Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement
Club finances

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

icon Club finances

Finances

Lille Métropole « contaminée » par des produits structurés

Publié le 13/10/2009 • Par Olivier Ducuing • dans : Actualité Club finances, Régions

36% de la dette de la communauté urbaine de Lille (LMCU) sont adossés à des produits hautement spéculatifs. Tel est le constat assez alarmiste dressé par le cabinet Michel Klopfer dans un audit réalisé pour le compte de l'EPCI nordiste.

Ma Gazette

Sélectionnez vos thèmes et créez votre newsletter personnalisée

L’étude, très technique, relève que la gestion très active de sa dette par les services financiers de Lille Métropole a permis de dégager de réelles économies, évaluées à 41 millions d’euro, ces dernières années. Mais elle met en avant un niveau de risque aujourd’hui élevé sur des montants importants.
La perte actuarielle nette est estimée à 70,5 millions d’euros sans préjuger des risques potentiels futurs. Le rapport évoque un produit (le n° 22.401) swappé – échangé – cinq fois par LMCU, pour une perte globale dépassant 25 millions d’euros.
Il note un autre produit, le 21.002, «adossé à un excellent taux Euribor de – 0,11%, il a finalement été troqué contre une spéculation sur l’inflation, soit une perte nette de 3,3 millions d’euros».

Plusieurs réaménagements de dette ont d’ores et déjà été conduits par la communauté urbaine depuis janvier dernier. Ils ont permis de réduire à 67 millions d’euros la perte actuarielle.
Néanmoins le risque reste lourd. «544 millions (de dette, NDLR) sont adossés à des produits hautement spéculatifs, qui varient en fonction d’indices exotiques (devises hors zone euro) et qui peuvent basculer sur des taux dont les modes de construction ne garantissent aucun plafond et risquent en théorie de dépasser 15%», indique le rapport.
La situation suscite la colère de Martine Aubry, présidente de Lille Métropole depuis un an, qui envisage d’attaquer Dexia et deux autres établissements, de concert avec d’autres collectivités, pour avoir proposé de tels produits à risque.

Régions

marche online

Aujourd'hui sur le Club finances

Nos services

Prépa concours

CAP

Évènements

Gazette

Formations

Gazette

Commentaires

Lille Métropole « contaminée » par des produits structurés

Votre e-mail ne sera pas publié

Club finances

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement