Fermer

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Menu

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement
  • Accueil
  • Actualité
  • France
  • Les directeurs de l’éducation des villes dressent leur bilan de la réforme des rythmes scolaires

Education

Les directeurs de l’éducation des villes dressent leur bilan de la réforme des rythmes scolaires

Publié le 10/12/2014 • Par Stéphanie Marseille • dans : France

Intitulé « Ecole et collectivités. De la refondation de l’école à la refondation des temps éducatifs : s’en emparer pour ne pas la subir » et organisé du 3 au 5 décembre à Reims, le congrès annuel de l’Andev entendait examiner l’impact de la refondation de l’école sur les communes. Le réseau des spécialistes de l’action éducative des villes a d’ailleurs introduit ses travaux en présentant sa propre radiographie de la mise en oeuvre des nouveaux rythmes.

Réalisée conjointement avec Sodexo, l’enquête s’intitule « Rythmes éducatifs, radiographie d’une réforme ». Elle a recueilli un taux de réponses de 29% (210 répondants sur 705 personnes interrogées). Ses conclusions révèlent un tableau contrasté : la satisfaction le dispute à la sensation d’être en difficulté : 78% des répondants jugent la réforme « intéressante », mais 73% l’estiment « compliquée ».

Il existe une différence entre les communes parties en 2013 et celles qui ont lancé la réforme en 2014 : 75% des pionnières de 2013 qualifient cette rentrée de « sereine », alors que 86% des villes parties en 2014 ont un avis contraire, (laissant imaginer une sorte de « lissage » des difficultés au cours de la première année d’application).

Enfin  les différences d’obédience politique éclatent au grand jour : les communes affichant une appréciation positive de la réforme sont à 86% des communes de gauche, celles réfutant la réforme sont à 73% à droite.

Organisation – Les communes ont choisi la concertation pour appliquer la réforme et 90% des répondants poursuivent d’ailleurs cette concertation aujourd’hui.

68% des répondants ont déployé un projet éducatif de territoire (66% en global, 2%, école par école). Avant la réforme, 48% des adhérents de l’ANDEV disposait d’un projet éducatif local : ces communes ont alors intégré le PEDT au cadre préexistant. Enfin en terme d’organisation de la semaine, 94% des communes ont choisi de placer les cours le mercredi matin, contre 4% le samedi.

Par ailleurs, 61% des répondants ont réduit la journée de 45 mn, (73% des communes de droite ont fait ce choix), 34% des collectivités ont augmenté la pause méridienne (42% des communes de gauche ont fait ce choix), 32% ont regroupé des sessions d’1h30/2h, 9% ont opté pour une après-midi libérée. Aucune collectivité n’a réduit le temps scolaire journalier et les vacances scolaires.

Les TAP ou NAP sont gratuites dans 71% des cas et payantes dans 23% des communes répondantes. Le coût moyen s’élève à 175 euros par enfant et par an. 63% des communes utilisent des salles de classe pour accueillir les activités, 36% s’en passent. Ce qui n’est pas sans tension : 74% des répondantes ont connu des négociations tendues pour utiliser les classes et 63% des collectivités ont rencontré des difficultés pratiques dans leur utilisation.

Impact sur la collectivité – En 2014, la fréquentation des accueils de loisirs a augmenté dans 40% des collectivités. Par ailleurs, 86% des répondants ont réorganisé leur services Enfance/education/jeunesse pour mettre la réforme des rythmes en oeuvre. Il s’agit d’un mouvement exhaustif, qui touche aussi bien les cadres que les personnels de terrain (62% des répondantes).

Dans 71% des cas, les services d’entretien ont subi des changements. Les plus importants concernent : les horaires (85%) et la redéfinition des fiches de poste et des missions (85%). La réforme a entraîné des embauches (78% des répondants) et une déprécarisation des agents de catégorie C (95%), principalement dans le secteur de l’animation (97%).

Mais les difficultés de recrutement des animateurs persistent pour 73% des collectivités. 7 villes sur 10 ont investi dans des formations : elles concernent, à 70%, les techniques d’animation, à 67% les activités des enfants, à 48% le BAFA et à 27%, la psychologie de l’enfant. Elles concernent, à 86%, les animateurs, puis, les ATSEM, à 54% et enfin, à 36%, les responsables périscolaires.

Y’a pas que les rythmes dans la vie ! – L’ANDEV refuse de réduire la refondation de l’école entreprise par le ministère de l’Education à la seule réforme des rythmes scolaires. Le réseau a donc également abordé quatre thèmes distincts, qui touchent tous, de près ou de loin, les collectivités. A savoir : la mise en place de parcours éducatifs, la refonte de l’Education prioritaire, les spécificités de l’école maternelle et la manière de favoriser le bien-être des enfants à l’école.

Cet article est en relation avec le dossier

1 Réagir à cet article

Nos offres d'emploi

Plus de 1000 offres d'emploi !

TOUTES LES OFFRES D'EMPLOI

Aujourd'hui sur les clubs experts gazette

Nos services

Prépa concours

CAP

Évènements

Gazette

Formations

Gazette

Commentaires

Les directeurs de l’éducation des villes dressent leur bilan de la réforme des rythmes scolaires

Votre e-mail ne sera pas publié

jmu

11/12/2014 09h03

Pouvez-vous préciser une apparente contradiction : « 61% des répondants ont réduit la journée de 45 mn » et plus loin : « Aucune collectivité n’a réduit le temps scolaire journalier » ?
Merci

Commenter

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement