Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement
Club Santé Social

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

icon Club Santé Social

Emploi

École de la deuxième chance et Epide fournissent des réponses au chômage des jeunes

Publié le 09/09/2016 • Par Stéphane Menu • dans : A la Une santé social, Dossier Santé Social

Partant d’un constat que ''les jeunes des quartiers prioritaires de la politique de la ville sont presque trois fois plus touchés par le chômage que les jeunes des quartiers environnants'', le Commissariat général à l’égalité des territoires assure que les écoles de la deuxième chance et les établissements publics d’insertion pour l’emploi ''fournissent des réponses particulièrement adaptées au profil des jeunes les plus en difficulté, en leur proposant un accompagnement à l’insertion sociale et professionnelle''. Et invite le gouvernement à les renforcer.

Ma Gazette

Sélectionnez vos thèmes et créez votre newsletter personnalisée

Les établissements publics d’insertion pour l’emploi (Epide) et les écoles de la deuxième chance (E2C) accueillent des jeunes adultes de 18 à 25 ans, « peu ou pas diplômés, souvent décrocheurs, très éloignés de l’emploi avec, pour objectif final, une sortie vers l’emploi ou une formation qualifiante, à l’issue d’un parcours de l’ordre de six à sept mois ». Les deux dispositifs présentent des convergences.

Créées en 1996, les E2C comptent aujourd’hui 110 sites déployés sur 51 départements en métropole et 4 territoires ultramarins ; ils accueillent 15 000 jeunes par an.

Plus récemment (2005), les Epide disposent de 18 centres répartis sur 11 des nouvelles régions, recevant annuellement 3 000 jeunes. Mais si les jeunes des E2C sont généralement orientés par les missions locales, ceux des Epide sont « recrutés » via les journées « défense citoyenneté » mais surtout sur la base du « bouche à oreille » (41 % de candidatures spontanées).

Objectif 40 % de jeunes des quartiers prioritaires

Un récent rapport de la commission des Finances du Sénat confirme l’efficacité des E2C : « sur les 6 670 jeunes ayant quitté le dispositif en 2013, 58 % ont eu accès à une formation ou à un emploi » (1).

Quant aux Epide, l’insertion des jeunes est passée de 47,3 % en 2013 à 51,2 % en 2014 (2). Alors que le chômage des jeunes se maintient en France à un niveau relativement haut particulièrement dans les quartiers prioritaires (45 % des 15-24 ans selon les chiffres de l’Observatoire des inégalités de 2013 !), le Comité interministériel à l’égalité citoyenne (Ciec) du 6 mars 2015 a donc fixé de nouveaux objectifs aux deux dispositifs : pour les E2C c’est d’atteindre 40 % de jeunes issus des quartiers prioritaires de la politique de la ville (QPV) dans leurs effectifs ; la capacité d’accueil des Epide a crû de 1 000 jeunes supplémentaires grâce à la création de 570 places afin d’accueillir 50 % de jeunes des quartiers.

Deux chantiers quasiment achevés mais « des progrès en matière d’accueil des jeunes des quartiers restent à accomplir », insiste le Commissariat général à l’égalité des territoires (CGET).

2 nouveaux Epide et 7 nouvelles écoles

Pour ce faire, deux nouveaux Epide verront le jour à Nîmes et Toulouse dès 2017 et 7 nouvelles E2C sont programmées, notamment à Marseille et Lyon.

Conjointement, un « web service adresse », actuellement à l’étude, permettra aux Epide et aux E2C de « vérifier, en temps réel, que les candidats résident effectivement dans les quartiers prioritaires ».

En dehors du ministère du Travail, de l’Emploi, de la Formation professionnelle et du Dialogue social, qui reste le principal financeur de ces structures, la contribution du ministère de la Ville « est significative » : 3,20 millions d’euros pour les E2C, 26 millions d’euros pour les Epide (chiffres de 2016).

Coopération entre le service public de l’emploi et les acteurs des quartiers

La réussite des E2C et des Epide passe également par des « dynamiques de coopération entre le service public de l’emploi et les autres acteurs des quartiers », a constaté le CGET, qui cite deux actions en appui. La démarche Crai (Capter, remobiliser, accompagner, insérer), expérimentée au sein de l’agglomération de Montbéliard consiste à recruter des jeunes des QPV en service civique chargés ensuite de recruter des jeunes des mêmes quartiers pour les orienter en Epide.

À Corbeil-Essonnes, l’E2C n’hésite pas à sortir de ses murs pour tenir des réunions d’information au sein même des missions locales.

Notes

Note 01 « Les écoles de la deuxième chance - Donner aux jeunes décrocheurs les moyens de réussir ». Un rapport de François Patriat (Socialiste et Républicain, Côte-d’Or) et Jean-Claude Requier (RDSE, Lot), novembre 2015. Retour au texte

Note 02 Bilan d’activités 2014, Epide. Retour au texte

Réagir à cet article

Sur le même sujet

    • « Epide et E2C : accompagner les jeunes décrocheurs des quartiers prioritaires vers la formation et l’emploi », CGET, août 2016.
Prochain Webinaire

Accompagner au plus près les entreprises locales grâce au numérique

de Salesforce

--
jours
--
heures
--
minutes

Nos offres d'emploi

Plus de 1000 offres d'emploi !

TOUTES LES OFFRES D'EMPLOI
marche online

Aujourd'hui sur le Club Santé Social

Nos services

Prépa concours

CAP

Évènements

Gazette

Formations

Gazette

Commentaires

École de la deuxième chance et Epide fournissent des réponses au chômage des jeunes

Votre e-mail ne sera pas publié

Club Santé Social

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement