Fermer

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Menu

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Décentralisation

Réforme territoriale : le gouvernement revoit ses plans

Publié le 27/08/2014 • Par Jean-Baptiste Forray • dans : A la une, France

rural
Mellow10 - Fotolia.com
Le porte-parole du gouvernement Stéphane Le Foll a indiqué, le 27 août sur BFM-TV, qu’il ne croyait pas à la disparition des conseils généraux en milieu rural. Le président de l’Assemblée des départements de France, Claudy Lebreton (PS) s’est félicité que l’exécutif aille de « recul en recul ».

Ma Gazette

Sélectionnez vos thèmes et créez votre newsletter personnalisée

Exit, l’arrêt de mort du printemps. En cette rentrée, tout porte à croire que le conseil général rural vivra. Lorsque la question de sa disparition lui a été posée, le 27 août sur BFMTV le porte-parole du gouvernement Stéphane Le Foll a répondu « Je ne crois pas ». « Quand il y a une grande agglomération qui, dans un département, représente la majorité de l’activité économique et de la population, ce n’est pas la même chose que quand vous êtes dans un département où il n’y a pas une agglomération qui structure », a argumenté le ministre de l’Agriculture, qui s’est fait l’apôtre de « la différenciation ».

Cette déclaration est venue renforcer le propos, la veille, de Jean-Michel Baylet. Le leader du PRG assurait avoir obtenu la préservation du conseil général en milieu rural en l’échange du maintien des trois ministres radicaux au gouvernement.

Lire : Un nouveau gouvernement Valls et des conseils généraux requinqués

Porte de sortie – Pour Claudy Lebreton (PS), président de l’Assemblée des départements de France, l’exécutif va « de recul en recul » : « Les conseils généraux devaient être supprimés au 1er janvier 2016. Ils ont finalement  été maintenus jusqu’en 2020. Et, désormais le Président de la République, dans son entretien au Monde du 20 août, évoque des solutions adaptées pour les départements ruraux. »
« Le pouvoir a trouvé, là, une porte de sortie pour éviter d’être mis en minorité à l’Assemblée nationale », jauge, de son côté, Eric Doligé, sénateur (UMP) et président du conseil général du Loiret.

Soucieux d’éviter une périlleuse révision constitutionnelle destinée à supprimer le conseil général, inscrit à l’article 72 de la Constitution, l’exécutif tâtonne depuis des semaines. Témoin, cette réponse de Manuel Valls, le 5 juillet, à une question posée au Sénat par l’ancienne ministre déléguée à la Décentralisation, Anne-Marie Escoffier (PRG) : « Faut-il conserver des départements ruraux tandis que l’on irait vers la disparition des conseils généraux dans les territoires plus urbanisés ? Ces questions sont ouvertes (…). Le Gouvernement sera très attentif aux propositions du Parlement, notamment pour ce qui est de l’avenir des territoires ruraux et des conseils généraux. Ils jouent un rôle important en matière de cohésion territoriale et sociale. »

Ruralité à géométrie variable – Reste, maintenant, à déterminer ce qu’est un conseil général rural… Une gageure. Seuls, à l’évidence, les territoires des douze à quatorze métropoles nées de la loi du 27 janvier 2014 ne relèvent pas de cette catégorie. Là, le conseil général a vocation à s’effacer devant les grands ensembles urbains. C’est d’ailleurs ce que prévoit le second projet de loi portant réforme territoriale présenté en conseil des ministres le 18 juin.

Mais, à l’exception du Grand Paris et d’Aix-Marseille-Provence, ces aires ne rassemblent pas, loin s’en faut, l’immense majorité des populations des départements concernés. En Haute-Garonne, tout comme en Isère ou en Loire-Atlantique, il convient, selon beaucoup, de recréer un conseil général pour les marges rurales de la métropole. La métropole de Lyon et le nouveau Rhône serviraient alors de matrice.

Dans les Alpes-Maritimes, on peut imaginer deux petits conseils généraux, au lieu d’un : l’un à l’Est, l’autre à l’Ouest. La métropole qui va de la Méditerranée à l’extrémité Nord des Alpes-Maritimes coupe en effet le département en deux. Difficile d’obscurcir davantage le paysage institutionnel !

Quid de la fusion des départements ? – Au-delà de ces difficultés, Claudy Lebreton s’interroge sur la constitutionnalité du distinguo rural-urbain : « N’est-il pas contraire au principe d’égalité ? »
Eric Doligé a déjà son plan B. Le président du Loiret prône une soixantaine de conseils généraux, en lieu et place des 102 existants : « Il faut fixer un seuil démographique à 500 000 ou 600 000 habitants. Je souhaite, à terme, qu’au lieu des trois conseils généraux d’Eure-et-Loir, du Loir-et-Cher et du Loiret, il n’y en ait plus qu’un. Avec les 12 ou 14 futures grandes régions, nous avons besoin de départements relais. On peut, de cette façon, réaliser de grosses économies. »

Une piste qui rappelle furieusement les réflexions d’un certain André Vallini. A l’époque de sa participation au comité « Balladur » pour la réforme des collectivités locales, l’actuel secrétaire d’Etat à la Réforme territoriale glissait : « Dans le Sud-Est, on remarque que les départements s’emboîteraient facilement deux par deux : le Rhône avec la Loire, la Savoie avec la Haute- Savoie, l’Isère avec les Hautes-Alpes, les Alpes-de-Haute-Provence avec les Alpes- Maritimes, les Bouches-du-Rhône avec le Var. »

Pour l’heure, il n’est pas question de cela. Mais, à la veille des sénatoriales du 28 septembre, l’exécutif entend afficher sa souplesse. Manuel Valls devrait intervenir en ce sens dans les tous prochains jours, sans doute devant la Fédération nationale des élus socialistes et républicains réunie à La Rochelle en fin de semaine.

Cet article est en relation avec le dossier

7 Réagir à cet article
marche online

Nos offres d'emploi

Plus de 1000 offres d'emploi !

TOUTES LES OFFRES D'EMPLOI

Aujourd'hui sur les clubs experts gazette

Nos services

Prépa concours

CAP

Évènements

Gazette

Formations

Gazette

Commentaires

Réforme territoriale : le gouvernement revoit ses plans

Votre e-mail ne sera pas publié

Vince93

28/08/2014 08h56

Bonne idée que de supprimer les conseils généraux dans les grandes métropoles et de conserver ceux des zones rurales mais on ajouterai encore de la complexité, est-ce vraiment faisable ? Le gouvernement voudra-t-il se lancer dans cette aventure, pas sûr…

Murakami

28/08/2014 10h19

Je pensais que le gouvernement avait retrouvé une certaine cohérence en procédant à l’éviction des ministres contestataires mais en proposant un poste de ministre à un opposant à la réforme territoriale, je m’aperçois qu’il n’en est rien. Les nouvelles déclarations sur le maintien des Conseils Généraux en zone rurale va dans ce sens.Je pensais naïvement que l’intérêt général primait sur les considérations politiques mais il n’en est rien.
Je me souviens d’une déclaration de M André VALLINI , lue dans vos colonnes, qui déclarait à propos de l’assemblée des départements de FRANCE : « le syndicat des barons locaux tous plus conservateurs les uns que les autres »
La FRANCE semble être un pays ingouvernable où il n’est pas possible de procéder à des réformes tant les forces d’opposition sont fortes et le gouvernement faible.Et pour finir cette autre déclaration du même André VALLINI qui résume bien l’état d’esprit héxagonal : « Un pays malade d’un passé magnifié qui ne se reproduira plus ».

Marie-Catherine Bernard

28/08/2014 12h02

Le devenir des nouvelles régions, le maintien des départements … dans le débat citoyen sur la réforme territoriale sur www.nosregionsdemain.jenparle.net

François

28/08/2014 03h50

Pourquoi faire simple quand on peut faire compliqué ! Encore une usine à gaz des énarques

deves

28/08/2014 04h05

ce n’est plus la réforme territoriale, c’est l’embrouille territoriale.On est loin du choc de simplification Je ne sais pas s’il faut en rire ou en pleurer Cela dit la création de grandes régions sans véritable unité repose la question du maintien du département;L’autre question qui va se poser:que va devenir le projet de renforcement de l’interco?

Chérel Paul - pas de pseudo

30/08/2014 02h39

Le département est une aberration technocratique. Il est gouverné par un préfet nommé et révocable à l »entière discrétion de Paris. Le Conseil général n’est qu’un faire-valoir.. Il faut rétrocéder tous les pouvoirs , hors régaliens, à un SEUL niveau, la région. A cette région d’en rétrocéder une partie, sous son contrôle aux vraies communautés sociales et économiques que sont les Pays. Exemple concernant la Bretagne ; Tregor, Léon, Cornouaille, pays vannetais, de Saint-Malo, pays de Redon, de Chateaubriant,, de Guérande, etc. Renvoyons Claudy Lebreton à ses chères études ! D’ailleurs, cela ne lui fera peut-êttre pas perdre son poste et au contraire, il aura davantage de vrais pouvoirs. Paul Chérel

Adeubal

03/09/2014 10h22

Tiens, je ne savais pas que les routes, le RSA, le social, l’aide aux personnes âgées, les collèges, étaient dirigés et gérés par les services préfectoraux… C’est marrant cette mauvaise foi. Dire que le département ne sert à rien, je pourrais très bien dire que la région non plus alors. Puisqu’il existe aussi un préfet de région. Mieux! Le préfet de région est le préfet du département « chef lieu » de région. Preuve que le région ne sert encore plus à rien puisque c’est même pas un préfet dédié….
Quand à marteler que le rassemblement des pouvoirs à la région, alors que rien n’en prouve NI les économies NI la plus value, c’est suivre la même politique qui se déroule depuis 40 ans : faire, défaire, avancer n’importe comment, du moment qu’on contente les apparences… Le fond ? Qui s’en préoccupe?

Commenter

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement