Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement
Club finances

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

icon Club finances

Budgets 2010

Le Loir-et-Cher fait le choix d’un recours plus important à l’emprunt

Publié le 17/12/2009 • Par Jean-Jacques Talpin • dans : Actualité Club finances, Régions

Le conseil général de Loir-et-Cher a adopté, le 14 décembre, son budget primitif 2010 qui s’équilibre à 369,9 millions contre 352 millions d’euros l’an passé.

Ma Gazette

Sélectionnez vos thèmes et créez votre newsletter personnalisée

L’assemblée, présidée par Maurice Leroy (Nouveau Centre), a décidé de ne pas accroître la fiscalité sur les ménages et donc de recourir davantage à l’emprunt, tout en limitant les charges.

Dépenses
Les dépenses de fonctionnement (274,1 millions) progressent de 2,9% et les dépenses de personnel (57,3 millions) de 2,4%. La principale dépense concerne l’aide sociale, avec 145 millions, en hausse de 3,7%. Les dépenses de communication, documentation et logistique reculent par rapport à 2009.

Les dépenses d’équipement progressent de 1,4% (61 millions d’euros dont 41 millions pour les investissements directs et 19,9 millions pour les subventions aux territoires). Les plus gros projets porteront notamment sur la restructuration lourde de quatre collèges.

Recettes
Globalement, les recettes sont maintenues (357,7 millions) avec 113,6 millions de produit fiscal (+2.1% par rapport à 2009) alors que les compensations de l’Etat sur la fiscalité locale devraient reculer pour atteindre 5,1 millions.

Mais c’est avec la fiscalité indirecte que la crise fait déjà sentir ses effets : les droits de mutation (18 millions) sont en recul de 30% avec une perte estimée de 9 millions d’euros. D’autres recettes (23,8 millions de TIPP et 17,6 millions de taxe sur les conventions d’assurance) affichent de leur côté le même niveau qu’en 2009.
Le conseil général pourra encore compter sur 67,8 millions de DGF qui n’évoluera que de 0,6% et sur 5,6 millions du FCTVA.

Emprunts et dette
Face à cette situation, le conseil général devra emprunter davantage (33,1 millions contre 31,4 millions en 2009), ce qui entraîne notamment un recul de 12 % de l’épargne brute et une hausse de la dette à plus de 60 millions d’euros, avec une capacité de désendettement passée de 1,8 an en 2008 à 5 ans fin 2010.

Prochain Webinaire

Accompagner au plus près les entreprises locales grâce au numérique

de Salesforce

--
jours
--
heures
--
minutes
marche online

Aujourd'hui sur le Club finances

Nos services

Prépa concours

CAP

Évènements

Gazette

Formations

Gazette

Commentaires

Le Loir-et-Cher fait le choix d’un recours plus important à l’emprunt

Votre e-mail ne sera pas publié

Club finances

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement