Déchets

Tri des plastiques : l’avenant d’Eco-Emballages défavorable à la poursuite de l’expérimentation

| Mis à jour le 02/12/2014
Par et , Directeur général des services techniques • Club : Club Techni.Cités

© fotofuerst - Fotolia

La cinquantaine de collectivités qui se sont engagées dans l'expérimentation sur l'extension du tri des emballages plastiques doivent désormais signer un avenant si elles souhaitent la poursuivre et percevoir l'aide financière. Mais son contenu - que Le Club technique a pu se procurer - est très défavorable à ces collectivités.

Ma Gazette

Sélectionnez vos thèmes et créez votre newsletter personnalisée

cet article fait partie du dossier

Déchets : le tri des plastiques souples change la donne

Aux 51 collectivités concernées par l’expérimentation sur l’extension des consignes de tri des emballages plastiques, expérimentation menée de 2011 à 2013 et dont les résultats devraient être connus avant la fin de l’année, Eco-Emballages propose de signer un avenant permettant de la poursuivre. Mais on ne peut pas dire que les collectivités soient favorisées par son contenu.

Des obligations surtout pour les collectivités – Il apparaît très rapidement à sa lecture que cet avenant est déséquilibré et que les obligations concernent essentiellement les collectivités : l’article 22.1.1 qui précisent leurs engagements comporte en effet 2 pages alors que l’article 22.1.2 précisant ceux d’Eco-Emballages ne fait que … 15 lignes !

Ce qui n’est pas nouveau, c’est ce qui concerne la production de données. Elle reste très détaillée : tonnages, stock par flux, coût de gestion des déchets d’emballages (calculé avec l’outil e-dd, à ne pas confondre avec Compta-Coût de l’Ademe), type de véhicules de collecte, temps de collecte, caractéristiques du tri avec les tonnages entrants, débit horaire, nombre d’opérateurs … Certaines données sont par ailleurs à fournir tous les 3 mois. Ne pas fournir ces données entraîne bien entendu une suppression assurée des soutiens !

Un périmètre figé – La poursuite de l’expérimentation est conditionnée à un respect strict du périmètre. Pour l’étendre à tout le territoire, la collectivité doit avoir l’accord d’Eco-Emballages (qui n’est pas très favorable sur ce point). Sinon, c’est la suppression des soutiens financiers. Le problème est que cette extension est soumise « au droit de véto » de l’éco-organisme sans possibilité de ...

[60% reste à lire]

Article réservé aux abonnés

Club Techni.Cités

Mot de passe oublié

VOUS N'êTES PAS ABONNé ?

Testez notre Offre Découverte Club Techni.Cités pendant 30 jours

J’en profite
Dossier
Commentaires

0  |  réagir

Ajouter un commentaire

Ce champ est obligatoire

Ce champ est obligatoire

Ce champ est obligatoire

Conformément à la loi "Informatique et libertés" du 6 janvier 1978, vous pouvez accéder aux informations vous concernant, les rectifier ou vous opposer à leur traitement et à leur transmission éventuelle à des tiers en écrivant à : Groupe Moniteur - Antony Parc 2, 10 place du Général de Gaulle, La Croix de Berny – BP 20156, 92 186 Antony Cedex ou en cliquant ici.

L'actu Technique

  • Des forêts urbaines en germe

    Des projets de forêt urbaine émergent, notamment des microforêts participatives inspirées de la méthode du japonais Miyawaki. Cette nouvelle tendance est également l’opportunité de développer une trame verte urbaine riche en services écosystémiques. ...

  • « L’appétit des collectivités pour les véhicules autonomes reste entier »

    Patricia Villoslada, directrice des systèmes de transport autonome chez Transdev décrypte pour La Gazette les défis de la nouvelle réglementation française qui ouvre la voie aux voitures, navettes et camions autonomes sur routes dès 2022. ...

  • Financement des transports publics : les élus en communion avec le rapport Duron

    Les associations d’élus sont satisfaites des principales recommandations du rapport Duron sur le financement du modèle économique des transports collectifs remis le 13 juillet dernier au Premier ministre, Jean Castex. ...

  • Plantes invasives : un état des lieux inquiétant

    38 millions d’euros par an en France, c’est le coût de la pullulation de certaines espèces exotiques, pointe la mission d’information de l’Assemblée nationale sur la prolifération des plantes invasives et les moyens pour endiguer cette situation, qui a ...

Offre découverte 30 jours gratuits !

Formations

Evènements

services

Thèmes abordés

menu menu

Club Techni.Cités : l'information pour les techniciens de la FP