Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement
Club finances

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

icon Club finances

Journée d'actualité Club Finances

PLF 2015 : quels impacts financiers pour les collectivités du grand Sud ?

Publié le 21/11/2014 • Par Cédric Néau • dans : A la Une finances, Actu experts finances

Capture
La Gazette
Experts, élus locaux et fonctionnaires territoriaux ont analysé le projet de loi de finances pour 2015, mardi 18 novembre 2014, à Marseille. Ils ont décrypté ses conséquences sur les villes du grand Sud. Le crunch d’investissement n’est pas au programme.

Le projet de loi de finances (PLF) pour 2015, voté le jour même de la journée d’actualité du Club Finances à Marseille, comporte une trentaine d’articles qu’Alain Guengant, directeur de recherche honoraire du CNRS, a décrypté et analysé durant une heure devant le public marseillais.

Malgré la baisse de 3,67 milliards d’euros de baisse des dotations de l’Etat et quelques effets de contre-péréquation, notamment par le biais des évolutions des DSU et DSR cibles, ce PLF pourrait ne pas avoir les effets dévastateurs sur l’investissement tant craints et annoncés par les associations d’élus, selon Alain Guengant.

Un impact sur l’épargne brute et le désendettement – Cela ne veut pas dire pour autant qu’il sera sans conséquence sur les équilibres financiers des collectivités, comme l’a montré Stéphane Masse, associé au sein du cabinet de consultants FCL Gérer la cité, notamment sur le niveau d’épargne brute et la capacité de désendettement du bloc communal et particulièrement des départements.
Sur la période 2015-2017, le consultant juge d’ailleurs inévitable la hausse de la fiscalité locale pour compenser les déséquilibres financiers des collectivités.

Les partenaires des rencontres d’actualité du Club Finances, BPCE et KPMG, se sont de leur côté attelés à esquisser les marges de manœuvres possibles face à une situation anxiogène, dont de plus en plus d’élus veulent se sortir rapidement en jouant sur le niveau d’investissement.

Outre les taux d’intérêts historiquement bas qui incitent à recourir à l’emprunt, Françoise Larpin, associée et directrice du secteur public local chez KPMG a présenté les différentes stratégies à mettre en œuvre et les multiples actions à lancer pour se retrouver, grâce à des outils appropriés, en capacité de pilotage. Un pilotage « qui reste à améliorer » prévient-elle, en s’inquiétant sur certains projets des mandats.

Mesures d’économies – A cet égard, Jean-Claude Gondard, hôte de la journée d’actualité et directeur général des services de la ville de Marseille, ainsi que Jean-Luc Célestin, directeur des finances et des affaires juridiques du conseil général des Alpes de Haute-Provence, ont développé leurs mesures d’économies devant l’auditoire lors de la table ronde en fin de rencontre.
Ces mesures passent par un recul sensible des investissements, sans commune mesure toutefois avec la baisse attendue de la DGF qui devrait s’élever, selon Roland Blum, adjoint au maire chargé des finances de Marseille, à « 150 millions d’euros sur trois ans, soit les 2/3 d’une année d’investissement ».

Cet article fait partie du Compte-rendu

PLF 2015 : quel impact pour les collectivités du grand Sud ?

1 Réagir à cet article

Aujourd'hui sur le Club finances

Nos services

Prépa concours

CAP

Évènements

Gazette

Formations

Gazette

Commentaires

PLF 2015 : quels impacts financiers pour les collectivités du grand Sud ?

Votre e-mail ne sera pas publié

X.Nelson

23/11/2014 05h14

Nous ne devons pas vivre dans le même monde que ces DGS de départements ! Les communes de 10 à 30 000h vont faire porter la baisse des recettes et pas seulement celle des dotations, sur l’investissement car les marges de manœuvres en fonctionnement sont très faibles contrairement à ce que croient les administrations centrales qui pilotent ces baisses des dotations et ne connaissent rien de la gestion des petites et moyennes collectivités (on le vérifie tous les jours!).
Les élus municipaux ne vont pas pouvoir augmenter la fiscalité qui est devenu aujourd’hui un sujet hypersensible contrairement aux départements qui envisagent tranquillement, semble-t-il, d’y recourir …
Il n’y a pas de gabegie en fonctionnement, tout juste des cas isolés et montrés du doigt, mais les citoyens finissent par le croire après les campagnes orchestrées par les institutions (Cour des Comptes) et les médias atteints de psittacisme aigu … Les résultats vont être très négatifs. Cet article est stupéfiant.

Commenter
Club finances

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement