Fermer

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Menu

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Revue de médias

A lire ailleurs cette semaine

Publié le 07/11/2014 • Par La Rédaction • dans : France

Retrouvez notre sélection d'articles qui nous ont intéressés, amusés, irrités..., cette semaine.

Les présidents de région veulent “redonner du sens à la réforme territoriale”

Vingt présidents de région ont publié une tribune sur Lemonde.fr. Ils demandent “une double clarification” : sur les compétences de chaque collectivité et sur les ressources qui seront allouées. Les régions “doivent être des partenaires de l’Etat pour le redressement du pays”, écrivent-ils.
A lire sur Lemonde.fr

Retrouvez notre dossier sur l’acte III de la décentralisation

Et les maires les plus actifs sur Twitter sont…

Et non, Anne Hidalgo n’est pas en tête du classement. C’est @RonanLoas – Ronan Loas, le maire de Ploemeur dans le Morbihan -, qui a commis déjà 81700 tweets au total, indique le blog e-Territoire. Comme il est inscrit depuis mai 2010, cela fait en moyenne une cinquantaine de tweets par jour !

En deuxième position arrive @Reyrog, dit Roger Rey, Maire de Conliège, un petit village du  Jura. Et en 3ème position @carolinecayeux – Caroline Cayeux, la maire de Beauvais, avec 24900 tweets, juste devant la 4ème :  @Anne_Hidalgo, la maire de Paris et ses 18900 tweets.

A lire sur le blog d’e-Territoire

Des pistes cyclables à l’écart aux “aménagements partagés”

Le blog Vélib, sur le site de la mairie de Paris, a interviewé  Marie-Angèle Lopes, auteure d’une enquête sur les « Aménagements cyclables en Île-de-France. Bilan et évolutions récentes 2007-2012 » pour l’Institut d’aménagement et d’urbanisme de l’Ile-de-France (IAU-IDF), publiée en juin. Un entretien très fouillé dans lequel elle revient sur l’évolution des aménagements cyclables : “Au début, les aménagements cyclables étaient un peu conçus comme des routes, bien séparées, avec une fonction dédiée au vélo ou aux autres usagers de la route. Cette conception de l’ingénierie a évolué ; aujourd’hui on se dirige plutôt vers un partage de l’espace public. D’où les aménagements partagés avec les piétons et les voitures : des bandes cyclables et une réduction de la vitesse qui permettent de sécuriser et limiter les accidents. Alors que dans les années 70-80 on considérait que la voirie appartenait aux voitures, aujourd’hui on estime et recommande qu’elle appartienne à tout le monde et on souligne que l’on est à la fois piéton, automobiliste, cycliste, etc.”
A lire sur le blog Vélib

Retrouvez notre dossier sur le vélo

Réforme territoriale en demi-teinte

C’est comme ça que Le Bien public parle de la réforme. Il s’agit en fait d’un billet d’Alain Houpert et Anne-Catherine Loisier, sénateur et sénatrice de la Côte-d’Or. Encore des déçus de la nouvelle carte : « Nous regrettons en particulier l’abandon d’un grand ensemble Champagne-Lorraine-Bourgogne-Franche-Comté », expliquent-ils. La raison ? “Ces quatre régions ainsi rassemblées auraient constitué une entité moderne, forte, avec des pôles économiques d’envergure notamment dans les secteurs de l’agro-alimentaire et du nucléaire. » Ahhh le nucléaire comme lien entre les territoires…

A lire sur Le Bien public
Retrouvez notre dossier sur l’acte III de la décentralisation

Les acteurs publics à la peine face au foot-business

Voilà une bonne nouvelle pour les collectivités territoriales etles villes organisatrices de l’Euro 2016 : elles ne sont pas les seules à avoir loupé leurs négociations avec l’UEFA et s’être soumises aussi facilement au foot-business. A l’instar également des candidats déchus à l’organisation du troisième évènement sportif international, le gouvernement français a accepté d’exonérer « Euro 2016 SAS » d’impôts directs et assimilés (impôts sur les sociétés, taxe sur les salaires, etc.). Cette défiscalisation pour ne pas dire ce dumping sera intégré au projet de loi de finances rectificative, présenté mardi 12 novembre en conseil des ministres avant qu’il ne soit soumis au Parlement d’ici la fin de l’année.

A lire sur Les Echos

Réagir à cet article

Nos offres d'emploi

Plus de 1000 offres d'emploi !

TOUTES LES OFFRES D'EMPLOI

Aujourd'hui sur les clubs experts gazette

Nos services

Prépa concours

CAP

Évènements

Gazette

Formations

Gazette

Commentaires

A lire ailleurs cette semaine

Votre e-mail ne sera pas publié

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement