Environnement

Un ballon pour prendre de la hauteur sur la pollution

| Mis à jour le 26/08/2014
Par • Club : Club Techni.Cités

Dans le XVème arrondissement au parc André Citroën, le grand ballon de Paris allie attraction touristique, expérience ludique pour les enfants qui peuvent comprendre la poussée d’Archimède, et outil scientifique de mesure des redoutables particules fines.

Ma Gazette

Sélectionnez ce thème et créez votre newsletter personnalisée

Le ballon du parc André Citroën dans le 15ème arrondissement de Paris ne sert pas seulement à admirer Paris d’en haut, il permet aussi d’évaluer la pollution de l’air. Inventé rue de Grenelle au XIXe siècle par l’ingénieur français Henri Giffard, ce ballon est dit captif car il est équipé d’un treuil à vapeur qui le relie au sol. Il devient l’innovation phare de l’exposition universelle de 1878 puis disparaît jusqu’en 1994, date à laquelle deux ingénieurs français et pilotes de montgolfière, Jérôme Giacomoni et Matthieu Gobbi, décident de remettre le ballon captif au goût du jour et créent la société Aérophile. Un premier dispositif est installé à Chantilly en 1994 puis un second à Paris au parc André Citroën en 1999 pour les festivités de l’an 2000. D’abord prévu pour un an et demi, le grand ballon de Paris connaitra un tel succès qu’il restera à l’affiche.

Aujourd’hui équipé d’un treuil électrique, il est l’aéronef le moins polluant au monde, et le seul homologué pour le grand public. Chaque être humain transporté équivaut à une infime quantité de pollution puisque le ballon consomme autant de CO2 qu’un ascenseur. Gonflé avec 6 000m3 d’hélium pour 6 tonnes d’air, il s’élève tout en étant relié au sol par un câble.

le ballon captif du parc André Citroën à Paris dans le 15ème

Relié à 12 capteurs – En 2012, le Centre national de recherche scientifique (CNRS) décide d’étudier la qualité de l’air à Paris. Aérophile semble tout indiqué pour « prendre de la hauteur » sur le sujet. L’ idée consiste à mettre à bord le light optical aerosol counter (LOAC), un appareil développé principalement pour étudier la stratosphère qui permet de quantifier et de qualifier les particules fines, particulièrement dangereuses et sur lesquelles il existe peu de travaux. En partenariat avec la mairie de Paris et Airparif, association agréée par le ministère de l’Environnement pour la surveillance de la qualité de l’air sur l’ensemble de l’Ile-de-France, le grand ballon de Paris devient alors le premier indicateur aérostatique de la qualité de l’air.

Airparif possède 12 capteurs dans Paris, reliés au ballon, qui permettent de calculer deux indices de pollution, l’un près des axes routiers, l’autre auprès des grands monuments. Ces indices se schématisent par des voitures et des monuments imprimés sur le ballon, qui changent de couleur en fonction de la pollution atmosphérique (vert, jaune, orange, rouge). Jérôme Giacomoni indique que « l’indice de pollution près des axes routiers est rarement vert mis à part la nuit ».

75 ballons de ce type ont été vendus à travers le monde, certains à usage purement touristiques dont 6 sont exploités par Aérophile, notamment à Disneyland et aux Etats-Unis.

Commentaires

0  |  réagir

Ajouter un commentaire

Ce champ est obligatoire

Ce champ est obligatoire

Ce champ est obligatoire

Conformément à la loi "Informatique et libertés" du 6 janvier 1978, vous pouvez accéder aux informations vous concernant, les rectifier ou vous opposer à leur traitement et à leur transmission éventuelle à des tiers en écrivant à : Groupe Moniteur - Antony Parc 2, 10 place du Général de Gaulle, La Croix de Berny – BP 20156, 92 186 Antony Cedex ou en cliquant ici.

L'actu Technique

  • Télétravail : comment protéger la santé des agents

    Le télétravail s'est installé durablement dans le paysage des collectivités locales, ce qui offre plus de souplesse aux agents, mais crée aussi des risques nouveaux. Comment gérer des équipes à distance ? Quelles mesures prendre pour améliorer la santé des ...

  • Le béton de chanvre prend de la hauteur 

    Une opération de quinze logements sociaux à Boulogne-Billancourt expérimente pour la première fois en France et en Europe l’usage de béton de chanvre sur 25 mètres de hauteur de façade. ...

  • Réseaux 5G : la fronde des maires sera-t-elle efficace ?

    Les maires sont de plus en plus nombreux à faire entendre leur mécontentement contre le déploiement de la 5G à marche forcée du gouvernement. Mais ont-ils vraiment leur mot à dire ? A l’heure où débutent les enchères pour attribuer les fréquences aux ...

  • Des collectivités commencent à lutter contre la pollution plastique

    Les chartes et les actions de certaines collectivités littorales, notamment dans le sud de la France augurent-elles d’un mandat proactif en matière de lutte contre la pollution plastique des mers et océans ? Voici en tout cas leurs méthodes. ...

Offre découverte 30 jours gratuits !

dernières offres d’emploi

Formations

Evènements

services

Thèmes abordés

Prochain Webinaire

Télétravail : comment protéger la santé des agents

de La Rédaction avec le soutien de MUTAME

--
jours
--
heures
--
minutes

menu menu

Club Techni.Cités : l'information pour les techniciens de la FP