Gestion de l'eau

Sivens : le barrage de la discorde

Par • Club : Club Techni.Cités

Dans le Tarn, le conseil général fait face à une contestation locale et de plus en plus nationale contre le projet de barrage de Sivens.

Ma Gazette

Sélectionnez vos thèmes et créez votre newsletter personnalisée

La mission d’expertise demandée par la ministre de l’Ecologie pour vérifier les garanties d’une gestion durable de la ressource en eau du projet de barrage de Sivens (Tarn) et la promesse du conseil général du Tarn, maître d’ouvrage, de revoir les mesures compensatoires n’y changent rien. Après une accalmie de près d’un an et alors que le déboisement devait commencer début septembre, la mobilisation a repris contre cette retenue de 1,5 million de m3 créée à la source du Tescou.

Occupation du site, dégradation des locaux du conseil général, actions en justice… le Collectif pour la sauvegarde de la zone humide du Testet use de tous les moyens afin d’empêcher le projet. Celui-ci servirait une agriculture intensive et engloutirait 42 hectares de marais et prairies, dont une zone humide.

Bataille de chiffres – « Le projet, dimensionné au début des années 2000, est aujourd’hui inutile. Pourquoi ne pas construire une autre retenue, plus petite et suffisante pour soulager certaines cultures ? Le conseil général parle de 82 irriguants potentiels. D’après nos calculs, ils ne sont que 22. Vu le coût du barrage estimé à 8,2 millions HT, cela revient à 250 000 euros d’argent public par exploitant », considère Guillaume Cros, conseiller régional et président du groupe Europe Ecologie – Les Verts.

Les partisans du barrage, eux, estiment l’ouvrage nécessaire pour sécuriser l’approvisionnement en eau. « Sur le volume global, 900 000 m3 sont créés pour compenser l’irrigation. Le reste sert à garantir un écoulement permanent sur le Tescou, qui connaît un débit très faible de juin à octobre » ...

Article réservé aux abonnés

Club Techni.Cités

Mot de passe oublié

VOUS N'êTES PAS ABONNé ?

Testez notre Offre Découverte Club Techni.Cités pendant 30 jours

J’en profite
Commentaires

0  |  réagir

Ajouter un commentaire

Ce champ est obligatoire

Ce champ est obligatoire

Ce champ est obligatoire

Conformément à la loi "Informatique et libertés" du 6 janvier 1978, vous pouvez accéder aux informations vous concernant, les rectifier ou vous opposer à leur traitement et à leur transmission éventuelle à des tiers en écrivant à : Groupe Moniteur - Antony Parc 2, 10 place du Général de Gaulle, La Croix de Berny – BP 20156, 92 186 Antony Cedex ou en cliquant ici.

L'actu Technique

  • Petites lignes : les régions Centre Val de Loire et Grand Est ouvrent la voie

    Le gouvernement a annoncé avec les régions Centre Val de Loire et Grand Est les deux premiers plans d'actions locaux de relance des petites lignes ferroviaires. Il a également publié une version très expurgée du tant attendu rapport Philizot, sans toutefois ...

  • Le plan « climat », cheval de Troie pour agir sur la biodiversité

    La biodiversité n’est pas encore aussi reconnue que le climat dans les politiques locales, mais le rôle de la nature dans l’atténuation du changement climatique lui donne un atout. Troisième volet de notre dossier consacré à la biodiversité. ...

  • Votre actu juridique du 14 au 20 février 2020

    Notre sélection de textes officiels, jurisprudence et réponses ministérielles intéressant les cadres de la filière technique, publiées par le Club Techni.Cités et sur Lagazette.fr entre le 14 et le 20 février 2020. ...

  • « Il y a un risque de relégation numérique »

    Avec son délégué général Ariel Turpin, l’Association des villes et collectivités pour les communications électroniques et l’audiovisuel – l’Avicca – se bat pour que l’État tienne ses engagements en matière de soutien au déploiement du haut débit. ...

Offre découverte 30 jours gratuits !

dernières offres d’emploi

Formations

Evènements

services

Thèmes abordés

menu menu

Club Techni.Cités : l'information pour les techniciens de la FP