logo
Adresse de l'article https://www.lagazettedescommunes.com/259033/a-rillieux-la-pape-les-policiers-municipaux-equipes-de-cameras-portatives/

POLICE / POPULATION
A Rillieux-la-Pape, les policiers municipaux équipés de caméras portatives
Hervé Jouanneauavec l'AFP | Actu prévention sécurité | Publié le 02/09/2014

La ville de Rillieux-la-Pape (Rhône), près de Lyon, a décidé fin août d'équiper tous ses policiers municipaux de caméras portatives accrochées à leurs gilets afin de filmer chaque intervention, l'initiative ayant fait baisser de 70% les incivilités, selon le maire de la commune.

On les appelle les « caméras piétons » ou encore les « caméras portatives ». Expérimentées depuis l’automne 2012 par les policiers nationaux et les gendarmes situés en zones de sécurité prioritaires, cet équipement, destiné à améliorer les relations entre la police et la population, commence à séduire les communes et leurs services de police municipale.

Des villes comme Avignon, à laquelle le Club prévention sécurité avait consacré un reportage au printemps dernier [1], Courcouronnes, Chelles ou encore Poissy en ont fait le choix, équipant en partie les agents. Mais pour la première fois, une commune, Rillieux-la-Pape, située dans la banlieue nord de Lyon, a décidé fin août de généraliser le système de caméras portatives à ses 13 policiers municipaux.

Baisse des outrages – Munis de leur caméra type Go Pro, les policiers rilliards ont toutefois l’obligation d’avertir systématiquement les personnes lorsque elles sont filmées.

« Quand le contrevenant sait qu’il est filmé il a un comportement plus cordial et on a constaté une baisse de 70% des outrages à agent », explique Alexandre Vincendet, maire UMP de la commune, élu en mars dernier après 19 ans de règne socialiste.

S’il n’existe à l’heure actuelle aucune réglementation (ou presque) en la matière [2], cette pratique ne pose pas de problème juridique selon la commune. « Les images sont gardées 15 jours pour ne pas contrevenir aux règles de la Cnil », a précisé le premier-adjoint au maire en charge de la sécurité, Julien Smati.

Carte mémoire – Chaque caméra enregistre les images sur une carte mémoire et les données peuvent être transférées pour visionnage « lorsque l’utilité se présente », a ajouté la mairie, selon qui ces caméras sont « un outil de prévention ».

« Quand les gens comprennent qu’ils sont filmés ils ont un comportement plus positif. Cela peut aussi limiter des excès du côté des policiers, on souhaite protéger les deux parties », a ajouté le premier-adjoint.

Une deuxième caméra équipe également l’intérieur des deux voitures de police de la ville, afin d’avoir des images « en cas de débordement ».

« Nous nous inscrivons dans un projet global d’augmentation des moyens pour la sécurité des habitants », avec une hausse de la vidéosurveillance prévue dans la ville, a insisté le maire. Le parc de caméras devrait passer de 9 à 100 d’ici 2020.

POUR ALLER PLUS LOIN