logo
Adresse de l'article https://www.lagazettedescommunes.com/2988/centre-lindre-et-loire-rechigne-a-payer-pour-un-parc-dactivite-en-partie-vide/

DÉVELOPPEMENT ÉCONOMIQUE
Centre. L’Indre-et-Loire rechigne à payer pour un parc d’activité en partie vide
Jean-Jacques Talpin | Régions | Publié le 08/10/2009

Le conseil général d’Indre-et-Loire veut se mobiliser pour sauver le parc d’activité Isoparc situé au sud de Tours sur la commune de Sorigny près de Montbazon.

Réuni en session le 30 septembre le conseil général a examiné un audit sur l’avenir de ce parc qui reste en partie vide après plusieurs années de commercialisation. Lancé par le syndicat mixte Sud Indre développement (qui réunit le conseil général, trois communautés de communes et deux communes) et aménagé par la Société d’équipement de la Touraine le parc offre 153 ha de terrain dans une première tranche.

Mais pour l’heure seules trois entreprises se sont installées dont une plate-forme de courrier de La Poste. Faute d’implantations industrielles, le déficit du parc atteint déjà cinq millions d’euros avec des annuités d’un million d’euros en 2010 et 2011 dont 92% seront à la charge du département.
Les collectivités ont déjà lourdement investi pour ce parc avec 3,4 millions pour l’aménagement et dix millions d’euros pour la création d’un échangeur autoroutier sur l’A10. Un bâtiment de 23.000 m2 a même été construit et reste vide plus de deux ans après son achèvement.

Mais «la Touraine a échoué pour l’instant à devenir un lieu de destination de la logistique», estime François Pillot, représentant des promoteurs du département. Le conseil génaral veut d’autant plus maîtriser ce dossier que ses dépenses sont à la peine avec une perte cette année de 20 millions d’euros de droits de mutations.
Après une augmentation de 12% en 2009 les impôts départementaux devraient connaître une hausse semblable l’an prochain. Le département entend donc remettre Isoparc «sur les rails» avant d’envisager des mesures plus contraintes.