Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement
Club Santé Social

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

icon Club Santé Social

AGENCES RÉGIONALES DE SANTÉ

L’ARS Alsace-Champagne-Ardenne-Lorraine renforce ses délégations territoriales

Publié le 17/03/2016 • Par Solange de Fréminville • dans : Dossier Santé Social

ARS-délégations départementales-équipe-UNE
DreamFinder - Fotolia
La nouvelle agence régionale de santé basée à Nancy mise sur l’autonomie de ses délégations, en s’adaptant aux réalités locales. Son territoire représente deux fois la Belgique.

Ma Gazette

Sélectionnez ce thème et créez votre newsletter personnalisée

C’est, depuis le 1er janvier 2016, l’une des plus grandes agences régionales de santé (ARS). Issue de la fusion de trois régions, Alsace, Lorraine et Champagne-Ardenne, elle prend en charge un territoire qui fait deux fois la Belgique. Dans un espace aussi vaste, la priorité est de renforcer les délégations territoriales pour être au plus près des acteurs locaux et des réalités du terrain. Or, dans chaque région, les délégations avaient leurs particularités. Celles de Champagne-Ardenne, par exemple, n’exerçaient pas toutes les compétences, notamment dans le domaine sanitaire.

Capacité de décision des délégations départementales des ARS

« Désormais, elles pourront toutes les assumer », assure Claude d’Harcourt, directeur général de l’ARS Alsace-Champagne-Ardenne-Lorraine. Les quatre délégations départementales de Champagne-Ardenne, qui comptent vingt à vingt-cinq agents chacune, moins qu’en Lorraine où elles emploient trente-cinq à cinquante personnes, devraient en effet s’adjoindre quelques médecins et des agents ayant des compétences sanitaires.

Une fois les délégations territoriales consolidées, l’objectif est de favoriser leur autonomie d’action. D’une part, en leur permettant de travailler en lien direct avec la direction générale, basée à Nancy, comme avec les directions « métier » (offre sanitaire, offre médicosociale, santé publique…), réparties entre le siège lorrain et les anciennes capitales régionales, ­Strasbourg et Châlons-en-Champagne. D’autre part, en leur assurant un budget de fonctionnement. Elles ont également un droit de regard sur les crédits alloués dans leur département et une capacité de décision concernant les crédits ou les enveloppes accordés aux actions de prévention et aux contrats locaux de santé. Pas question pour autant de s’enfermer dans des frontières départementales, ni dans les anciennes délimitations régionales. L’idée est de s’adapter partout aux réalités locales. Ainsi, l’ARS a lancé une étude sur un bassin de population à cheval sur la ­Lorraine et la Champagne-Ardenne, qui comprend Saint-Dizier, Bar-le-Duc, Vitry-le-­François et Verdun, pour analyser leurs besoins en matière sanitaire et leur offre de santé.

L’agence annonce également « une politique volontariste de péréquation », notamment grâce à un redéploiement du fonds d’intervention régional – qui dépasse 300 millions d’euros depuis la fusion des trois régions – au bénéfice des territoires les plus déshérités.

Généraliser les bonnes pratiques au sein des ARS

Autre mission majeure de la nouvelle ARS : repérer les pratiques les plus probantes et les généraliser. En Lorraine, les postes de jeunes médecins, « assistants en temps partagé » entre CHU et hôpital, sont partiellement financés par les établissements qui les accueillent. L’objectif est d’étendre ce mode de financement en Alsace et en Champagne-Ardenne.

 

Claude d’Harcourt, directeur général de l’ARS Alsace-Champagne-Ardenne-Lorraine

« L’essentiel, c’est de comprendre les écosystèmes que portent les territoires »

« Cette réforme n’est pas destinée à renforcer la bureaucratie, en regroupant et centralisant toutes les fonctions. Notre objectif est de tenir compte des compétences existantes, de renforcer l’action de proximité, et de mettre en place l’organisation la plus simple et la plus lisible possible. Elle doit se rapprocher de celle d’une holding et de ses filiales, qui seraient les délégations territoriales. Mais notre mission essentielle, c’est de comprendre les écosystèmes et les cultures que portent les territoires. L’Alsace, la Champagne-Ardenne et la Lorraine ont été exposées à la violence de la guerre et des restructurations. La fusion entre les trois ARS nous apporte des moyens plus importants. Il sera plus facile de les déployer pour remplir nos objectifs : développer l’égalité d’accès aux soins, soutenir et répandre dans la région les initiatives porteuses et pertinentes, et intervenir en faveur des territoires les plus démunis. »

Thèmes abordés

Réagir à cet article
Prochain Webinaire

Boues d’assainissement : tout savoir pour préparer l'avenir !

de La rédaction de Techni.Cités en partenariat avec SUEZ

--
jours
--
heures
--
minutes

Nos offres d'emploi

Plus de 1000 offres d'emploi !

TOUTES LES OFFRES D'EMPLOI
marche online

Aujourd'hui sur le Club Santé Social

Nos services

Prépa concours

CAP

Évènements

Gazette

Formations

Gazette

Commentaires

L’ARS Alsace-Champagne-Ardenne-Lorraine renforce ses délégations territoriales

Votre e-mail ne sera pas publié

Club Santé Social

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement