Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement
Club Santé Social

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

icon Club Santé Social

Education

Rythmes scolaires : clichés et contre-vérités passés au crible

Publié le 08/09/2014 • Par Stéphanie Marseille • dans : A la une, Actu expert Education et Vie scolaire, Actu expert santé social, Dossiers d'actualité, France

Cours d'informatique en primaire
Phovoir
Rentrée 2014 : la réforme des rythmes scolaires concerne donc tous les écoliers, à de rares exceptions près. Si une poignée d’irréductibles élus frondeurs ont fait les gros titres des médias au cours de la semaine de rentrée, la vaste majorité des collectivités territoriales s’efforcent de se conformer au cadre des deux décrets. Mais le débat n'est pas clos, victime de clichés et contre-vérités. Nous les avons passé au crible.

Ma Gazette

Sélectionnez vos thèmes et créez votre newsletter personnalisée

Cet article fait partie du dossier

Rythmes scolaires : les communes à l'heure des choix

Les coûts de la réforme

La réforme représente un coût pour les collectivités : Vrai.

La mise en place d’activités périscolaires ou péri-éducatives pendant 3 heures supplémentaires représente un coût annuel variant entre 660 millions d’euros selon le Comité des finances locales et un milliard d’euros selon l’ Association des maires de France et la mission d’information sur les rythmes scolaires du Sénat.
L’AMF estime que le coût médian de mise en place de trois heures d’activités périscolaires s’élève à plus de 150 euros par enfant et par an.

Mais, corrélé aux politiques éducatives locales de chaque commune, ainsi qu’aux équipements et ressources propres à chaque territoire, le coût oscille considérablement d’une commune à l’autre : 125,5 euros par enfant à Cergy, mais 323 euros par enfant à Roubaix, par exemple.

Une chose est sûre : moins la commune disposait d’équipements ou d’accueils périscolaires avant la réforme, plus le coût s’alourdit.

Les ...

[90% reste à lire]

Article réservé aux abonnés

Club Santé Social, Club Éducation et vie scolaire

Mot de passe oublié

VOUS N'êTES PAS ABONNé ?

Testez notre Offre Découverte Club Santé Social pendant 30 jours

J’en profite

Cet article fait partie du Dossier

Rythmes scolaires : les communes à l'heure des choix

Sommaire du dossier

  1. Temps périscolaires : les communes peu convaincues par le « Plan mercredi »
  2. Un nouvel outil pour accompagner le plan Mercredi
  3. Une rentrée scolaire sous le signe assumé du pragmatisme
  4. Rythmes scolaires: le retour en force de la semaine de quatre jours d’école
  5. Les conséquences du retour de la semaine de quatre jours d’école
  6. Retour à la semaine de 4 jours : vraiment une source d’économie pour les communes ?
  7. Rythmes scolaires : le décret d’assouplissement publié, malgré les oppositions
  8. Rythmes scolaires : entre remise en cause et stabilité
  9. Assouplie, la réforme des rythmes scolaires reste obligatoire
  10. Rythmes scolaires : une réforme génératrice d’inégalités ?
  11. Rythmes scolaires : clichés et contre-vérités passés au crible
  12. Les animateurs, grands oubliés de la réforme des rythmes scolaires ?
  13. Financement des rythmes scolaires : les mauvaises manières du gouvernement
  14. Rythmes scolaires : élus et techniciens mécontents de voir le fonds de soutien lié au PEDT
  15. Rythmes scolaires : le virage à 180 degrés du ministère de l’Education nationale
  16. Rythmes scolaires : sur le terrain, ce que vivent les équipes municipales, à quelques jours des vacances
  17. Bal tragique des rythmes scolaires : un enterrement
  18. Réforme des rythmes scolaires : un maire peut-il refuser de l’appliquer ?
  19. [Exclusif] Rythmes scolaires : « Je mesure la difficulté de la mise en œuvre de cette réforme pour de nombreux élus » – Vincent Peillon, ministre de l’Education
  20. Un assouplissement de la réforme des rythmes scolaires : oui, mais lequel ?
  21. Rythmes scolaires : selon leur taille, les collectivités n’ont pas les mêmes urgences
  22. Réforme des rythmes scolaires : le CNFPT enrichit son offre de formation
  23. Réforme des rythmes : les enseignements du colloque de la Gazette du 14 novembre
  24. Rythmes scolaires : combien va coûter la réforme aux collectivités locales?
  25. Réforme des rythmes : les ressources documentaires du colloque de la Gazette du 14 novembre
  26. Surcoût de 10 à 30% pour les communes qui ont appliqué la réforme des rythmes scolaires
  27. Transports scolaires, « le maillon oublié » de la réforme des rythmes scolaires
  28. Rythmes scolaires : les désillusions des animateurs périscolaires
  29. Réforme des rythmes : entre enseignants et animateurs, le fossé se creuse – interview croisée
  30. [Exclusif] Rythmes scolaires : le projet de décret détaille les critères d’attribution du fonds d’amorçage
  31. Projet de loi sur la refondation de l’école : l’Andev sur la réserve, le RFVE moins
  32. Rythmes scolaires : les premières annonces appellent des précisions sur les moyens
  33. Ressources documentaires

3 Réagir à cet article

Nos offres d'emploi

Plus de 1000 offres d'emploi !

TOUTES LES OFFRES D'EMPLOI
marche online

Nos services

Prépa concours

CAP

Évènements

Gazette

Formations

Gazette

Commentaires

Rythmes scolaires : clichés et contre-vérités passés au crible

Votre e-mail ne sera pas publié

logatetu

09/09/2014 09h15

pourquoi 5 matinée de 3 heures et 4 fois 2 heures l’après – midi ?
uniquement pour casser ce qui venait d’ être créé , en 2008 , par le gouvernement précédent !
fils d’ instite , mari , frère , beau frère , oncle , cousin et neveu , de profs , père d’une fille prof des écoles et beau père d’une prof des écoles , je n’ai pas pu rester insensible au métier des profs , ni à la joie des CP , fiers de commencer à lire et à compter dès Noel , ni aux garçons qui dansent à la fête des écoles ni aux filles qui
tirent à la corde !
depuis 20 ans , en plus , des parents désemparés et agressifs , des psychologues , et des apparatchiks du ministère , perroquets de circulaires incompréhensibles , l’école primaire a été envahie par des gadgets qui transforment l’ homme en robot !
Avant les élèves arrivaient le matin frais et dispos , et quittaient l’école , au bout de
2 fois 3 heures , moins les pauses , frais comme des gardons !
Aujourd’hui , ils arrivent à l’école , mal réveillés , à cause des gadgets , et la « maîtresse » , les réveille progressivement , et ces chérubins apprennent à la « maîtresse » , à se servir des gadgets , hors sujet par rapport , aux efforts à faire pour apprendre à lire et à compter , mais à 16h30 , ils sortent de l’école frais comme des gardons !
certains jeunes profs , mal payés , faisaient , des cantines et des études !
c’est fini , des intermittents des colonies de vacances au chômage , vont pouvoir obtenir des CDD , de 4 fois 3/4h ou une fois 3 heures , avec parfois 2 fois 20 kms/h , avec leur caisse pourrie , dans les zones rurales , l’essentiel pour le gouvernement étant d’inverser la courbe du chômage ! ELLE EST PAS BELLE LA VIE !
le grand perturbateur , se moque des enfants , des profs , des parents et des communes , l’ ETAT , fait de la politique avec les succès que l’on sait !

gawelle

09/09/2014 09h36

Cette réfrome, si elle était intéressante en terme d’objectifs, est une aberration pour les collectivités, les familles et surtout les enfants ! elle ets aberrante dans ce que les collectivités n’ont pas eu à se mettre d’accord entre elles sur un bassin de vie, en ce que la demi-journée puisse etre possible cassant completement le rythme de l’enfant quelque soit le moment où elle est placée, en ce que la gratuité n’ait pas été obligatoire partout (cout faramineux à Romans sur isere par ex!!) et augmente l’inégalité de manière évidente, en ce que cette réforme n’ait pas été associée à une réflexion paralléle sur les programmes et la régorganisation des vacances soclaires! bref qu’est ce qu’on y gagne? A quand une vraie évaluation et surtout un repérage des applications aberrantes localement pour les dénoncer et contraindre les maires à améliorer leur application locale?

Guillie

09/09/2014 01h10

Tout à fait d’accord avec Logatetu !

Aujourd’hui, les enfants sortant de CM2 doivent valider un brevet informatique (B2i) et un pallier d’anglais (A1 avec oral à passer 1er trimestre de 6e) choses que j’ai apprises hier en réunion pour ma fille. Ok. Elle s’en sortira (peut être) puisqu’elle a des facilités et que nous sommes derrière elle, pour l’aide aux devoirs etc… mais pour les gamins qui n’ont personne, que l’on colle devant la tv ou les jeux vidéos etc… Qu’est ce que cette réforme va apporter concrètement ? Déjà, on leur rajoute des « matières » qui avant été vues à partir du collège, mais on supprime du temps scolaire. Plus de temps d’APC (j’ai cru comprendre que c’était du temps de soutien ou de travail personnel avec l’élève (?) puisque les heures sont réparties de telles façons que les anciennes plages horaires prévues ne sont plus applicables dans la majorité des cas, donc plus de soutien aux élèves en difficulté.. ou si, mais de 8h à 8h 30, ben tiens comme si leur enlever la matinée de coupure hebdomadaire le mercredi ne suffisait pas ! L’année dernière, la classe préparait un petit film sous la direction du prof, plus possible, plus le temps ! L’année dernière la classe lisait un roman en plus en fin d’année, fini, plus le temps. Plus le temps non plus pour de la vraie musique, on se contentera de préparer le spectacle de fin d’année. En soulignant que tout ce la ne sera pas remplacer pendant les TAP puisque celles-ci sont devenues facultatives et dans la plupart des cas payantes, donc bcp d’enfants n’y participeront jamais.. de toute façon, ils ne proposent que jeu de société ou divers sports et pratiques qui n’aboutissent à rien puisque pas de suivi !

Pour faire court, on bourre le crâne des gamins de connaissances inutiles à leurs âges ! On les parasite d’informatique, de gadget, de loisirs, d’activités etc… et à côté on ne revoit pas le programme fondamental pour avoir de bonnes bases. Qu’en est-il du nombre de gamins qui passent en 6e avec un niveau de lecture de CE1/CE2 ? Vous pensez sérieusement que cette réforme, en l’état actuel des choses, va améliorer les notes et la scolarité des petits français ? Soyez sérieux ! C’est de la poudre aux yeux et du populisme de base : « Avec cette réforme, on va aider les écoliers défavorisés à avoir accès à la culture, aux sports et aux sorties etc.. » Dans les faits sur le terrain, l’écart se creuse, les activités et garderie payantes font flamber les revenus des familles.. pour de piètres prestations, qui ne seront jamais comparables à la pratique en club ou en association par exemple. Et puis comme il y a des endroits où « ça va », les gens ne vont pas se battre pour le voisin qui galère.. Egalité, Fraternité vous dîtes ? On en est bien loin. Et vu ce qui arrive aux Maires opposants, et non frondeurs comme les médias les appellent péjorativement, la Liberté s’envole elle aussi…

Commenter
Club Santé Social

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement