Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement
Club Santé Social

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

icon Club Santé Social

Education

Rythmes scolaires : une réforme génératrice d’inégalités ?

Publié le 27/01/2015 • Par Stéphanie Marseille • dans : A la une, Actu expert Education et Vie scolaire, Actu expert santé social, Dossiers d'actualité, France

école crayon rythmes scolaires
Flickr CC by sa Danielle Kellogg
Jeudi 15 janvier 2015, la réforme des rythmes scolaires passait au crible des questions des sénateurs. L’occasion de revenir sur les ambitions et les ratés d’une réforme qui vise, aussi, à lutter contre les inégalités. Echec ou réussite ?

Ma Gazette

Sélectionnez vos thèmes et créez votre newsletter personnalisée

Cet article fait partie du dossier

Rythmes scolaires : les communes à l'heure des choix

« Après un premier bilan des temps d’activités périscolaires (TAP ou NAP), on peut dire que les NAP, qui se voulaient lutter contre les inégalités sociales, tendent, dans presque toutes les communes de France, à les accentuer », tonne Catherine Troendlé, sénatrice (UMP) du Haut-Rhin, lors de la séance de questions cribles organisée le jeudi 15 janvier 2015 sur la réforme des rythmes.
Et de poursuivre : « Vous vantez les mérites des NAP, mais pour les communes qui n’ont vraiment pas les moyens de les organiser, qu’allez-vous faire, Mme la ministre ? ».

Catherine Troendlé rappelle le reste à charge dévolu aux communes, qui pèse plus sur les communes ayant le moins de moyens. Le fait est que la pérennisation du fonds d’amorçage, votée dans la loi de finances pour 2015, ne change rien aux difficultés des communes les moins riches ou dont l’isolement ne permet pas de rendre attractifs les postes d’animateur.

Les communes rurales désavantagées

Présentée en décembre 2014 lors du Congrès de ...

[90% reste à lire]

Article réservé aux abonnés

Club Santé Social, Club Éducation et vie scolaire

Mot de passe oublié

VOUS N'êTES PAS ABONNé ?

Testez notre Offre Découverte Club Santé Social pendant 30 jours

J’en profite

Cet article fait partie du Dossier

Rythmes scolaires : les communes à l'heure des choix

Sommaire du dossier

  1. Temps périscolaires : les communes peu convaincues par le « Plan mercredi »
  2. Un nouvel outil pour accompagner le plan Mercredi
  3. Une rentrée scolaire sous le signe assumé du pragmatisme
  4. Rythmes scolaires: le retour en force de la semaine de quatre jours d’école
  5. Les conséquences du retour de la semaine de quatre jours d’école
  6. Retour à la semaine de 4 jours : vraiment une source d’économie pour les communes ?
  7. Rythmes scolaires : le décret d’assouplissement publié, malgré les oppositions
  8. Rythmes scolaires : entre remise en cause et stabilité
  9. Assouplie, la réforme des rythmes scolaires reste obligatoire
  10. Rythmes scolaires : une réforme génératrice d’inégalités ?
  11. Rythmes scolaires : clichés et contre-vérités passés au crible
  12. Les animateurs, grands oubliés de la réforme des rythmes scolaires ?
  13. Financement des rythmes scolaires : les mauvaises manières du gouvernement
  14. Rythmes scolaires : élus et techniciens mécontents de voir le fonds de soutien lié au PEDT
  15. Rythmes scolaires : le virage à 180 degrés du ministère de l’Education nationale
  16. Rythmes scolaires : sur le terrain, ce que vivent les équipes municipales, à quelques jours des vacances
  17. Bal tragique des rythmes scolaires : un enterrement
  18. Réforme des rythmes scolaires : un maire peut-il refuser de l’appliquer ?
  19. [Exclusif] Rythmes scolaires : « Je mesure la difficulté de la mise en œuvre de cette réforme pour de nombreux élus » – Vincent Peillon, ministre de l’Education
  20. Un assouplissement de la réforme des rythmes scolaires : oui, mais lequel ?
  21. Rythmes scolaires : selon leur taille, les collectivités n’ont pas les mêmes urgences
  22. Réforme des rythmes scolaires : le CNFPT enrichit son offre de formation
  23. Réforme des rythmes : les enseignements du colloque de la Gazette du 14 novembre
  24. Rythmes scolaires : combien va coûter la réforme aux collectivités locales?
  25. Réforme des rythmes : les ressources documentaires du colloque de la Gazette du 14 novembre
  26. Surcoût de 10 à 30% pour les communes qui ont appliqué la réforme des rythmes scolaires
  27. Transports scolaires, « le maillon oublié » de la réforme des rythmes scolaires
  28. Rythmes scolaires : les désillusions des animateurs périscolaires
  29. Réforme des rythmes : entre enseignants et animateurs, le fossé se creuse – interview croisée
  30. [Exclusif] Rythmes scolaires : le projet de décret détaille les critères d’attribution du fonds d’amorçage
  31. Projet de loi sur la refondation de l’école : l’Andev sur la réserve, le RFVE moins
  32. Rythmes scolaires : les premières annonces appellent des précisions sur les moyens
  33. Ressources documentaires
4 Réagir à cet article
Prochain Webinaire

Accompagner au plus près les entreprises locales grâce au numérique

de Salesforce

--
jours
--
heures
--
minutes

Nos offres d'emploi

Plus de 1000 offres d'emploi !

TOUTES LES OFFRES D'EMPLOI
marche online

Aujourd'hui sur le Club Santé Social

Nos services

Prépa concours

CAP

Évènements

Gazette

Formations

Gazette

Commentaires

Rythmes scolaires : une réforme génératrice d’inégalités ?

Votre e-mail ne sera pas publié

eliott

28/01/2015 10h38

évidemment que les communes vont se faire rouler par l’ETAT, évidemment que les enfants sont plus fatigués car la longueur de leurs journées reste la même pour tous ceux dont les parents travaillent, sauf qu’en plus il y a le mercredi !
on peut citer aussi les conséquences sur les centres le loisirs , sur toutes les activités d u mercredi qui se trouvent réduites de moitié , sur l’impact économique sur des sports comme l’équitation !
je pense qu’il aurait été beaucoup plus simple de rallonger le temps de travail des enseignants de 3h par semaine.
cette population a déjà 6 mois de vacances par an, on aurait pu leur demander cet effort quitte à leur payer 1 h car globalement la collectivité aurait été largement gagnante!
mais je suis bête , j’ai oublié que dans ce ministère , on ne peut rien bouger sauf si c’est encore plus d’avantages…..

field

03/02/2015 06h53

Les communes qui ont porté la question devant le conseil d’Etat, pour dénoncer, notamment, ce que cela leur coûtait de mettre en place cette réforme des rythme périscolaires ont été déboutées : on leur a dit que non, cela n’avait pas d’impact significatif sur leurs finances ; CQFD : une réforme à zéro moyens.
En revanche, je ne suis pas d’accord avec vous, concernant le rythme des enseignants (je l’ai été, j’ai changé d’orientation, sans regret pour mon « temps libre ») : allez vous farcir les incivilités grandissantes dont ils sont les cibles (même s’ils ne sont pas les seuls)… Il y a de moins en moins de candidats au concours. Allez-y !

Yann

28/01/2015 03h56

En réponse A Eliott,

Je suis d’accord avec vous concernant l’impact de la réforme, sur les activités, et la fatigue engendrée, que je peux observer sur mes enfants, mais ne nous trompons pas de cible et arrêtons d’avoir des jugement erronés sur le travail des autres!
Ce n’est pas le travail des enseignants qui était visé par la réforme mais le respect du rythme des enfants!
Un allègement des programmes pour aller plus à l’essentiel et réduire plus encore les journées n’aurait-il pas été plus efficace?
Dire qu’il aurait été plus simple de « rallonger de 3h par semaine le temps de travail des enseignants qui ont déjà 6 mois de vacances par an, c’est simpliste et surtout mal connaître le travail des enseignants qui pour beaucoup ne comptent pas leurs heures pour préparer leurs cours, corriger, et s’investir dans leur classe et auprès de leurs élèves … avec parfois peu de reconnaissance!!
Quant aux avantages dans ce ministère ou rien ne bouge, précisons aussi que les enseignants français sont les plus mal payés d’Europe et que les vocations ne sont plus aussi évidentes en France, à tel point que des campagnes publicitaires tentent d’inverser la tendance.

field

02/02/2015 04h31

Je voterai, en 2017, pour un candidat qui sera convainquant dans ses
promesses de stopper cette hérésie. Cette réforme est une réponse complètement contre-productive, face au fait que notre système scolaire souffre surtout de grandes inégalités. Si l’école doit reprendre des droit (et on a vu, ce triste 7 janvier 2015, combien il est important qu’elle les reprenne), ce n’est pas en remplaçant des enseignants qualifiés par des vacataires qui le sont de façon plus ou moins hasardeuse. Les enfants avainet 27 heures hebdomadaires de classes. Ils n’en on plus que 24. Créons, s’il le faut, un corps de professeurs d’EPS des écoles, un corps de prof d’anglais des écoles (et non des corps de vacataires de communes!) , et rendons aux professeurs des écoles, généralistes, l’horaire d’enseignement du français et du calcul nécessaire à la transmission des savoirs fondamentaux.

Ce sera un critère prioriatire de mon vote, en 2017.

Commenter
Club Santé Social

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement