Fermer

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Menu

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Développement économique

Des bourses régionales au service de l’économie réelle

Publié le 27/01/2015 • Par Sarah Belhadi • dans : France

Dans le cadre la commission spéciale sur la loi « Macron », Jean-Christophe Fromantin, député UDI des Hauts-de-Seine, a fait voter un amendement pour recréer des places de marché en régions afin de doper l’économie locale.

Ma Gazette

Sélectionnez vos thèmes et créez votre newsletter personnalisée

« Au lieu d’être drainée vers l’économie locale, l’épargne des Français va vers des fonds de pensions étrangers », déplore Jean-Christophe Fromantin. Avec 4075 milliards d’euros d’épargne d’un côté, et des entreprises qui peinent à trouver des fonds propres dans les établissements bancaires de l’autre, la France vit une situation paradoxale.
La création de places de cotation locales, retenue par la commission spéciale sur le projet de loi « Macron », pourrait ainsi permettre d’attirer l’épargne des territoires vers l’économie régionale. Objectif : aider les PME et les entreprises de taille intermédiaire à accéder à de nouveaux fonds propres.

Taille critique

Un financement en circuit court dans l’air du temps : « avec les plateformes de crowdfunding, on est de plus en plus dans un système de financement horizontal. Les gens ont envie de placer l’argent près de chez eux », s’enthousiasme Jean-Christophe Fromantin. Pour le député, cette proposition est le moyen de donner une compétence économique véritable aux régions : « Il faut que chaque région ait son véhicule de financement ».

Mais pour l’instant, l’accueil est mitigé faute d’informations : « Sur le principe de faire appel à l’épargne publique, pourquoi pas. Mais il faut voir les modalités, le rôle que les collectivités vont jouer, et ce que la structure va coûter », note Roger Musart, directeur de cabinet de François Patriat, président PS de la région Bourgogne.
Ces bourses régionales ne sont pas une nouveauté. Au début des années 1990, elles ferment les unes après les autres… et disparaissent du paysage financier. « À l’époque, la masse critique des régions n’était pas assez importante. Avec l’évolution de la carte, elles sont dotées d’une taille critique plus importante et d’un poids économique plus fort », analyse le député UDI. Ces nouvelles places financières doivent maintenant répondre à un cahier des charges précis définissant entre autres les critères de taille des entreprises. Si le concept s’étend sur toute la France, l’encadrement pourrait être assuré par l’Agence France Locale, la Caisse des Dépôts et Bpifrance, tout en s’appuyant sur un opérateur spécialisé.

Vision passéiste ?

Le challenge de mobiliser l’épargne des Français dans une bourse locale, Philippe Valentin, vice-président de la Chambre de commerce et d’industrie de Lyon, y pensait depuis 10 ans. Il n’est pas peu fier d’être le premier à avoir réveillé ce type de financement : « La critique que l’on me fait souvent, c’est pourquoi ne l’a t-on pas fait avant ? », lance-t-il. En juillet dernier, la métropole lyonnaise a relancé sa place financière qui n’existait plus depuis 1983. Destinée aux entreprises entre 20 et 500 personnes, qui font « quelques millions d’euros de chiffre d’affaires », elle permet des levées de fonds entre 200 000 et 1 million d’euros.
Si Pascal Perez, consultant en développement économique, approuve l’initiative, il met en garde contre une vision un peu trop simpliste : « L’idée d’une bourse régionale, c’est une vision du 19ème siècle qui est dépassée aujourd’hui. Il y a une méconnaissance de ce qu’est un actionnaire ». En effet, l’une des principales difficultés pour mobiliser ce type de fonds sera de convaincre les particuliers : « L’argument du financement local est important mais les gens ne vont pas investir s’il y a un risque », poursuit le spécialiste. Pour Philippe Valentin, il n’est pas question de faire de la spéculation : « Le risque n’est pas nul pour les investisseurs mais pour essayer de le diminuer, on ne se contente pas d’injecter de l’argent, on accompagne les entreprises ».

Réagir à cet article

Nos offres d'emploi

Plus de 1000 offres d'emploi !

TOUTES LES OFFRES D'EMPLOI

Aujourd'hui sur les clubs experts gazette

Nos services

Prépa concours

CAP

Évènements

Gazette

Formations

Gazette

Commentaires

Des bourses régionales au service de l’économie réelle

Votre e-mail ne sera pas publié

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement