Fermer

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Menu

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Technologies de l'Information et de la Communication

Propriété intellectuelle – Protection du nom des communes

Publié le 09/10/2009 • Par La Rédaction • dans : Réponses ministérielles

Ma Gazette

Sélectionnez vos thèmes et créez votre newsletter personnalisée

Les communes disposent de nombreux moyens juridiques issus du Code civil, et du Code de la propriété intellectuelle, pour protéger sur Internet le nom de leur commune.

La loi n° 2004-669 relative aux communications électroniques et ses décrets d’application ont permis de réserver aux collectivités territoriales l’enregistrement de leur nom dans le nom de domaine en «.fr» et d’interdire l’enregistrement dans ce nom de domaine en «.fr» de noms ayant pour effet ou pour objet d’entraîner une confusion avec le nom d’une collectivité territoriale.
Contrairement au nom de domaine en «.fr», le nom de domaine en «.com, .org, .net» ne fait pas l’objet de dispositions législatives ou réglementaires protégeant spécifiquement les noms des collectivités territoriales. Celles-ci ne disposent pas d’un droit exclusif leur permettant d’interdire a priori l’enregistrement de leur nom par un tiers.

Cependant, l’article L. 711-4, alinéa h, du Code de la propriété intellectuelle interdit d’adopter comme marque un signe portant atteinte au nom, à l’image ou à la renommée d’une collectivité territoriale. Cela constitue une reconnaissance du droit des communes sur leur nom.
Ainsi, lorsqu’une commune estime que son nom a été enregistré de façon abusive dans le nom de domaine en «.com, .org, .net», elle peut engager une action en justice sur la base de l’article 1382 du Code civil, en s’appuyant sur l’article L. 711-4 du Code de la propriété intellectuelle. Les dispositions de cet article permettent aux communes de s’opposer à l’utilisation par un tiers de leur nom comme nom de domaine en «.com, .org, .net» lorsque l’utilisation de ce domaine Internet peut entraîner une confusion dans l’esprit du public avec un site officiel de la commune ou une action mise en oeuvre par la commune (cf. décision du 6 juillet 2007 du tribunal de grande instance de Paris sur paris-sansfil.com).

Dans une situation différente, où le nom d’une commune disposant d’une forte notoriété est utilisé pour renvoyer sur un site n’ayant pas de rapport avec cette commune, dans le seul but de capter du trafic Internet, l’article L. 711-4 du Code de la propriété intellectuelle permet de s’opposer à l’enregistrement du nom de la commune sur Internet lorsque le titulaire n’a pas de droit ou d’intérêt légitime sur ce nom.
Un tel enregistrement pourra être considéré comme un acte de parasitisme, créant un préjudice d’image à la commune concernée (cf. arrêt du 27 octobre 2004 de la Cour d’appel de Paris sur paris2000.info).

Enfin, lorsqu’une commune a protégé son nom en tant que marque et que celui-ci a fait l’objet d’un enregistrement de mauvaise foi dans le nom de domaine en «.com, .org, .net» par un tiers n’ayant pas de droit ou d’intérêt légitime sur ce nom, alors la commune peut recourir à la procédure alternative extrajudiciaire de règlement des litiges définie par l’Internet Corporation for Assigned Names and Numbers (ICANN) et mise en oeuvre notamment par l’organisation mondiale de la propriété intellectuelle (OMPI).
En revanche, même lorsqu’elle a déposé son nom en tant que marque, une commune ne peut pas empêcher un tiers d’enregistrer ce nom dans un nom de domaine générique comme le «.com, .org, .net» lorsqu’il justifie d’un intérêt légitime pour l’utilisation de ce nom et que le site Internet correspondant ne peut être confondu avec le site officiel de la ville (cf. arrêt du 13 septembre 2007 de la Cour d’appel de Versailles concernant notamment les noms de domaine «issy.net» et «issy.info» ou son arrêt du 29 mars 2000 sur le nom «Élancourt», ou l’ordonnance du 30 janvier 2007 du tribunal de grande instance de Nanterre sur «levallois.tv»).

De façon analogue, le simple enregistrement d’un nom identique à une marque ne constitue pas en soi une contrefaçon de cette marque, la contrefaçon devant s’apprécier en fonction du contenu du site Internet correspondant. Ainsi, une commune ne peut interdire à l’un de ses administrés d’utiliser son nom dans le nom de domaine en «.com, .org, .net» pour diffuser des informations en rapport avec cette commune ou ses habitants si l’utilisation qui en est faite ne porte pas à confusion avec le site officiel de la commune et ne porte pas atteinte à son image.

marche online

Aujourd'hui sur les clubs experts gazette

Nos services

Prépa concours

CAP

Évènements

Gazette

Formations

Gazette

Commentaires

Propriété intellectuelle – Protection du nom des communes

Votre e-mail ne sera pas publié

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement