Fermer

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Menu

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement
  • Accueil
  • Actualité
  • Régions
  • Dans la grande région Aquitaine-Limousin-Poitou-Charentes, Alain Rousset veut décentraliser davantage

Réforme territoriale

Dans la grande région Aquitaine-Limousin-Poitou-Charentes, Alain Rousset veut décentraliser davantage

Publié le 21/01/2015 • Par Nicolas César • dans : Régions

Ce dimanche 18 janvier, lors d’une conférence au club de la presse de Bordeaux, le président PS de la région Aquitaine a déclaré sa candidature aux prochaines élections régionales et mis en avant sa volonté de construire une organisation administrative plus proche de la population.

Ma Gazette

Sélectionnez vos thèmes et créez votre newsletter personnalisée

« L’objectif, dans le cadre de nos compétences (innovation, développement économique, formation, recherche…), est d’instaurer sur tous les territoires de la future grande région une organisation qui soit la plus proche possible des bassins de vie », a annoncé Alain Rousset, candidat à la tête de liste du PS pour la grande région Aquitaine-Limousin-Poitou-Charentes, dans le cadre d’une conférence au club de la presse de Bordeaux. Au sein du parti, il sera opposé à Jean-François Macaire, président de la région Poitou-Charentes.

A titre d’exemple, l’actuel président du conseil régional d’Aquitaine entend mettre à disposition de certains bassins économiques des ingénieurs de la région pour visiter les entreprises et ainsi identifier, puis soutenir des projets d’investissements matériels, immobiliers ou de recherche et développement. C’est ce qu’il a initié dans le Bergeracois, en Dordogne, à travers un Contrat aquitain de développement de l’emploi territorial (Cadet) signé le 11 septembre dernier. Sur ce territoire, la région a visité 75 entreprises représentatives du tissu économique local, ce qui a permis notamment de mieux structurer la filière cosmétique au niveau local.

Dans le même sens, Alain Rousset souhaite développer des dispositifs mobiles, en partenariat avec Pôle emploi, qui rapprochent entreprises et chômeurs ou encore des équipes mobiles sur le numérique à destination des lycées. « Bien sûr, sans doublonner avec les services des villes, car il ne faut pas que cela coûte un centime de plus au contribuable », précise ce fervent défenseur de la décentralisation, qui est aussi président de l’Association des régions de France (ARF). Un modèle, qui, selon lui, fait consensus, à ce jour, au sein de l’ARF.

Une forte demande de présence publique dans les territoires ruraux et les villes moyennes

Ceci étant, dans un premier temps, Alain Rousset maintiendrait l’essentiel des effectifs administratifs et une représentation territoriale à Bordeaux, Poitiers et Limoges. « Sinon, il y a un vrai risque de rupture du service public rendu aux gens », estime l’élu. « Ma volonté, c’est d’apporter de la proximité, de la continuité, tout en sécurisant les actes et les partenariats avec les organisations professionnelles, syndicales à travers notamment les CESER (Conseil économique social et environnemental régional) », résume le président de la région Aquitaine. Aujourd’hui, les trois régions comptent près de 8 000 fonctionnaires d’administration centrale, dont un peu moins de 4 000 en Aquitaine. « Il y a une vraie attente dans les territoires ruraux et les villes moyennes d’une présence publique plus forte, et c’est là où l’industrie doit se développer demain », insiste-t-il.

Une vision, partagée, semble-t-il, par Michel Delpuech, le préfet d’Aquitaine. Lors de ses vœux à la presse ce mardi 20 janvier, il a indiqué qu’il n’y aura qu’une seule administration régionale d’Etat dans cette grande région, mais qu’il ne faut pas tout centraliser dans le futur chef lieu régional. « Dans une approche métier, par exemple pour les services de contrôle, il est important d’avoir des moyens décentralisés, proches du terrain. Le lieu n’est pas un problème pour les fonctions support. En Aquitaine, toutes les demandes de passeports sont ainsi traitées à Agen », a expliqué le préfet d’Aquitaine.

De son côté, Claude Bertaud, le président UMP du conseil général de la Vienne (Poitou-Charentes) se dit tout à fait favorable à ce que des équipes mobiles, en provenance, de la région Aquitaine viennent travailler en Poitou-Charentes ou en Limousin sur les questions de l’emploi et du développement économique, mais « à condition que l’on prenne d’abord le personnel sur place et que cela se fasse au prorata des effectifs administratifs des trois anciennes régions ». En revanche, « je suis opposé à une délocalisation du personnel administratif », prévient-il.

Réagir à cet article
Prochain Webinaire

Pourquoi investir dans un service Europe dans ma Commune

de COMMISSION EUROPEENNE

--
jours
--
heures
--
minutes
marche online

Aujourd'hui sur les clubs experts gazette

Nos services

Prépa concours

CAP

Évènements

Gazette

Formations

Gazette

Commentaires

Dans la grande région Aquitaine-Limousin-Poitou-Charentes, Alain Rousset veut décentraliser davantage

Votre e-mail ne sera pas publié

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement