Fermer

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Menu

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Sommet Climat

Les autorités locales doublement déçues après Copenhague

Publié le 22/12/2009 • Par La Rédaction Benjamin Lupu • dans : France

Le texte adopté par une partie seulement des Etats participant au sommet ne fait pas mention du rôle des autorités locales dans la lutte contre le changement climatique.

Ma Gazette

Sélectionnez vos thèmes et créez votre newsletter personnalisée

L’« accord de Copenhague », qui n’associe finalement qu’une trentaine d’Etats, et qui n’est, pour la Conférence des Parties (COP) qu’une « simple déclaration » dont elle a « pris note », déçoit aussi les collectivités locales. La déclaration finale ne fait en effet aucune allusion au rôle des autorités locales dans la lutte contre le changement climatique, contrairement à ce que les discussions préalables avaient pu laisser espérer.

Rien d’étonnant à cela : cet accord politique, non juridiquement contraignant, est loin du texte espéré. Nous sommes avant tout déçus quant au niveau d’ambition de l’accord, mais ce texte d’à peine plus de deux pages n’avait pas vocation à présenter une stratégie globale de lutte contre le changement climatique, a précisé au Groupe Moniteur le vice-président de Nantes Métropole, communauté urbaine chargée des négociations climatiques au nom de CGLU, l’organisation mondiale représentant les collectivités locales.

Pour Ronan Dantec, l’essentiel reste donc qu’un des projets d’accord plus « complet » étudiés à Copenhague ait comporté, jusqu’au dernier jour des négociations, une mention sur les autorités locales. De quoi laisser espérer que cette mention figure toujours dans le traité qui pourrait éventuellement être adopté fin 2010 à Mexico, lors de la prochaine COP.

Les collectivités locales vont à présent avoir un rôle important à jouer pour remettre la dynamique en marche. Elles seront donc encore plus au cœur de l’action, a estimé Ronan Dantec. Un avis partagé par le maire de Paris. Dans les premiers jours de janvier, je ferai une proposition afin qu’autour de la première association des villes mondiales, CGLU, dont je suis président, nous puissions collectivement donner une nouvelle dimension à nos partenariats en matière d’innovation et de solidarité environnementale, a fait savoir Bertrand Delanoë sur son blog.

Carole Lanzi, envoyée spéciale

Prochain Webinaire

Accompagner au plus près les entreprises locales grâce au numérique

de Salesforce

--
jours
--
heures
--
minutes
marche online

Aujourd'hui sur les clubs experts gazette

Nos services

Prépa concours

CAP

Évènements

Gazette

Formations

Gazette

Commentaires

Les autorités locales doublement déçues après Copenhague

Votre e-mail ne sera pas publié

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement