Fermer

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Menu

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Gens du voyage

Orléans : ville et préfecture s’opposent sur les gens du voyage

Publié le 22/10/2009 • Par Jean-Jacques Talpin • dans : Régions

L'installation «sauvage» début octobre d'une centaine de caravanes en bord de Loire a donné lieu à une vive polémique entre la ville d'Orléans, la police nationale et la préfecture du Loiret.

Ma Gazette

Sélectionnez vos thèmes et créez votre newsletter personnalisée

Florent Montillot, adjoint à la sécurité (Nouveau Centre) estime en effet que la police nationale fait preuve de «laxisme» et «n’exécute pas des décisions de justice» relatives à l’évacuation de caravanes. Le conflit durerait depuis des mois avec courriers recommandés et tentatives d’apaisement par la préfecture et la procureure de la République.

La ville a recensé 39 implantations sauvages de gens du voyage entre 2008 et 2009, ce qui a systématiquement donné lieu à une procédure judiciaire, mais sans qu’aucune suite n’y ait été donnée par la police. «C’est vrai que la police nationale se fait un peu tirer l’oreille, reconnaît Serge Grouard, maire UMP d’Orléans, mais le dialogue n’est pas rompu».

En juillet dernier, un huissier mandaté par la ville avait adressé au préfet un courrier assorti de 38 pièces relatives aux installations sauvages. Une procédure judiciaire a même failli être déclenchée entre cet huissier et le directeur départemental de la sécurité publique. «Où est l’Etat de droit quand des bâtiments publics sont forcés et dégradés se demande Florent Montillot, où est l’état de droit quand des élus du peuple sont menacés voire agressés ?».
Le préfet a demandé aux élus locaux de faire «preuve de responsabilité sur ce dossier». Pour étayer sa colère et sa détermination, la ville d’Orléans a d’ailleurs publié un arrêté municipal en juillet dernier qui autorise la police municipale à verbaliser les caravanes illégales.

Cet article est en relation avec le dossier

Prochain Webinaire

Télétravail : comment protéger la santé des agents

de La Rédaction avec le soutien de MUTAME

--
jours
--
heures
--
minutes
marche online

Aujourd'hui sur les clubs experts gazette

Nos services

Prépa concours

CAP

Évènements

Gazette

Formations

Gazette

Commentaires

Orléans : ville et préfecture s’opposent sur les gens du voyage

Votre e-mail ne sera pas publié

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement