Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement
Club Santé Social

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

icon Club Santé Social

[BILLET] SANTÉ

Pour éduquer à la santé, l’Éducation nationale préfère se passer des médecins – Olivier Mariotte, président de Nile

Publié le 11/03/2016 • Par Auteur Associé • dans : A la Une santé social

Notre Éducation nationale a l’obsession d’éviter que la société civile participe à l’éducation.

Ma Gazette

Sélectionnez ce thème et créez votre newsletter personnalisée

Parce que l’on ne peut être juge et partie, ces puissants édiles réalisent leurs programmes, petits bréviaires singuliers, en ignorant superbement la vie « en vrai ». La dernière circulaire, qui concerne l’éducation sanitaire, en est un savoureux exemple. Au motif respectable qu’il faut éduquer les enfants à la « bonne santé », une charmante dame du ministère de la réforme des collèges, a concocté un truc plein de bons sentiments.

Quand la DGS dépense des dizaines de millions d’euros en flyers pour rappeler que tousser à la figure de ses camarades de bureau n’est pas gentil et que se laver les mains en sortant des toilettes reste la précaution la plus abordable pour éviter le péril fécal, une saine éducation sanitaire a quelque chose de civique. Là où le bât blesse, c’est qu’infirmières libérales, généralistes, dentistes et autres petites gens en charge de s’occuper de notre santé, ne sont en aucune façon impliqués dans ce bel ouvrage. Ils auraient sûrement manqué de pédagogie et potentiellement fait de la publicité pour leurs activités dispendieuses. Mais en dehors de ces péchés mortels, ils auraient pu aussi parler concrètement de la réalité de la santé et pourquoi pas, en ces temps de déserts médicaux, susciter des vocations. Hippocrate aurait sûrement conclu qu’enseigner la santé aux enfants sans les médecins, c’est à y perdre son latin (grec).

Références

  • Contact : olivier.mariotte@nile-consulting.eu (Nile : le lien entre les acteurs de santé)

Thèmes abordés

Réagir à cet article
Prochain Webinaire

Boues d’assainissement : tout savoir pour préparer l'avenir !

de La rédaction de Techni.Cités en partenariat avec SUEZ

--
jours
--
heures
--
minutes

Nos offres d'emploi

Plus de 1000 offres d'emploi !

TOUTES LES OFFRES D'EMPLOI
marche online

Aujourd'hui sur le Club Santé Social

Nos services

Prépa concours

CAP

Évènements

Gazette

Formations

Gazette

Commentaires

Pour éduquer à la santé, l’Éducation nationale préfère se passer des médecins – Olivier Mariotte, président de Nile

Votre e-mail ne sera pas publié

Club Santé Social

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement