logo
Adresse de l'article https://www.lagazettedescommunes.com/305539/regionalisation-pour-une-reflexion-partagee/

[OPINION] GOUVERNANCE
Régionalisation : pour une réflexion partagée
Auteur associé | France | Opinions | Publié le 17/12/2014 | Mis à jour le 16/12/2014

La question de la régionalisation est à l’ordre du jour, et pas seulement en France. Deux priorités expliquent cette tendance. Celle d’une modernisation de l’Etat – vers un Etat stratège – pour plus d’efficacité démocratique, sociale, économique dans le cadre d’une rationalisation budgétaire contrainte et d’une gouvernance à multiniveaux, et celle d’une reconnaissance et d’une valorisation des identités comme contribution à la paix, notamment dans les pays multiculturels.

Pour répondre à ce défi, il ne suffit pas d’adopter une constitution régionaliste. Ce qui est décisif, c’est la capacité démocratique à développer une culture du dialogue et du consensus – ou compromis -, une culture politique basée sur le respect de la diversité qui ne confonde plus unité et uniformité, identité et communautarisme.

Même si la moitié des Etats européens sont encore construits sur le mode unitaire, la France reste le grand Etat le plus centralisé avec une macroencéphalie parisienne.
L’actuel gouvernement a, néanmoins, proposé une régionalisation plus poussée avec un redécoupage territorial.

Dans le même temps, mais pas de la même manière, d’autres Etats européens, mais aussi plusieurs gouvernements africains, notamment au Mali, ont choisi de lancer une réflexion fondamentale quant à l’opportunité d’adopter une vraie régionalisation à la suite de la crise politico-sécuritaire de 2012.

Benchmark analytique – La référence française intéresse, mais l’ouverture à d’autres expériences s’impose dans un monde où local et global interagissent de plus en plus, y compris dans le cadre d’organisations comme l’Union africaine ou l’Union européenne, là où les concepts se croisent et s’imprègnent réciproquement.

Voilà pourquoi les Etats africains et européens, avec leurs grandes associations de collectivités territoriales, auraient tout intérêt, en respectant l’histoire et le caractère propre de chaque pays, à partager cette réflexion sur la régionalisation et la modernisation de l’Etat. Avec l’appui de la coopération suisse – une référence première – le Global Local Forum s’est lancé, avec d’autres, dans un benchmark analytique qui pourrait servir à l’élaboration des politiques et stratégies de régionalisation-décentralisation, et pas seulement en Afrique.