Transports

Baisse de la DGF : la Bourgogne renonce à investir 180 millions d’euros dans ses trains

Par • Club : Club Techni.Cités, Club finances

13 nouvelles rames Regio 2N : c’est que le conseil régional de Bourgogne avait annoncé vouloir acquérir en novembre 2013. Un an plus tard, la collectivité change son fusil d’épaule, pour se contenter d’une rénovation de ses Corail. Une solution qui lui permet de freiner les dépenses de fonctionnement. Les Regio 2N génèrent un surcoût annuel de 5,5 millions d’euros.

Il y a précisément un an, le 25 novembre 2013, les élus du conseil régional de Bourgogne votaient en autorisation de programme 180 millions d’euros pour l’achat de 13 nouvelles rames Regio 2N. Ce lundi 24 novembre 2014, à nouveau réunis en session, ils débattront sur un projet qui n’a plus rien à voir. Exit les nouveaux TER. La région opte pour la rénovation de ses trains Corail pour un montant qui se limite à 40 millions d’euros.

Les raisons de ce revirement ? Ce n’est pas tant l’importance de l’investissement qui a joué. « L’impact, en terme d’amortissement annuel, est quasi-identique », détaille Michel Neugnot, vice-président du conseil régional (PS) en charge des finances. Les rames neuves seraient amorties sur 40 ans. Coût annuel : 4,5 millions d’euros. Les rames rénovées, dont la durée de vie n’excéderait pas dix ans, le seraient sur 8 ans. Coût annuel : 5 millions.

Ce qui a joué, c’est bien plus le coût de fonctionnement, en défaveur des Regio 2N. Parce qu’ils comportent notamment une électronique embarquée, les trains signés Bombardier coûteraient à la région 5,5 millions de plus par an, pour assurer leur exploitation et leur maintenance.

12,5 millions d’euros en moins – Le calcul a été vite fait. En 2015, le budget de la région subira une baisse de 12,5 millions d’euros, sur la dotation globale de fonctionnement versée par l’État. Pour absorber ce manque à gagner, la région prévoit une réduction drastique des dépenses de fonctionnement, pour préserver les capacités d’investissement. Nous y voici donc : la région ne peut se permettre d’acquérir un nouveau matériel qui génère de telles dépenses de fonctionnement.

En attendant les TET – Devant le conseil économique et social (Ceser Bourgogne), ce jeudi 20 novembre, Michel Neugnot a fait valoir d’autres arguments qui ont également pesé dans la balance : destinés à la ligne Paris-Dijon-Lyon, les Regio 2N – à deux étages – permettent certes d’accroître la capacité voyageurs, mais ils n’ont pas le confort promis par Bombardier dans les futurs trains d’équilibre du territoire (TET) prévus pour les longues distances. Il apparaît d’autant plus urgent d’attendre que les Regio 2N doivent être livrés à une période où les travaux, sur les voies, battront leur plein (en 2017, 2018 et 2019). Autrement dit : à une période où beaucoup de voyageurs verront leur parcours reporté sur le car.

Préserver la relation avec la Franche-Comté – Enfin, dernier argument – et non des moindres –, la fusion des régions Bourgogne et Franche-Comté procède par étapes, avec 27 chantiers sur lesquels les deux partenaires recherchent la convergence de leurs politiques. Parmi ces 27 chantiers figure l’harmonisation des conventions TER (desserte, matériel et tarification). Mettre en suspens cette grosse commande, qui engage de fait la Franche-Comté, permet à la Bourgogne « d’arriver vierge », résume Jean Perrin, président de la commission des finances au Ceser. Le geste n’est pas que symbolique. Le taux d’endettement de la Bourgogne est certes inférieur à celui des autres régions (84% contre 88%). Mais il reste nettement supérieur à celui de la Franche-Comté (46% en 2012).

Commentaires

0  |  réagir

Ajouter un commentaire

Ce champ est obligatoire

Ce champ est obligatoire

Ce champ est obligatoire

Conformément à la loi "Informatique et libertés" du 6 janvier 1978, vous pouvez accéder aux informations vous concernant, les rectifier ou vous opposer à leur traitement et à leur transmission éventuelle à des tiers en écrivant à : Groupe Moniteur - Antony Parc 2, 10 place du Général de Gaulle, La Croix de Berny – BP 20156, 92 186 Antony Cedex ou en cliquant ici.

L'actu Technique

Offre découverte 30 jours gratuits !

dernières offres d’emploi

services

Thèmes abordés

Retrouvez tous nos produits sur La plateforme de mise en relation entre professionnels de la commande publique et fournisseurs

menu menu

Club Techni.Cités : l'information pour les techniciens de la FP