Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement
Club RH

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

icon Club RH

Fonction publique

« La pression sur le travail réinterroge la question du temps de travail »

Publié le 23/09/2014 • Par Martine Doriac • dans : Actu Emploi, Actu expert santé social, Dossiers Emploi, France, Toute l'actu RH

Pour Frédérick Jacquelet, directeur général du cabinet-conseil Cohésion international à Lyon, apporte son éclairage, en tant que consultant, sur le temps de travail des fonctionnaires. Quelles sont les réalités et les particularités de la question dans la fonction publique ? Quelles conséquences pour les managers ?... La réalité est d'abord "très contrastée selon les missions et les moyens mis en oeuvre", et la question du temps de travail se pose plutôt "par rapport à des personnes trop investies et à l’équilibre à trouver entre le temps accordé et la charge de travail".

Ma Gazette

Sélectionnez vos thèmes et créez votre newsletter personnalisée

En tant que consultant, sous quel angle abordez-vous la question du temps de travail ?

Quand on aborde la qualité de vie au travail, on s’intéresse forcément au temps de travail. L’optimisation de l’organisation du travail, sur laquelle nous intervenons dans des collectivités, est une porte d’entrée sur la santé. De ces questions découlent celles sur le présentéisme, l’absentéisme, la non qualité, les conflits qui durent. Dans le cadre du réseau Cohésion international, nous recherchons la performance durable, qui concilie l’organisation et la santé.

Cohésion international intervient dans tous les secteurs. Comment la question se pose-t-elle dans la fonction publique ?

La question du temps de travail s’analyse à l’aune du rôle et des missions de la fonction publique. On montre du doigt des fonctionnaires censés ne pas travailler assez. Or la réalité est très contrastée selon les missions et les moyens mis en face. Cette question du temps de travail se pose plutôt par rapport à des gens ...

[90% reste à lire]

Article réservé aux abonnés

Club Santé Social

Mot de passe oublié

VOUS N'êTES PAS ABONNé ?

Testez notre Offre Découverte Club Santé Social pendant 30 jours

J’en profite

Cet article fait partie du Dossier

Temps de travail : les fonctionnaires territoriaux travaillent-ils assez ?

Sommaire du dossier

  1. Le temps presse pour les 1 607 heures
  2. 1 607 heures : la réforme de trop pour les territoriaux
  3. Temps de travail : le bon compte n’y est toujours pas
  4. 1 607 heures : quelques minutes de plus par jour qui pèsent lourd
  5. Temps de travail : des accords pour atteindre les 1 607 heures
  6. François-Xavier Devetter : « Le temps de travail ne se résume pas à un nombre d’heures »
  7. « Le jour du maire » : des abus ? de quelle ampleur ?
  8. Circulaire « temps de travail » : le nécessaire dialogue
  9. Temps de travail : le rapport qui pourrait fâcher les fonctionnaires
  10. Temps de travail : « Le vrai étonnement, c’est la faiblesse du management »
  11. Après consultation, les agents passent aux 1 607 heures
  12. Un nouveau calcul horaire rééquilibre les jours de repos
  13. Le Loiret négocie son passage aux 35 heures avec les syndicats
  14. Négocier le passage aux 1 607 heures : une méthode
  15. La ville d’Antony revoit sa politique de gestion des heures supplémentaires
  16. Temps de travail et fonction publique territoriale : une prise de conscience progressive
  17. Temps de travail : Comment dépasser les inévitables conflits ?
  18. Temps de travail dans la fonction publique : respecter la durée légale, une gageure
  19. Temps de travail : « Le perfectionnisme est presque un handicap pour les cadres »
  20. Le retour aux 1 607 heures annuelles s’impose aux agents
  21. Le temps de travail des fonctionnaires demande plus de transparence selon Bernard Pêcheur
  22. « La pression sur le travail réinterroge la question du temps de travail »
1 Réagir à cet article
Prochain Webinaire

PLFSS 2022 : qu’est-ce qui change pour les collectivités ?

--
jours
--
heures
--
minutes
marche online

Aujourd'hui sur le Club RH

Nos services

Prépa concours

CAP

Évènements

Gazette

Formations

Gazette

Commentaires

« La pression sur le travail réinterroge la question du temps de travail »

Votre e-mail ne sera pas publié

lambda

05/04/2016 10h47

Excellent article, qui remet les vraies questions au centre. Je suis persuadée que la territoriale a beaucoup à apprendre d’une gestion qualitative des effectifs. J’ai connu des situations où des personnels n’avaient aucune limite supérieure dans leur temps de travail avant la loi sur les 35 heures qui a permis une régulation. Par exemple à Sceaux, dont Philippe Laurent est maire, avant qu’il ne le soit le gardien logé n’avait droit à aucunes vacances. C’est la loi sur les 35 heures qui a permis de mettre des bornes dans une FPT où il n’y avait aucune trace statutaire d’un temps légal de travail.
Dans certains secteurs, sports, tourisme, culture, les temps de travail sont encore peu régulés. Horaires décalés par nécessité et sans encadrement par la collectivité qui ne veut pas reconnaître ces spécificités, ce sont forcément les cadres qui en font les frais car ils organisent ces limites pour les agents mais pas pour eux, puisque la collectivité demande un investissement sans règle de récupération et que la passion et le sens du service public parachèvent le cercle vicieux créeant ensuite frustration et risques sur la santé.
Effectivement, la hirérarchisation des priorités dans nombre de collectivités va plus dépendre d’une réactivité à une actualité type faits divers ou à une volonté impérieuse d’un élu plus qu’à une analyse stratégique raisonnée. Ce qui fait perdre de la motivation sur la valeur ajoutée que l’on pourrait amener. Il peut arriver des situations absurdes de suractivité alors que les grandes échéances et orientations restent obscures. Cela entraîne une situation paradoxale par rapport aux exigences avec lesquelles on a été formés et aux compétences que l’on pourrait mettre au service du bien public.

Commenter
Club RH

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement