Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement
Club Santé Social

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

icon Club Santé Social

Surendettement

Agde installe un point conseil pour prévenir le surendettement

Publié le 30/09/2016 • Par Sophie Le Gall • dans : A la Une santé social, Dossier Santé Social

Dossier surendettement
D.R.
La ville d’Agde est l’un des sites pilotes expérimentant les points conseil budget, mesure du plan pauvreté. L’objectif est d’atteindre les ménages inconnus de l’action sociale.

Ma Gazette

Sélectionnez ce thème et créez votre newsletter personnalisée

Maire adjointe en charge de l’action sociale à la ville d’Agde (Hérault), Carole Raynaud tenait à ce que sa commune fasse partie des sites pilotes du dispositif « points conseil budget » (PCB), issu du plan pauvreté. « Nous nous sommes tout de suite positionnés car nous avons la ferme volonté de développer une politique sociale de prévention », explique-t-elle.

Les premiers PCB ont ouvert en mars 2016 dans quatre régions pilotes – Grand Est, Ile-de-France, Occitanie et Hauts-de-France – pour une phase d’expérimentation d’une année, avant une évaluation au premier trimestre 2017. Ils s’articulent selon deux niveaux : les PCB 1, visant à faciliter l’accès aux aides de droit commun et à assister les personnes déjà engagées dans une procédure de surendettement, et les PCB 2, spécialisés dans l’intervention auprès des créanciers pour les dossiers les plus complexes.

Hors minima sociaux

Agde (1) a ainsi ouvert un PCB 1, fonctionnel depuis juin 2016, comme d’autres CCAS, unions départementales des associations familiales ou associations. Son PCB est ouvert tous les lundis, toute la journée, sur rendez-vous, offrant la possibilité de rencontrer une conseillère en économie sociale et familiale (CESF).

« Nous avons fait le choix de le localiser dans les locaux de la maison de justice, accolée au CCAS, pour contourner tout effet de stigmatisation », précise Carole Raynaud. « Nous voulons ainsi cibler ce public hors minima sociaux, hors file active du CCAS, qui, par définition, nous échappe », insiste Stéphanie Barrau, CESF au CCAS.

« Nous pensons notamment au public des salariés qui se sont laissés dépasser par le système des cartes de crédit ou victimes d’un accident de la vie. Également, ceux qui ont du mal à anticiper le passage à la retraite, un virage financièrement difficile pour beaucoup. Ou encore ceux qui ont un projet de vie coûteux, qui nécessite de savoir maîtriser son budget », développe Carole Raynaud.

Ville touristique, Agde compte des saisonniers, aux revenus irréguliers, comme des retraités qui se sont installés au soleil sans avoir toujours budgétisé, par exemple, le poste « mobilité ». « Nombre de personnes n’ont aucune connaissance de leurs droits », commente l’élue.

Sensibiliser le secteur privé

Afin de capter ces différents publics, la ville lancera une importante campagne de communication à l’automne et a déjà mobilisé son réseau de partenaires, la CAF, le conseil départemental comme les associations locales. « Nous comptons sensibiliser le secteur privé, faire passer le message dans les entreprises », précise Carole Raynaud.

« Nous pouvons d’ores et déjà compter sur les banques qui sont associées (2) au dispositif. C’est très important que social et bancaire parviennent à travailler ensemble pour le bien du bénéficiaire », se félicite Stéphanie Barrau.

Stéphanie Barrau, conseillère en économie sociale et familiale, CCAS d’Agde

« Notre travail se base sur l’échange parce qu’il n’est pas toujours aisé de parler d’argent »

« Notre objectif est de toucher les personnes qui n’ont aucun interlocuteur et qui se retrouvent seules face à leurs difficultés financières ou leurs questions. Nous avons des situations très diverses, allant du petit accident financier aux graves difficultés. Nous faisons du sur-mesure afin de nous adapter à chacun.
Notre travail se base sur un échange, notamment parce qu’il n’est pas toujours aisé de parler d’argent. Par exemple, ce qui est un poste de dépense essentiel pour l’un, ne l’est pas forcément pour tous. Nous essayons de transmettre les techniques qui permettent d’équilibrer un budget, comment augmenter ses revenus ou réduire ses dépenses.
Pour certains, un conseil va suffire, pour d’autres, on va entamer un travail sur la durée. Nous pouvons réorienter vers nos partenaires, d’où l’importance d’œuvrer en réseau pour apporter une réponse harmonisée sur l’ensemble du territoire ».

Thèmes abordés

Notes

Note 01 Contact : CCAS d’Agde, 04 67 94 60 60. Retour au texte

Note 02 Des organismes créanciers sont partenaires du dispositif, comme le Crédit Mutuel, ou la Banque Postale. Retour au texte

Réagir à cet article
Prochain Webinaire

Accompagner au plus près les entreprises locales grâce au numérique

de Salesforce

--
jours
--
heures
--
minutes

Nos offres d'emploi

Plus de 1000 offres d'emploi !

TOUTES LES OFFRES D'EMPLOI
marche online

Aujourd'hui sur le Club Santé Social

Nos services

Prépa concours

CAP

Évènements

Gazette

Formations

Gazette

Commentaires

Agde installe un point conseil pour prévenir le surendettement

Votre e-mail ne sera pas publié

Club Santé Social

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement