Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement
Club finances

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

icon Club finances

Intercommunalités

Le pacte financier et fiscal au service du projet de territoire

Publié le 17/11/2014 • Par Frédéric Ville • dans : A la Une finances, Actu experts finances

2137737248_e9f3e429d1
Flickr by Scott Maxwell
Si les premiers pactes financiers et fiscaux visaient surtout à optimiser la dotation globale de fonctionnement, ceux d’aujourd’hui s’appuient d’abord sur un projet de territoire. Le dialogue entre l’intercommunalité et ses communes débouche alors sur une action consolidée.

Ma Gazette

Sélectionnez vos thèmes et créez votre newsletter personnalisée

Les pactes financiers et fiscaux (PFF) fleurissent, notamment depuis la réforme de la taxe professionnelle de 2010. Il s’agit pour l’instant d’une démarche volontaire(1) de formalisation des relations financières entre un EPCI et ses communes membres. Selon Céline Bacharan, consultante en finances locales au sein du cabinet Michel Klopfer, « la démarche a pour objectif de réduire les disparités de charges et de recettes à l’intérieur d’un territoire ».

Encore libre et non formalisé – La première génération de PFF, dans la foulée de la réforme de la taxe professionnelle, visait plutôt à augmenter le coefficient d’intégration fiscale (CIF) et, donc, la DGF perçue par l’EPCI. Cette stratégie passe par la hausse du taux des impôts intercommunaux tout en baissant celui des communes dans les mêmes proportions. L’opération est alors neutre pour les contribuables.
Afin de compenser le manque à gagner des communes, l’EPCI leur verse ensuite des fonds de concours équivalents. Voilà ce ...

[80% reste à lire]

Article réservé aux abonnés

Club Finances

Mot de passe oublié

VOUS N'êTES PAS ABONNé ?

Testez notre Offre Découverte Club finances pendant 30 jours

J’en profite
Réagir à cet article
marche online

Aujourd'hui sur le Club finances

Nos services

Prépa concours

CAP

Évènements

Gazette

Formations

Gazette

Commentaires

Le pacte financier et fiscal au service du projet de territoire

Votre e-mail ne sera pas publié

Club finances

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement