Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement
Club RH

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

icon Club RH

Statut

Ces cadres en fin de détachement qui coûtent très cher à Charleville-Mézières

Publié le 16/01/2015 • Par Frédéric Marais • dans : Régions, Toute l'actu RH

Trois directeurs de service déchargés de leurs fonctions en… 2001 sont encore aujourd’hui à la charge de la collectivité, pour un coût, à ce jour, de 2,35 millions d’euros. Le maire de la commune, Boris Ravignon, s’en est ému auprès de la ministre de la Décentralisation et de la Fonction publique, Marylise Lebranchu, par un courrier en date du 9 décembre 2014.

Ma Gazette

Sélectionnez vos thèmes et créez votre newsletter personnalisée

En 2001, la municipalité fraîchement élue met fin au détachement sur emploi fonctionnel de cinq cadres supérieurs de la mairie : le directeur général des services, trois directeurs généraux adjoints et le directeur général des services techniques.
Si deux d’entre eux ont rapidement retrouvé un emploi dans la fonction publique, trois autres (le DGS et deux DGA) sont toujours gérés, ou l’ont été pendant plusieurs années, par le CNFPT, moyennant une substantielle participation de la collectivité. C’est ce qu’a découvert avec effarement le maire de Charleville-Mézières élu en mars 2014, Boris Ravignon (UMP), en épluchant la masse salariale de la ville.

Prévu dans le statut

Le nouvel édile, qui est aussi inspecteur des finances, en a fait l’annonce le 11 décembre devant un conseil municipal médusé. D’autant plus que la note est salée pour la ville : « Notre contribution financière s’élève à 2,35 millions d’euros depuis treize ans, et pourrait s’alourdir de 375 000 euros environ si la situation n’évolue pas », indique l’élu. Lequel évoque un « prodigieux gâchis financier » dans le courrier qu’il a adressé le 9 décembre dernier à la ministre de la Décentralisation et de la Fonction publique, Marylise Lebranchu.
Le mécanisme qui s’est mis en place est pourtant parfaitement légal et procède de ce que l’on appelle la « fin de détachement sur emploi fonctionnel ». A l’issue d’une année de « maintien en surnombre » dans les effectifs de la ville, les trois fonctionnaires ont été pris en charge par le CNFPT à partir de 2002.

Jusqu’à la retraite

Aux termes des articles 97 et 97 bis de la loi du 26 janvier 1984 portant dispositions statutaires relatives à la fonction publique territoriale, la collectivité d’origine doit verser 150 ou 200 % (selon les cas) du traitement brut et des cotisations sociales pendant les deux premières années, 100 % les deux années suivantes, et 75 % à compter de la cinquième année, jusqu’à la fin de la prise en charge.
A Charleville-Mézières, cette fin de prise en charge approche mais va s’échelonner dans le temps. « L’un des trois agents est parti à la retraite début 2015, explique Jean-Marc Marchetti, l’actuel DGS. Un autre sera mis à la retraite d’office en 2016 à l’issue du congé spécial dont il bénéficie depuis 2011. Quant au troisième, il sera admis à faire valoir ses droits à la retraite dans un délai de trois à six ans, selon son bon vouloir. »

Un dispositif « inefficace » ?

Pour Boris Ravignon, on touche là aux limites du système : « Je m’interroge sur la pertinence de ce dispositif dont je ne conteste pas le principe, mais qui me paraît totalement inefficace en termes de reclassement des agents concernés. » Le maire dénonce d’un même élan des dispositions « financièrement ruineuses pour les collectivités » autant que « psychologiquement difficiles pour les intéressés ».
« On peut aussi s’interroger sur l’employabilité des agents victimes d’un “accident de carrière” au bout d’un certain nombre d’années, et même seulement de quelques mois », observe pour sa part Jean-Marc Marchetti.
Fort de toutes ces considérations, le maire carolomacérien invite la ministre à étudier toute solution qui permettrait de « rendre le dispositif de retour à l’emploi des cadres en “décharge de fonction” plus compatible avec une bonne gestion des ressources humaines des collectivités territoriales ».

Précisions et point de vue du CNFPT

Le CNFPT, par la voix de sa directrice des concours et de la mobilité des cadres de direction, Francine Levannier, affirme qu’aucun des trois agents concernés « n’a refusé trois offres d’emploi », ce qui aurait été une cause de licenciement. Elle précise que deux d’entre eux ne sont plus gérés par le CNFPT depuis 2010, mais par le centre de gestion des Ardennes. Autre détail qui a son importance : le tribunal administratif avait prononcé en 2003 la réintégration de l’un des agents, mais la ville l’avait à nouveau déchargé en 2004, « marquant ainsi sa volonté de s’en séparer », comme le souligne Francine Levannier.
« Si la majorité des collectivités essaient de trouver la meilleure solution en interne, observe cette dernière, d’autres ont plus de mal à assumer leurs décisions, quitte à se priver de certaines compétences. ». A ses yeux, le manque d’anticipation, de mobilité ou de formation de certains agents peut également constituer un frein à leur employabilité.
C’est pourquoi le CNFPT fait porter ses efforts sur la prévention, la formation et l’accompagnement, ainsi que sur la sensibilisation des DRH, comme en témoigne la plaquette qu’il a publiée sur « La fin de détachement sur emploi fonctionnel ». La directrice des concours et de la mobilité des cadres de direction rappelle toutefois que le CNFPT a « une obligation de moyens, pas de résultats », et qu’il n’est pas en son pouvoir d’obliger une collectivité à recruter quelque fonctionnaire que ce soit.
Le CNFPT gère actuellement onze fonctionnaires déchargés de fonction de catégorie A+ en France, dont deux détachés dans des ministères.

Régions

4 Réagir à cet article
Prochain Webinaire

Accompagner au plus près les entreprises locales grâce au numérique

de Salesforce

--
jours
--
heures
--
minutes
marche online

Aujourd'hui sur le Club RH

Nos services

Prépa concours

CAP

Évènements

Gazette

Formations

Gazette

Commentaires

Ces cadres en fin de détachement qui coûtent très cher à Charleville-Mézières

Votre e-mail ne sera pas publié

replay

19/01/2015 09h52

La fin de détachement sur emploi fonctionnel est une anomalie dans notre Droit qui devrait être supprimée. Comment peut-on justifier l’usage de deniers publics à cause du caprice d’un nouvel élu qui refuse de travailler avec un agent public titularisé dans son emploi, sans qu’il ait commis de faute ?

ssrw38

19/01/2015 02h09

Il serait peut être intéressant de travailler sur les 2 tableaux mieux inciter les collectiviés à recruter ces personnes mais également inciter ces personnes à ne pas jouer la montre et attendre patiemment (mais rémunérée !!! ) la retraite ! En ces temps si difficiles pour tant de français d’accéder à l’emploi il est totalement immoral de la part de ces personnes de PROFITER ainsi et si longtemps de l’argent public. Encore l’image des fonctionnaires qui en prend un sacré coup par la faute de quelques individus.

ghiuty

23/01/2015 02h53

Il est vrai que la fin de détachement peut sembler paradoxale mais le fond du problème est: Un changement de couleur politique peut provoquer une fin de détachement sythématique alors que les compétences sont existantes.
le problème est il réellement du ressort de la législation ou alors des élus qui préfèrent payer une personne sans service.

Maintenant, sans parler de détachement, y a t il eu une estimation du nombre de fonctionnaire mis au placard volontairement par les élus au détriment des deniers publics? Nous serions grandement surpris de la réponse !

MAYA

26/01/2015 09h14

Quelles sont les actions mises en oeuvre par le service emploi du CNFPT et des Centre de gestion de la fonction publique territoriale pour permettre aux agents momentanément privés d’emploi (FMPE) de Charleville et d’ailleurs de retrouver un emploi ?
N’est-ce pas un choix politico-administratif cette situation ?

Commenter
Club RH

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement