus vulnérables et attisant le sentiment (et la réalité) de disqualification ! L’égalité n’est pas de donner une chance a certains, mais bien de rétablir les conditions et moyens d’accès à une scolarité réussie pour tous-tes, l’école publique devrait être la mieux placée pour répondre à ce défi! Si l’éducation est un véritable enjeu, ce que tout le monde s’accorde a dire aujourd’hui, à quand un véritable plan stratégique ambitieux et surtout doté des moyens ad’hoc??? A quand des écoles d’excellence partout? attractives d’elles-mêmes pour tous les publics?

ELIOTT

04/02/2015 07h08

voilà typiquement une analyse faite à l’envers et très « démocratique » !
comme pour d’autres sujets, on ne veut pas regarder la réalité: qui va enseigner dans ces quartiers; les plus novices ! dès qu’ils le peuvent ces profs font tout pour se faire nommer dans des zones plus faciles.
que l’on commence donc par faire le ménage à l’éducation nationale et son idéologie folle sur l’égalitarisme intégriste.

Commenter
Club Santé Social

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement