Fermer

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Menu

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Décentralisation

Réforme territoriale : le Sénat en communion avec les départements

Publié le 21/01/2015 • Par Jean-Baptiste Forray • dans : France

A l’occasion de l’examen du projet de loi NOTRe, la Haute Assemblée a maintenu les collèges et les routes dans le giron des conseils généraux. Interrogé par La Gazette, le président (UMP) du Sénat, Gérard Larcher voit, là, le triomphe du bon sens et de la proximité.

Carton plein pour les départements. A mi-parcours du marathon, au Sénat, de l’examen en première lecture, du projet de loi portant Nouvelle organisation territoriale de la République (NOTRe), les conseils généraux ont obtenu gain de cause sur leurs principales requêtes.

Même la suppression de leur clause de compétence générale (ainsi, au passage, que celle des régions) ne constitue pas pour eux un revers. Les conseils généraux s’y sont, en effet, résolus. Ils considèrent que, faute d’un méga-lifting de l’ensemble des lois affirmant leur rôle, cette réforme n’emporte guère de conséquences.

Statu quo pour les collèges

A leur grande satisfaction, les départements sont parvenus à conserver les collèges. L’idée d’un vaste pôle enseignement secondaire / formation cornaqué par la région a fait long feu. Devant l’opposition farouche des sénateurs, le gouvernement a fait machine arrière. Battu en commission des lois, il a retiré, en séance, son amendement rétablissant le transfert des collèges aux régions. Un repli définitif. « Les collèges resteront départementaux », a convenu André Vallini au détour d’un tweet publié le 19 janvier.

Le 15 janvier, au Palais du Luxembourg, Manuel Valls avait déjà prêché la concorde. Interrogé sur la réforme territoriale par le président du groupe RDSE, Jacques Mézard (PRG), le Premier ministre avait assuré : « Je souhaite un accord entre le Sénat, l’Assemblée nationale et le Gouvernement. »

Interviewé, le 20 janvier, par La Gazette, lors d’un débat vidéo, le président (UMP) de la Haute Assemblée Gérard Larcher parle de recherche de « convergences ». Aussi, se réjouit-il du maintien des collèges dans l’espace départemental : « C’est le bon sens. Il faut maintenant que le super-paquebot Éducation nationale se rapproche des collectivités. C’est tout à fait essentiel en ce moment. »

« La gestion mutualisée des collèges et des lycées sous l’égide de la région était un élément de rationalisation », déplore, ce 21 janvier, Nathalie Appéré, député-maire (PS) de Rennes, en marge des vœux de l’Association des maires des grandes villes de France (AMGVF).

Des routes toujours départementales

La Haute Assemblée n’a cure de ces considérations. Un maître-mot domine ses débats : « la proximité ». Fidèle aux préconisations de sa commission des lois, elle a dit « non » au transfert des routes départementales aux régions.

Un vote dont se félicite, là encore, Gérard Larcher : « Les routes départementales du Cantal, quand il neige, n’intéressent pas tellement les gens de Lyon. Il ne faut pas une administration trop lointaine. Faisons attention à ce que ne se constituent pas des no man’s land entre quelques métropoles puissantes. La réforme territoriale doit aider à recoudre. »

Selon lui, les sénateurs œuvrent en ce sens : « On peut être des rats des champs, on peut être des rats des villes, mais on est, avant tout, des bons rats de la République. »

Économie : le schéma régional revu à la baisse

Très attachés aux équilibres entre collectivités, les sénateurs ont revu à la baisse le schéma régional de développement économique, d’innovation et d’internationalisation. Les actes des autres échelons devront être compatibles avec ces orientations, et non plus conformes.

Une évolution qui porte notamment la marque du sénateur-maire (PS) de Lyon et président de l’Association des communautés urbaines de France, Gérard Collomb.

Les élus urbains ne baissent pas la garde pour autant. « Nous sommes déterminés à ce que les agglomérations et les grandes villes soient reconnues comme des acteurs majeurs de l’économie, aux côtés des régions », prévient Jean-Louis Fousseret, maire (PS) de Besançon et premier vice-président de l’AMGVF.

Un aménagement du territoire multi-échelons

Le schéma régional d’aménagement et de développement durable du territoire ressort également amoindri du Palais du Luxembourg. « Les schémas de cohérence territoriale et, à défaut, les plans locaux d’urbanisme, les cartes communales ou les documents en tenant lieu, ainsi que les plans de déplacements urbains, les plans climat‑énergie territoriaux et les chartes des parcs naturels régionaux prennent » simplement « en compte les orientations et objectifs » de ce document.

Une rédaction qui convient plutôt à Nathalie Appéré. « Des règles prescriptives qui s’imposeraient à tous n’auraient pas de sens au regard des compétences des uns et des autres », juge la député-maire de Rennes.

La coordination de l’emploi aux régions

Le gouvernement en avait fait une ligne rouge : pas question, pour lui, de régionaliser Pôle Emploi. Le Sénat, en séance, s’est gardé de franchir le Rubicon. Mais, dans le sillon de sa commission des lois, il a confié de larges prérogatives à la région. Celle-ci, « coordonne, sur son territoire, les actions des intervenants du service public de l’emploi, sous réserve des missions incombant à l’État »

« On consacre beaucoup d’argent à ces politiques, mais on ne peut pas dire qu’elles soient un immense succès. La responsabilité de la région, qui porte sur la formation professionnelle et la carte de la formation, sans démanteler Pôle Emploi, me paraît tout à fait essentielle », se félicite l’ancien ministre délégué à l’Emploi, Gérard Larcher, pour qui « le Sénat fait bouger les lignes ».

Intercommunalité : le seuil de 20 000 habitants recalé

Dans le sillon de sa commission des lois et de l’Association des maires de France présidée par le néo-sénateur (UMP) François Baroin, la chambre haute a écarté le relèvement du seuil de 5 000 à 20 000 habitants pour les EPCI à fiscalité propre.

Le Gouvernement avait pourtant prévu trois exceptions. D’une part, il excluait de son dispositif les intercommunalités dont la densité de population était inférieure à la moitié de la densité moyenne du département ou les zones de montagne. D’autre part, pouvaient passer sous la toise, les EPCI dont le périmètre a évolué à compter du 1er janvier 2012, notamment à la suite de la mise en œuvre des schémas départementaux de coopération intercommunale issus de la loi portant réforme des collectivités territoriales (RCT) du 16 décembre 2010. Enfin, n’étaient pas concernés les groupements de communes situés sur un territoire insulaire. Rien n’y a fait.

Les sénateurs se sont, de la même manière, opposés à un seuil de 15 000 habitants déterminé dans un amendement porté par Philippe Kaltenbach (PS).

Résultat, à ce stade : la barre, issue de la loi RCT, reste fixée à 5 000 habitants. Gérard Larcher se montre satisfait. « Arrêtons de changer les périmètres tout le temps. », juge le président du Sénat.

Un discours que n’entendra pas forcément l’Assemblée nationale. Les députés devraient se saisir du texte en commission, dès le lendemain du vote solennel du Sénat, programmé le 27 janvier. L’examen, dans l’hémicycle, devrait, lui, avoir lieu entre le 16 février et le 10 mars.

Cet article est en relation avec le dossier

5 Réagir à cet article

Nos offres d'emploi

Plus de 1000 offres d'emploi !

TOUTES LES OFFRES D'EMPLOI

Aujourd'hui sur les clubs experts gazette

Nos services

Prépa concours

CAP

Évènements

Gazette

Formations

Gazette

Commentaires

Réforme territoriale : le Sénat en communion avec les départements

Votre e-mail ne sera pas publié

Le coq

22/01/2015 09h37

Tout ça pour ça, où est la grande réforme annoncée ?
Un pas en avant et plusieurs en arrière.
Nos élus prennent-ils la mesure des inquiétudes que ces réformes et effets d’annonce provoquent chez les agents territoriaux ?
Par contre, les français sont capables de voir le temps perdu à tricoter et détricoter les projets de lois à leurs frais.

Gaulois

22/01/2015 11h30

Un peu dans le même sens que « Le coq », on peut se demander ce que l’Histoire retiendra de cette « histoire »!
On pourrait résumer en disant que tout le monde est d’accord pour revoir l’organisation territoriale mais avec l’expression anglaise « Not In My Background ».

guiguipop

22/01/2015 12h37

Quelle déception ! Que de reculades ! Le sénat donne l’image d’élus locaux figés sur de vieux schémas, recroquevillés sur leurs pouvoirs et agitant des clichés d’une soi disant « dédaigneuse » administration régionale ou métropolitaine, dans sa tour d’ivoire…Par exemple, est ce que les lycées sont si mal gérés que cela fait peur à tous les collèges ? N’avait on rien à gagner sur la mutualisation ? Idem pour les routes et les transports…

MANAVA

22/01/2015 02h16

Comment en ai t-on arrivé à ce point ? ; tout çela pour aboutir à cela ; résultat cela ne change rien à ce qu’il y avait avant si je comprends bien ; il doit y en avoir des kms de papier gaspillé pour en arriver presque au même point ; ce projet de loi NOTRE s’appelle une pantalonnade et je pèse mes mots

Burgou23

27/01/2015 04h40

Quand on lit le sénat, oui à l’évolution mais sans rien changer!!!!
La rente pécuniaire de toutes ces fonctions politiques rend pratiquement toute évolution impossible. En même temps c’est logique puisqu’une une très grande majorité d’hommes politiques n’ont jamais travaillé ou peu et qu’ils ne sont pas intéressés de s’y mettre. Et ceux qui font quelques choses, il s’agit plus d’un hobby que d’un vrai « job »; normal, vu leurs économies et rentes. Ce pays devient de plus en plus catastrophique.

Commenter

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement