logo
Adresse de l'article https://www.lagazettedescommunes.com/289025/plf-2015-un-budget-pas-si-mauvais-pour-la-culture-francoise-benhamou/

CULTURE
PLF 2015 : un budget « pas si mauvais » pour la culture – Françoise Benhamou
Hélène Girard | France | Publié le 29/10/2014

Françoise Benhamou, professeure d’économie à l’Université Paris 13 et spécialiste de l’économie de la culture, estime que le budget 2015 de la rue de Valois est somme toute « raisonnable » compte tenu de l'état des finances publiques. Cependant, l'économiste pointe quelques signes inquiétants pour l’avenir.

cc-by-sa-2.0. [1]

cc-by-sa-2.0.

Comment accueillez-vous ce projet de budget 2015 pour la culture ?

Ce budget [2] n’est pas si mauvais que cela, dans la mesure où il met fin à la tendance à la baisse que nous avons connue ces deux dernières années. C’est un budget de reconduction par rapport à celui de 2014. Le gouvernement a même opéré un petit rééquilibrage. Disons que c’est un budget raisonnable. Cela dit, plusieurs points m’étonnent, voire m’inquiètent. D’abord, le fait que le budget enregistre une hausse globale de 0,3%, alors que les crédits d’intervention enregistrent une petite baisse de 0,4%. Or, l’essentiel des politiques culturelles se réalise dans les territoires : on aimerait donc voir les crédits fléchés vers les collectivités augmenter. Ensuite, hors Philharmonie de Paris, les investissements diminuent. Il faudra être très attentif aux prochains collectifs budgétaires.

Retrouvez-vous dans ce budget le déséquilibre souvent dénoncé entre les crédits consacrés aux équipements parisiens et ceux qui irriguent les territoires ?

Ce déséquilibre est réel (1) [3]. Mais il s’explique par des raisons institutionnelles. Ces structures situées à Paris sont en fait des équipements nationaux. Donc de facto, ils reçoivent beaucoup de crédits. De plus, ils ont une vocation touristique très importante, qui dépasse de loin la fréquentation du seul public parisien. Songez que les trois quarts des visiteurs du Louvre sont des touristes ! Quoi qu’il en soit, il s’agit d’une vraie question. On pourrait commencer à la résoudre par un effort budgétaire global important en faveur de la culture, mais cela n’est pas dans l’air du temps. La Ville de Paris n’est pas non plus prête à augmenter son budget culturel de façon significative. Il me semble que la solution pourrait résider dans l’élaboration d’une politique culturelle à l’échelle du Grand Paris. Cela aurait un sens budgétaire et symbolique magnifique.

POUR ALLER PLUS LOIN