logo
DOSSIER : Quand les attentats bousculent les politiques de cohésion sociale
Dossier publié à l'adresse https://www.lagazettedescommunes.com/319257/le-mouvement-deducation-par-le-sport-est-un-vrai-terrain-dinsertion-des-jeunes/

SPORT ET PRÉVENTION
« Le mouvement d’éducation par le sport est un vrai terrain d’insertion des jeunes »
Delphine Gerbeau | Actu prévention sécurité | France | Publié le 28/01/2015 | Mis à jour le 02/02/2015

L'Agence pour l'éducation par le sport, remet le 28 janvier, à l'Assemblée nationale, ses prix à l'occasion de la 14ème édition du Concours "Fais-nous rêver – Fondation GDF". Son délégué général, Jean Philippe Acensi, revient sur les annonces du gouvernement en matière de prévention de la radicalisation. Selon lui, les acteurs de terrain ne sont pas écoutés.

Que pensez-vous des annonces de NajatVallaud- Belkacem, ministre de l’Education nationale, en ce qui concerne l’éducation  à la citoyenneté ?

Nous avons été reçus avec les associations d’éducation populaire par la ministre. mais j’ai l’impression que les mesures annoncées sont déconnectées de ce que vivent les acteurs de terrain, et de ce qu’ils ont proposé. On sait tous ce qu’il faut faire, des propositions on en a, mais nos préconisations ne sont jamais utilisées. Le secteur associatif devrait être un partenaire de réflexion, or les relations sont uniquement hiérarchiques avec l’Etat.

Quel peut-être selon vous le rôle du secteur sportif en matière de prévention des dérives radicales ?

Les politiques publiques autour du sport doivent se questionner à la lueur des problématiques des habitants : problématiques sociales, de santé. Aujourd’hui ces politiques sont beaucoup trop axées sur la compétition sportive, et touchent principalement des jeunes, et des garçons. Elles laissent de côté tout un pan de la population. Il leur  faut des indicateurs d’évaluation nouveaux, comme la diversité, le vivre-ensemble, la santé. Est-ce vraiment le rôle des collectivités territoriales de financer uniquement les pratiques compétitives, de donner des subventions à un club qui évolue en première division ?

Lire : Financement du sport professionnel : les collectivités territoriales appelées à réduire la voilure [1]

Il faut aussi décloisonner les services des collectivités, réunir les agents autour d’un secteur solidaire et éducatif au sens large. Par exemple à Oyonnax (Ain), un club de foot s’est lancé dans un travail d’insertion par le sport, et met en place du coaching par les jeunes : on mélange là un ensemble de compétences diverses. Le mouvement d’éducation par le sport est un vrai terrain d’insertion des jeunes, il faut mieux le reconnaitre. Le sport vis-à-vis des ados est quand même le média numéro un.

N’y a-t-il pas un problème de formation de l’ensemble des acteurs ?

Plein de métiers dans les quartiers en difficultés ne fonctionnent plus : les animateurs ne sont pas assez formés pour faire face à certains comportements, la politique des grands frères est contre-productive.
En matière de prévention spécialisée, on manque d’évaluation : des dispositifs sont dépassés, ils ont besoin d’être réinventés. Il faut des gens mieux formés. Mais c’est aussi dans l’école que l’on doit mieux travailler : il faut mettre en place un ensemble d’outils dont le sport fait partie, pour ramener du lien avec les élèves en difficulté scolaire : tous les établissements scolaires de banlieue devraient avoir des dispositifs dédiés à cela. Il faut refaire confiance au terrain. L’école ne pourra plus rester longtemps hermétique au savoir être : il faut un plan d’expérimentation sans précédent. Il faut que les chefs d’établissement aient les moyens d’innover et d’expérimenter.

POUR ALLER PLUS LOIN