logo
Adresse de l'article https://www.lagazettedescommunes.com/295825/les-educateurs-ne-sont-pas-formes-a-laccompagnement-des-zonards-tristana-pimor-sociologue/

ENTRETIEN
« Les éducateurs ne sont pas formés à l’accompagnement des zonards » – Tristana Pimor, sociologue
Sophie Le Gall | A la Une prévention-sécurité | Actu experts prévention sécurité | France | Publié le 15/12/2014

Dans "Zonards", récompensé par le prix de la recherche universitaire Le Monde 2014, la sociologue Tristana Pimor, livre la synthèse de quatre années passées à étudier le mode de vie de jeunes, parfois désignés comme "punks à chiens", vivant dans un squat de la région bordelaise. Un récit au plus près du quotidien pour cerner un public, qui échappe aux représentations normatives. Entretien.

Vous êtes maître de conférence au département Carrières sociales de l’université Paris-Est Créteil. Quelle démarche avez-vous adoptée pour mener à bien cette recherche ?

J’ai choisi une démarche ethnographique et j’ai misé sur le temps pour parvenir à travailler dans la confiance. Après avoir été éducatrice spécialisée auprès de personnes souffrant d’addiction, j’ai entamé, en 2009, un travail universitaire sur les conduites à risques chez les toxicomanes. C’est dans ce cadre que j’ai rencontré un jeune « zonard » – c’est le terme que j’ai choisi pour désigner ce public -, qui m’a introduite auprès des autres membres de son squat. Cet intermédiaire s’est révélé indispensable. Le sujet “zonard”, peu étudié, encore opaque aux yeux de la société comme des sociologues, s’est alors imposé.

Au début, je réagissais avec mes réflexes d’éducatrice spécialisée. Avec le temps, j’étais davantage dans la découverte ...

REFERENCES