logo
Adresse de l'article https://www.lagazettedescommunes.com/288566/on-ne-peut-pas-tout-attendre-de-letat-youssef-zaoui-adjoint-au-maire-de-bobigny/

PAROLES D'ÉLUS
«On ne peut pas tout attendre de l’Etat», Youssef Zaoui, adjoint au maire de Bobigny
Emilie Lopes | Actu experts prévention sécurité | Publié le 29/10/2014 | Mis à jour le 27/10/2014

Six mois après les élections municipales, le Club prévention sécurité a voulu donner la parole aux nouveaux élus en charge de la sécurité. L'occasion pour eux de revenir sur leurs premiers pas, d'exprimer leurs opinions et de faire un premier bilan des orientations retenues. Cette semaine, dans le cadre de notre série "Paroles d'élus", l'adjoint au maire (UDI) de Bobigny, en charge de la tranquillité publique et des espaces publics, Youssef Zaoui (sans étiquette), répond à nos questions.

Vous êtes en fonction depuis mars dernier. Six mois après votre entrée en fonction, quel regard posez-vous sur ce métier d’élu en charge de la sécurité ?

Je suis enseignant depuis 17 ans. Quand je me suis engagé en politique ce n’était surtout pas pour en faire un métier. Je veux rester enseignant. En tant que maire adjoint, je considère ce poste comme une fonction et non comme un métier. Cette fonction est nouvelle pour moi. Je n’étais pas élu par le passé.

Pendant la campagne électorale, nous avions dit que nous mettrions en place une police municipale. La tranquillité publique était un des piliers de notre campagne. Ma délégation comprend la police municipale, la vidéosurveillance, la médiation… J’étais novice. L’élu à la tranquillité publique doit connaître le terroir, la population. Je vis, je mange à Bobigny depuis des années et j’en sors très peu. Donc je connais les problèmes de ma ville.

Depuis plusieurs années, un débat est posé sur le rôle du maire en matière de ...

POUR ALLER PLUS LOIN