Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement
Club finances

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

icon Club finances

Interview

« Il y a une menace réelle sur l’investissement local » (Valérie Rabault)

Publié le 25/11/2014 • Par Cédric Néau Pierre Cheminade • dans : A la Une finances, Actu experts finances

Dans un entretien avec le Club finances, Valérie Rabault, la pugnace députée PS du Tarn-et-Garonne et rapporteure générale de la commission des finances à l’Assemblée nationale, revient sur le PLF 2015, n’hésitant pas à interpeler le gouvernement sur l’investissement local, mais aussi les élus sur leurs marges de manœuvre.

Cet article fait partie du dossier

Les grandes interviews du Club finances

Le PLF 2015 prévoit une baisse des dotations de l’Etat de 3,67 milliards d’euros, au risque de pénaliser l’investissement des collectivités. Lors de l’examen du texte à l’Assemblée nationale, la généralisation du remboursement du fonds de compensation de la TVA en année N a été retenue, avant d’être finalement écartée. Pourquoi ?

Le dispositif a été jugé trop coûteux par le gouvernement. Mais je reste persuadée que cela ne coûterait pas plus d’un milliard d’euros en dépense nette.
L’année qui suit les élections municipales connaît traditionnellement une chute de l’investissement public local. Donc nous devrions aboutir, en 2015, à une baisse de 5 à 6 milliards d’euros. Si nous remboursons le FCTVA, qui s’élève à environ 6 milliards d’euros, en année « n », en intégrant déjà cette baisse, nous ne dépenserons pas plus d’un milliard d’euros supplémentaire. Mais le gouvernement nous a fait comprendre que, même à ce prix-là, c’était trop cher au regard de ses engagements sur les finances ...

Article réservé aux abonnés Club finances
i

Contenu réservé aux abonnés

  • Club finances

Pour lire la totalité de cet article, abonnez-vous au Club finances

Cet article n’est pas disponible dans l’offre d’essai du club. Pour lire la totalité de cet article, abonnez-vous au au Club finances

Votre offre d’essai est arrivée à terme. Pour lire la totalité de cet article, abonnez-vous au au Club finances

S'abonner PROFITEZ DE L’OFFRE 30 JOURS GRATUITS Déjà abonné ? connexion

Cet article est en relation avec le dossier

Cet article fait partie du Dossier

Les grandes interviews du Club finances

Réagir à cet article

Aujourd'hui sur le Club finances

Nos services

Prépa concours

CAP

Évènements

Gazette

Formations

Gazette

Commentaires

« Il y a une menace réelle sur l’investissement local » (Valérie Rabault)

Votre e-mail ne sera pas publié

Club finances

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement